Un terminus léger sera aménagé sur le campus.

STTR: un terminus et deux carrefours giratoires à l'UQTR

TROIS-RIVIÈRES — D’ici la fin de l’été, le campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières sera doté d’un nouveau terminus de type léger de la Société des transports de Trois-Rivières et de deux carrefours giratoires qui permettront aux autobus de changer de direction.

Il s’agit d’un projet de 1,5 M$ qui s’inscrit dans le plus vaste plan d’investissement de 10,4 M$ de la STTR annoncé en mai dernier.

Les appels d’offres pour ce projet seront lancés au début d’avril.

Le terminus sera situé où se font actuellement les arrêts des autobus, soit près des Cubes, pour la direction ouest et près de l’abribus adjacent au pavillon de l’Hydrogène pour la direction est.

«Il y aura des incursions un peu plus longues et des abribus», explique le directeur général de la STTR, Guy de Montigny. Il s’agit «d’incursions dans les bandes de trottoirs pour que les véhicules puissent se positionner à la droite de la voie routière et permettre aux autres véhicules de poursuivre leur route», explique-t-il.

«Les carrefours giratoires seront à proximité pour que la circulation puisse être fluide et que les bus puissent se retourner, pour les bus qui sont en tête de ligne», dit-il.

M. de Montigny n’a pu dire si des espaces de stationnement devront être sacrifiés pour réaliser ces deux projets.

Les chauffeurs d’autobus pourront profiter de ce terminus léger pour aller se restaurer à la cafétéria de l’UQTR. «Ils vont être en mesure d’utiliser l’espace disponible», dit-il.

Quelques abribus seront ajoutés, précise le directeur, de même qu’un peu de mobilier urbain, donc le projet n’implique pas la construction d’un bâtiment.

Présentement, les autobus de la STTR ne changent pas de direction sur le campus.

«Ce sont des circuits en transition», dit-il. «Dans la configuration de notre nouveau réseau, il y aura davantage de véhicules en tête de ligne. Le bus devra faire un repositionnement en sens opposé. Pour une question de temps et d’efficacité, c’est davantage un carrefour giratoire» qu’il faut aménager, explique-t-il.

Si l’UQTR a été choisie pour ce projet, c’est qu’avec «les analyses qui sont faites dans le cadre du nouveau réseau et dans les analyses d’enquête origines-destinations, c’est un secteur qui est névralgique pour les déplacements. Tout ce qui est carrefour du savoir, qui est le grand périmètre de l’UQTR, est un très grand générateur de déplacements. C’est un lieu focal, une plaque tournante et c’est tout approprié d’y orienter un nombre substantiel de lignes», fait-il valoir.

«Avec le nombre d’étudiants et d’employés, c’est une institution qui peut générer un potentiel fort intéressant», résume-t-il.

Les usagers pourront attendre leur autobus, en cas de mauvais temps, à l’intérieur de l’UQTR et pourront voir les données des arrivées des autobus en direct.


« Avec le nombre d’étudiants et d’employés, c’est une institution qui peut générer un potentiel fort intéressant  »
Guy de Montigny, directeur général de la STTR

Ce projet fait partie des changements majeurs à la STTR d’ici 2020.

La Société se procurera, rappelons-le, cinq autobus hybrides à 900 000 $ pièce et trois midibus de même que des minibus destinés au transport adapté. Deux débarcadères (voie d’accès latérale et abribus) seront également aménagés dans les secteurs du Cégep et du centre hospitalier de Trois-Rivières.

Une partie du toit de la STTR sera également refaite.

Rappelons que la STTR avait reçu, en mai dernier, une subvention de 5,8 millions $ du fédéral et de 4,6 millions $ du provincial pour se moderniser.

La participation de la STTR sera de 90 000 $. Le lieu d’aménagement du terminus n’avait alors pas été dévoilé.