Le vérificateur général, Jacques Bergeron, est loin d’avoir été impressionné par l'état de l'aréna Jean-Guy-Talbot.

Rapport du vérificateur général: Trois-Rivières n’investit pas assez dans ses immeubles

Trois-Rivières — «Ça sent mauvais. Ça sent très mauvais. Effectivement, l’immeuble est dans un état assez piteux.»

Quand il est allé visiter l’aréna Jean-Guy-Talbot, le vérificateur général, Jacques Bergeron, est loin d’avoir été impressionné par son état. Plusieurs autres immeubles de la Ville de Trois-Rivières sont vétustes, selon son rapport, tel qu’il était révélé dans nos pages mercredi matin.

Si son rapport a été déposé mardi soir au conseil municipal, il en a expliqué les grandes lignes, mercredi matin, en conférence de presse.

L’état lamentable de plusieurs immeubles peut s’expliquer par un déficit d’entretien important. En effet, le Guide de la gestion des biens immobiliers, publié par le gouvernement du Canada, recommande d’affecter 4 % de la valeur d’un immeuble à son entretien annuel pour non seulement effectuer un entretien adéquat et les réparations nécessaires mais aussi pour assurer le renouvellement de sa durée de vie.

Trois-Rivières vise toutefois un investissement annuel de 2 %, une cible qu’elle n’atteint même pas en raison notamment de travaux moins coûteux que prévu ou du report de certains travaux pour diverses raisons. Ainsi, en 2018, il aurait fallu qu’elle consacre 15,8 M$ à ses immeubles, selon les critères du Guide de gestion des biens immobiliers, mais c’est plutôt 4,8 M$ qu’elle a dépensés, soit un écart de 10,9 M$. Elle avait pourtant prévu au budget un montant de 7,4 M$.

«Évidemment, moins vous faites d’investissements, plus le déficit (d’entretien) devient grand, et ça devient difficile à rattraper par la suite. Donc, vous allez avoir des problèmes encore plus importants: tuyauterie, toit, etc.», explique M. Bergeron.

Par ailleurs, plusieurs immeubles de Trois-Rivières sont non seulement vétustes, mais 41,5 % d’entre eux n’ont même pas été inspectés.

En effet, sur les 407 immeubles possédant une valeur de remplacement enregistrés au programme de gestion des immeubles (PGI), il en restait 169 à inspecter au 31 décembre 2018. Le travail pour l’inspection des immeubles est complété pour 238 immeubles (58,5 %), selon le vérificateur général, soit 127 qui ont été validés et enregistrés dans le PGI et 111 qui sont en attente de validation.

«Si vous voulez avoir une idée globale des montants à investir, ça prend le portrait global de l’ensemble des immeubles», note M. Bergeron.

De plus, 239 immeubles avec une valeur de remplacement nulle n’ont pas été inspectés, ce qui aurait permis de déterminer leur état de vétusté. Il s’agit de bâtiments comme des bassins de rétention, les toilettes extérieures du stationnement Badeaux, des abris de tennis, etc. Finalement, au moment de l’audit, 515 parcs n’avaient pas été évalués. Notons que l’amphithéâtre Cogeco fait partie des bâtiments qui n’ont pas été inspectés.

Rappelons que l’indice de vétusté physique (IVP) des immeubles de la Ville de Trois-Rivières est de 16 %, selon le rapport annuel de 2018, alors que son objectif est de 14 %.

Soixante-dix immeubles sur 407 dépassent l’IVP cible de 14 %. De ce nombre, précise le vérificateur, 28 présentent un IVP égal ou supérieur à 31 %, ce qui les place dans la catégorie très mauvais, selon les critères établis par la Ville, alors que 20 immeubles sont dans un état considéré comme étant mauvais.