Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, en compagnie du dirigeant du groupe Courtois, Ghislain Courtois.
Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, en compagnie du dirigeant du groupe Courtois, Ghislain Courtois.

Trois-Rivières sur Saint-Laurent: un autre projet immobilier de 30 M$

TROIS-RIVIÈRES — Alors que Trois-Rivières n’a jamais eu autant la cote auprès des personnes ayant le goût de changer de milieu de vie, un autre projet immobilier de 30 millions de dollars est présentement en chantier sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

La première phase de quatre du projet L’Urbain sur le fleuve, mené par le groupe Courtois, devrait en effet être complétée et habitable en septembre. Les travaux de construction du deuxième édifice qui comptera également 32 unités de logement haut de gamme destinées à la location – tout comme celles des deux autres bâtiments à venir – ont quant à eux commencé il y a quelques semaines.

Comme c’est le cas pour d’autres complexes immobiliers dont il est propriétaire à Trois-Rivières, soit L’Urbain Rigaud et L’Urbain des Ormeaux, le groupe Courtois cible une clientèle autonome active de 50 ans avec cette nouvelle adresse de son parc immobilier. Ces lieux de vie viennent s’ajouter aux trois résidences pour personnes âgées que possède également le groupe sur le territoire trifluvien.

De style contemporain, chaque immeuble de L’Urbain sur le fleuve comptera un ascenseur ainsi qu’un garage intérieur. La superficie des unités variera entre 1279 et 1903 pieds carrés. Leur construction est chapeautée par les frères Courtois eux-mêmes.

Jusqu’à maintenant, plus de 50 % du premier édifice est déjà loué.

Même s’ils reconnaissaient que leur projet tombe à pic avec l’engouement pour Trois-Rivières, notamment de la part des Montréalais désireux de venir, ou revenir pour plusieurs, s’y installer, les dirigeants du groupe Courtois indiquent qu’ils planchaient sur ce développement depuis déjà un bon moment.

«Ça fait au moins deux ans qu’on est là-dessus. C’était prévu. Ce n’est pas le boum. Mais c’est le fun qu’il y en ait un et on va en profiter. Mais ça ne nous a pas influencés. On veut construire 500 logements dans les dix prochaines années, à des endroits stratégiques à Trois-Rivières et les environs», explique Gaétan Montplaisir, directeur des communications et du marketing.

Présent lors de l’annonce du début des travaux, le maire Jean Lamarche a répété que Trois-Rivières jouissait d’une réputation enviable en ce moment et a ajouté que le nouveau projet du groupe Courtois arrivait à un bon moment.

«Le marché de Trois-Rivières s’ouvre sur les grands centres. Les 100 ou 120 kilomètres qui nous séparent de Montréal et Québec semblent de plus en plus courts, notamment en raison notamment du télétravail, qui est plus populaire. Avec un coût moyen de 206 000 $ pour une propriété, ce qui est bien en deçà de ce que l’on voit dans les grandes villes, ça devient très intéressant. À Trois-Rivières, on est en train de transformer quelque chose de négatif, la COVI-19, en une opportunité», martèle-t-il.