Cécile Marcouiller a mis en ligne une pétition pour demander l’augmentation des mesures de sécurité dans les autobus de la STTR, dont la condamnation de bancs pour respecter la distanciation sociale.
Cécile Marcouiller a mis en ligne une pétition pour demander l’augmentation des mesures de sécurité dans les autobus de la STTR, dont la condamnation de bancs pour respecter la distanciation sociale.

STTR: une passagère réclame la condamnation de bancs pour faire respecter la distanciation sociale

Trois-Rivières — Une pétition en ligne circule actuellement afin de demander à la Société de transport de Trois-Rivières de mettre en place davantage de mesures à l’intérieur des autobus de ville, notamment en condamnant certains sièges, afin de s’assurer que la distance de deux mètres, exigée par les mesures gouvernementales en place en lien avec la pandémie de coronavirus, soit respectée.

L’initiatrice de la pétition, Cécile Marcouiller, utilise fréquemment le transport en commun et constate que malgré les directives gouvernementales, plusieurs usagers ne respectent pas la mesure et s’assoient trop près des autres lorsqu’ils entrent dans l’autobus. Mme Marcouiller dit mal comprendre pourquoi, dans le contexte, la STTR ne force pas la chose en condamnant tout simplement certains bancs, comme cela se fait dans d’autres villes à l’heure actuelle.

«On le voit à Shawinigan, ça a été mis en place. J’ai adressé la demande jusqu’au conseil d’administration, mais ça continue d’être refusé. La direction de la STTR m’indique que chacun doit prendre ses responsabilités. Moi, je prends mes responsabilités, mais je ne peux pas être responsable des autres qui entrent dans l’autobus. Ce serait pourtant si simple à mettre en place», considère-t-elle.

La dame fait d’ailleurs remarquer qu’à l’entrée arrière de l’autobus, là où les usagers doivent maintenant à la fois monter et descendre pour la protection des chauffeurs, une bouteille de désinfectant pour les mains a été mise à la disposition des usagers. «La bouteille est tout juste à côté d’un banc et ça fait plusieurs fois que je constate que quelqu’un est assis là. Je dois m’approcher vraiment très près de la personne pour pouvoir prendre du désinfectant. J’ai demandé à tout le moins que ce siège-là soit condamné, mais ça aussi, ça a été refusé», explique-t-elle.

La pétition intitulée «Barrer certains sièges dans les autobus pour que tous les usagers respectent la distanciation et les protéger par le fait même» a été mise en ligne dimanche soir sur le site petitionenligne.com. Lundi après-midi, une dizaine de personnes y avaient apposé leur signature. Mme Marcouiller expliquait être en train de multiplier les démarches pour la faire connaître sur différents groupes actifs sur les réseaux sociaux.

À la STTR, on réitère que «la condamnation des bancs n’est pas justifiée étant donné la diminution généralisée de l’achalandage sur notre réseau», indique le porte-parole, Charles-Hugo Normand. En effet, depuis le début de la crise du coronavirus, l’achalandage a diminué de près de 80% sur les différents circuits. La STTR a d’ailleurs revu à la baisse son offre de services de façon temporaire, alors que tous les autobus circulent désormais en semaine selon l’horaire du samedi.

M. Normand rappelle d’ailleurs que plusieurs mesures ont été mises en place pour protéger les usagers, dont des campagnes de sensibilisation sur les comportements sécuritaires à adopter, l’ajout d’un distributeur de désinfectant pour les mains dans tous les autobus, la désinfection quotidienne de tous les autobus en service, l’embarquement par la porte d’en arrière, la création d’une zone sécurisée pour les chauffeurs et de l’affichage sur les portes des autobus.

M. Normand réitère en outre qu’à l’instar des magasins, épiceries et même dans la rue, les citoyens doivent également prendre leurs responsabilités pour respecter la distanciation sociale. «La sécurité dans les transports en commun est un enjeu collectif et les usagers ont un rôle important à jouer», indique-t-il.