L'hôtel de ville de Trois-Rivières.

Un cadre suspendu pour harcèlement psychologique

Un employé cadre du service des travaux publics de la Ville de Trois-Rivières sera suspendu sans solde sept jours ouvrables pour avoir harcelé une employée.
Bien que très peu de détails soient disponibles sur cette affaire, il a tout de même été possible de savoir qu'il s'agissait d'un cas de harcèlement psychologique.
La plainte, formulée au service des ressources humaines, remonte à il y a environ quatre ans et a abouti cette semaine par une recommandation du comité de ressources humaines au conseil municipal de Trois-Rivières, qui a entériné à l'unanimité cette recommandation lors de la séance du conseil, lundi soir.
La suspension est également accompagnée d'un service de suivi psychologique qui sera offert à l'employé cadre visé par cette mesure, indique le directeur des communications de la Ville, François Roy.