Mardi matin, plus de cinquante bacs se trouvaient d’un côté ou de l’autre de la rue Radisson.

Problème d’ordures au centre-ville de Trois-Rivières

Trois-Rivières — Le jour de collecte des ordures ménagères est devenu une véritable source de frustration pour des résidents et des gens d’affaires de la rue Radisson, au centre-ville de Trois-Rivières.
Même après le passage des éboueurs, des déchets, dont certains liquides, se retrouvent fréquemment dans la rue selon les résidents du secteur.

Tellement que la Ville de Trois-Rivières et la Société de développement commercial ont décidé d’entreprendre des démarches auprès de commerçants afin d’améliorer la situation peu enviable de cette artère.

C’est qu’au-delà des bacs à ordures et de recyclage des commerçants et occupants de cette rue, on doit également tenir compte qu’au moins trois restaurants importants de la rue des Forges ainsi que de la rue Notre-Dame déposent également leurs bacs sur cette rue, étant donné que les bacs sont entreposés dans les cours arrière et qu’ils ne disposent pas de l’espace nécessaire pour qu’un camion à ordures puisse venir vider un éventuel conteneur. Ils disposent donc de dizaines de bacs qu’ils déposent sur la rue Radisson, tel que convenu avec la Ville.

Or, s’ajoutent à ces nombreux bacs des odeurs d’aliments en putréfaction de même que des résidus liquides qui sont jetés à même les bacs, qui coulent et se déversent directement sur la chaussée au grand désagrément des résidents et des gens d’affaires qui travaillent à cet endroit. 

Le nombre très important de bacs qui se retrouvent sur cette portion de rue le mardi matin est en outre contraignant pour ces occupants, qui ont d’ailleurs contacté Le Nouvelliste pour dénoncer la situation. Lors de notre passage mardi midi, il était possible de compter plus de cinquante bacs à ordures ou de recyclage disposés sur à peine quelques mètres.

«Nous avons eu des plaintes en effet et nous sommes au courant du problème. Nous travaillons de concert avec la SDC pour prendre des ententes avec les restaurateurs concernés et les sensibiliser à différentes mesures qui permettraient d’améliorer la situation», résume le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant.

Parmi ces mesures, on demande notamment aux restaurateurs concernés de bien entretenir leurs bacs, de les nettoyer fréquemment, de ne pas y jeter de résidus liquides et de s’assurer de les ramasser avant midi le mardi, jour où la collecte est effectuée en matinée.

Un projet pilote avait d’ailleurs été mené sur la rue Hart il y a quelque temps pour un problème similaire, renchérit Mathieu Lahaye, directeur général de la SDC. 

«Durant l’été, les ordures étaient ramassées à raison de deux fois par semaine. Nous demandions aussi à ce que les bacs soient en bon état, que les couvercles soient fermés lorsqu’ils étaient laissés au chemin et qu’il n’y ait aucun liquide dans les bacs. Il y a eu une très bonne collaboration et nous n’avons pas eu d’autres plaintes depuis», résume-t-il.

C’est donc ce genre d’intervention que la Ville et la SDC souhaitent faire auprès des restaurateurs de la rue des Forges et Notre-Dame qui sont contraints de laisser leurs bacs sur la rue Radisson. 

«On ne peut pas leur demander de laisser les bacs sur des Forges. Pas parce que ça donnerait une mauvaise image, mais tout simplement parce que les bacs vont dans leur cour arrière et qu’il faudrait que les restaurateurs traversent le restaurant en entier avec les poubelles pour les mettre au chemin, ce qui n’est pas très agréable pour la clientèle», reconnaît Yvan Toutant.

Des lettres ont donc déjà été envoyées aux restaurateurs concernés et un suivi est fait avec la Ville de Trois-Rivières pour s’assurer que les demandes formulées seront respectées. 

«L’objectif est surtout d’en arriver à une bonne cohabitation harmonieuse avec les résidents, les gens d’affaires et les restaurateurs», rappelle Yvan Toutant.