Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Trois élus du conseil municipal de Trois-Rivières ont dénoncé mardi soir la compression du budget pour les pistes cyclables.
Trois élus du conseil municipal de Trois-Rivières ont dénoncé mardi soir la compression du budget pour les pistes cyclables.

Trois-Rivières: le budget des pistes cyclables divise à nouveau

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Après avoir divisé les élus lors de l’adoption du budget 2021 de la Ville de Trois-Rivières et le Programme triennal d’immobilisations (PTI), la question du financement des pistes cyclables a de nouveau suscité le débat au sein du conseil municipal. Afin de protester contre la diminution de 50 % du budget accordé aux pistes cyclables dans le budget de la Ville, trois conseillers ont voté contre les investissements prévus d’un million $ pour l’aménagement cette année d’infrastructures cyclables.

La conseillère du district des Forges, Mariannick Mercure affirme qu’à la suite de la déclaration de l’état d’urgence climatique par les élus, la Ville a décidé «d’investir 1 million $ plus les subventions pour un total de 2 millions» dans les pistes cyclables.

«Durant la séance de travail, j’ai proposé aux élus de rétablir le budget d’avant. J’ai eu des refus», a mentionné la conseillère Mariannick Mercure lors de l’assemblée publique.

«Comment pouvons-nous d’une main appuyer la déclaration d’urgence climatique, faire de beaux discours aux jeunes venus nous déposer ce document, puis se retourner et sabrer dans les rares budgets dédiés à cette urgence à Trois-Rivières? On planifie même des coupures de 30% dans l’enveloppe de plantation d’arbres dès l’an prochain. On fait piètre figure, c’est honteux.»

Trois conseillers sur 14 ont dénoncé les coupes de 50 % dans le budget accordé à l’aménagement de pistes cyclables. Outre la conseillère des Forges, les deux autres élus sont les conseillers du district Marie-de-l’Incarnation, Denis Roy, et du district des Rivières, Claude Ferron.

«Des collègues ne comprennent pas l’urgence climatique. C’est la priorité des priorités. […] Il faut mettre les bouchées doubles, sinon on ne s’en sortira pas», estime Claude Ferron.

Sur ce million $ qui sera investi dans les pistes cyclables cette année, 500 000 $ seront payés par la Ville, le reste provenant des subventions de Québec. «Chaque année, c’est un budget difficile. Mais la réalité est que vous avez fait le choix de couper de 50 % le budget», affirme à ses collègues le conseiller Claude Ferron.

«Le parc des Coteaux qui attire des citoyens de partout de la ville a coûté 1,4 million $ et financé à 50 % par Québec, donc 700 000 $ pour la Ville. On serait même plus capable de faire un parc comme ça avec le nouveau budget.»

Quelques conseillers se sont dits surpris que le débat sur le budget des pistes cyclables revienne à l’assemblée publique, après avoir eu lieu lors de la session de travail. Le conseiller du district de Pointe-du-Lac, François Bélisle, a rappelé la volonté des élus et du maire Jean Lamarche d’analyser la possibilité de dégager des sommes des surplus budgétaires pour financer des projets de pistes cyclables.

«On est tenu de respecter le budget et le PTI qu’on a votés. Nous avons convenu de regarder ce qu’on peut faire, mais je ne veux pas m’engager à le faire», soutient de son côté le maire Jean Lamarche.

«Si dans les surplus il y a des montants et qu’ensemble on décide de les dédier aux pistes cyclables, je ne suis pas fermé à l’idée.»

Le conseiller du district de La-Vérendrye, Dany Carpentier, a pour sa part rappelé que de nombreux progrès ont été réalisés ces dernières années dans le développement du réseau cyclable de Trois-Rivières.

«En 2017, il y avait 0$ pour les pistes cyclables. Là, on est à 1 million. On ne met pas la hache. Et il y a des problèmes avec les eaux pluviales à régler», précise-t-il.

«C’était un budget responsable. Il faut faire des choix. À quand un plan large d’investissements en transports actifs?»

«L’enjeu est suffisamment important pour qu’on évite de diaboliser les élus. On met en opposition les routes et les pistes cyclables. C’est bon avoir des idées, mais comment on les paye?», soutient de son côté le conseiller du district des Estacades, Pierre-Luc Fortin.

La démarche de la conseillère du district des Forges a été critiquée par la conseillère du district de Richelieu, Ginette Bellemare.

«Je suis déçue de ma collègue. J’aurais aimé qu’on travaille ça ensemble. Les citoyens nous demandent aussi de travailler sur d’autres projets», dit-elle.

Débat autour du montant des coupes

Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, ne partage pas la vision des trois conseillers qui estiment que le budget pour les pistes cyclables a été amputé de 50 %. Il soutient que le budget était d’un million $ en 2020 et que finalement les subventions ont permis de faire passer ce montant à 2 millions $.

«On avait planifié 1 million en 2020, mais la Ville en a fait plus avec l’ajout de la subvention d’un programme qu’on ne connaissait pas au début», a complété la directrice générale de la Ville, France Cinq-Mars.

Parmi les projets qui doivent être réalisés cette année il y a l’aménagement d’une piste cyclable de 700 mètres entre le boulevard Parent et la caserne des pompiers, le prolongement de la voie cyclable sur la rue Papineau jusqu’au coin du boulevard des Chenaux et Chanoine-Moreau. L’amélioration d’infrastructures existantes est aussi prévue.