Dany Carpentier, conseiller municipal du district de La Vérendrye, en compagnie de l’artiste Sylvain Michaud, devant le peuplier qui pourrait bientôt devenir un arbre à livres.

Un «arbre à livres» au cœur de Saint-Philippe

TROIS-RIVIÈRES — Une innovation en art urbain pourrait bientôt voir le jour au cœur du parc Victoria, dans le quartier Saint-Philippe à Trois-Rivières. L’artiste Sylvain Michaud souhaite pouvoir y compléter un grand projet d’«arbre à livres», qui sera destiné aux citoyens du quartier et de la ville. Un projet présentement étudié par la Direction des arts et de la culture et qui pourrait bientôt être recommandé au conseil municipal pour approbation.

L’«arbre à livres» n’est ni plus ni moins qu’une boîte à livres, comme on peut en voir pousser sur différents terrains privés depuis les deux dernières années aux quatre coins de la ville. Toutefois, cette boîte à livres sera sculptée et aménagée à même le tronc d’un peuplier mort qui trône toujours aux abords du parc Victoria. Un arbre qui était destiné à être entièrement coupé et dessouché, mais que l’artiste a réquisitionné à la Ville pour y faire naître son projet, qui proposera à la fois des livres pour adultes, adolescents et enfants, en plus d’une décoration ornementale de son cru, mettant en lumière la faune et la flore du territoire.

Sylvain Michaud était déjà un habitué du parc Victoria, lui qui a contribué à réparer certains arbres en y peignant de petits médaillons à l’effigie d’animaux du Québec pour boucher certains trous, ce qui égayait du même coup le coup d’œil dans le parc. Il a également peint sur une souche un bassin de poissons, un projet sur lequel il a investi des dizaines d’heures, et pour lequel il a reçu la collaboration de petits citoyens.

«Quand je crée, quand je peins dans le parc, les gens viennent me voir, ils me parlent, m’encouragent. Cette fois-là, des enfants sont venus me voir pour me dire qu’ils aimaient ça et il y en a même qui m’ont aidé à peindre», se réjouit-il.

Depuis qu’il a perdu sa conjointe Chantal Berthiaume en juillet 2015, fauchée par une remorque dans un stationnement de la rue Royale alors qu’ils étaient en train de créer une œuvre d’art ensemble, Sylvain Michaud admet avoir besoin de continuer la création et de redonner aux citoyens de son quartier. «C’est ma façon de trouver un sens à ça. Les gens ont été tellement gentils et généreux avec moi depuis l’accident, j’ai l’impression de pouvoir redonner un peu», confie-t-il.

Toutefois, un tel projet ne peut s’accomplir sans obtenir l’approbation des autorités municipales, un délai qui déçoit un peu l’artiste, mais auquel il est prêt à se plier pour que son idée voit le jour. Il a d’ailleurs reçu l’appui du conseiller municipal du secteur, Dany Carpentier, qui a vu en cette démarche une formidable implication citoyenne comme acteur de changement pour amener le parc Victoria plus loin et donner encore plus de vie au quartier Saint-Philippe.

«Je suis moi-même un fan de culture urbaine. Or, depuis que je suis impliqué en politique municipale, je comprends aussi qu’il y a des règles à suivre, des protocoles et que nous avons aussi à nous questionner, par exemple sur la sécurité, les assurances, la durabilité. Mais personnellement, je souhaite que ça se réalise. Selon moi, ce n’est pas une question de dire oui ou non, mais bien de trouver comment on peut y parvenir. C ’est un formidable exemple où la Ville doit être là pour le citoyen et travailler de connivence avec lui», mentionne Dany Carpentier.