De gauche à droite, Véronique Mercier, de la SCC, Jean-Sébastien et Marie-Ève Ricard, les porte-parole et survivants, et Guillaume Gingras, président d'honneur.

Trois-Rivières: un des plus imposants Relais pour la vie

«Franchement, ce n'était pas prévu dans ma vie!»
Jean-Sébastien Ricard parle avec sérénité. À l'automne, on lui a annoncé qu'il avait un cancer à un rein. Deux ans, presque jour pour jour, après que sa soeur, Marie-Ève Ricard ait aussi reçu un diagnostic de cancer. Au même âge, à 33 ans.
Heureusement, les deux se portent bien aujourd'hui.
Au point où ils participeront, activement et comme porte-parole, au Relais pour la vie de Trois-Rivières 2014, dans la soirée du 31 mai et la nuit du 1er juin prochain.
L'événement se déroulera sous la présidence d'honneur du pharmacien Guillaume Gingras, lui, touché par le décès de son père. «Le cancer peut tous nous frapper, disait-il. Jamais je n'aurais cru qu'entre l'annonce du diagnostic faite à mon père et son décès il se passerait moins de six mois. Je me sens donc très concerné par l'approche de la Société canadienne du cancer. Et si, par mon implication, on peut donner espoir à des gens atteints par le cancer, cette implication n'est pas vaine.»
«Je le fais pour mon père, a-t-il ajouté. Je vais marcher parce que c'est tellement un beau geste.»
L'événement, donc, se tiendra les 31 mai et 1er juin au parc Laviolette et déjà on attend plus d'une centaine d'équipes. «Le Relais pour la vie de Trois-Rivières est l'un des plus imposants en province. Nous espérons qu'il connaîtra autant de succès que par les années passées», expliquait Véronique Mercier, agente de développement à la Société canadienne du cancer.
L'an dernier, ce relais pour la vie a rapporté plus de 217 000 $.
Si Marie-Ève et Jean-Sébastien Ricard sont les porte-parole et survivants du cancer à Trois-Rivières, c'est Dominic Arpin, patrouilleur du Net, qui sera porte-parole provincial de la SCC. Pour ce dernier, le pire est aussi passé. «Quand tu reçois le soutien de tes proches et de la Société canadienne du cancer, le négatif tu laisses ça derrière toi et tu focalises sur la marche à suivre», a dit Dominic Arpin, via une capsule que l'on a présentée, jeudi, en conférence de presse.
Au niveau de son implication, il devait ajouter: Ça serait égoïste de ma part, après avoir été soutenu comme je l'ai été, de ne pas contribuer à mon tour à donner espoir aux gens atteints d'un cancer.»
Une autre capsule, avec Guillaume Gingras, a été présentée, jeudi. C'est Renaud Derepentigny qui l'a réalisée. Une autre capsule avec Marie-Ève et Jean-Sébastien Ricard sera bientôt réalisée. On pourra les visionner sur la page Facebook du Relais pour la vie. Pour plus d'informations, on peut consulter le site Internet de la SCC: www.relaispourlavie.ca.