Les conseillers (dans le désordre) Pierre A. Dupont (Sainte-Marguerite), Daniel Cournoyer (Sainte-Marthe), Jeannot Lemieux (des Vieilles-Forges), Michel Cormier (Saint-Louis-de-France), Joan Lefebvre (des Plateaux), Jean-François Aubin (Marie-de-l'Incarnation), Sabrina Roy (du Sanctuaire), Guy Daigle (Laviolette) et René Goyette (de la Madeleine) ont voté en faveur de la levée du moratoire et donc pour la reprise de la fluoration de l'eau potable.

Trois-Rivières dit oui à la fluoration

La fluoration de l'eau reprendra à Trois-Rivières. Le conseil municipal trifluvien en a décidé ainsi, dans une décision divisée à neuf voix contre sept. Le moratoire décrété par l'ancien conseil en avril 2013 est donc levé, et la Ville ira de l'avant dans les prochains mois avec cet ajout à l'eau potable.
La décision n'a pas été sans créer un grand émoi dans la salle du conseil, lundi soir. De nombreux citoyens venus pour faire connaître leur désaccord face à la fluoration ont silencieusement manifesté pendant que le vote se prenait, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: «touche pas à mon eau». Les opposants ont finalement quitté la salle bruyamment une fois la décision prise.
C'est la conseillère du district Chavigny Marie-Claude Camirand qui a d'abord demandé le vote, relatant que selon elle, le principe de l'acceptabilité sociale n'avait pas été respecté, et qu'elle ne pouvait concevoir qu'on impose à toute une population une telle solution sans préférer des mesures de prévention contre la carie dentaire allant à la source du problème.
Tour à tour, les conseillers en défaveur ont pris la parole pour faire connaître les motifs qui les incitaient à trancher en ce sens, à l'exception du conseiller Yves Landry qui a voté contre mais sans vouloir expliquer sa position. «J'ai parlé à des dentistes, des médecins, j'ai bien dû parler à une centaine de personnes en tout et jamais, je n'ai eu de positif. Je vais donc être à l'écoute des gens. Ce n'est pas à nous à prendre cette décision», a notamment fait savoir Jean Perron, du district Chateaudun.
«C'est une mesure provinciale qui doit être prise lcoalement, et je ne veux pas me substituer au gouvernement», a ajouté André Noël du district Du Carmel.
À l'inverse, seul le conseiller Jean-François Aubin de Marie-de-l'Incarnation, qui a voté en faveur, a tenu à exprimer son opinion «Il y a des pour et des contre, mais à ce moment-ci du débat, je vais me ranger derrière les arguments de la Santé publique», a-t-il déclaré. Les autres conseillers en faveur ont préféré ne pas commenter et passer au vote.
La réaction a été vive dans l'assemblée, à commencer par deux citoyens qui se sont brusquement levés en criant: «on déménage». D'autres opposants à la fluoration ont fait connaître leur mécontentement au maire Lévesque, alors que deux jeunes enfants, venus avec leur mère impliquée dans le comité de mobilisation, fondaient en larmes à l'annonce des résultats.
La directrice de la Santé publique, Dre Isabelle Goupil-Sormany, était pour sa part heureuse de l'annonce des résultats et a tenu à remercier le conseil. «Je salue la qualité du débat démocratique. Je vous remercie pour mes trois enfants, et aussi pour la qualité des soins dentaires de tous les citoyens», a-t-elle déclaré.
Le maire Yves Lévesque, pour sa part, a rappelé qu'il s'agissait d'une mesure en vigueur à Trois-Rivières de 1962 à 2008, et que même l'ancien conseil avait choisi d'aller de l'avant avec le projet au printemps 2012.
Les ententes avec le ministère de la Santé avaient d'ailleurs été signées avant qu'un moratoire soit décrété en avril 2013, le temps que la commission parlementaire tranche sur le sujet. Il en aurait coûté près de 70 000 $ à la Ville de Trois-Rivières pour frais encourus si la décision avait été de cesser la fluoration de l'eau potable.
«Je suis élu pour prendre une décision réfléchie avec toute l'information. De dire que c'est poison, c'est de la démagogie. On peut revendiquer que le gouvernement prenne la décision. Une fois qu'on a dit ça, il faut trancher», a-t-il fait savoir.
Aubin déchiré
Le conseiller Jean-François Aubin n'a pas caché être déchiré par la décision qu'il avait à prendre. «Je ne pense pas que le débat est fini. Mais à ce moment-ci, je trouvais que ce que nous amenait la Santé publique se tenait encore, même si il y a des questions à poser. On peut décider qu'on ne leur fait pas confiance. Mais amenez moi quelqu'un de la Santé publique ou du ministère de l'Environnement qui va dire «j'ai un doute», et je vais remettre mon vote en question. Cette décision-là, elle part du provincial qui, à mon sens, s'en lave un peu les mains. À court terme, il y a des élections qui s'en viennent. Il faudra que les partis politiques fassent leur nid et s'ils sont pour, qu'ils l'imposent et qu'ils nous démontrent les bons côtés», croit le conseiller municipal.
Conseiler pour la fluoration
Pierre A. Dupont
Daniel Cournoyer
Jeannot Lemieux
Michel Cormier
Joan Lefebvre
Jean-François Aubin
Sabrina Roy
Guy Daigle 
René Goyette
Conseillers contre
François Belisle
Jean Perron
André Noël
Pierre-Luc Fortin
Marie-Claude Camirand
Yves Landry
Ginette Bellemare