On reconnaît ici le conseiller municipal Dany Carpentier et le directeur général du Carrefour jeunesse emploi de Trois-Rivières, Sébastien Morin, qui entourent les jeunes élèves de l’école secondaire Chavigny, Ulysse Camirand-Long et Logan Croisetière.

Pour entendre la voix des jeunes

TROIS-RIVIÈRES — La Ville de Trois-Rivières se dotera prochainement de sa première Politique jeunesse. Pour ce faire, elle lance des consultations publiques auprès des jeunes de 12 à 35 ans afin de connaître leurs préoccupations et de recueillir un maximum de données qui permettra la mise en place de cette politique que l’on veut collée sur la réalité des jeunes d’aujourd’hui.

Le lancement de ces consultations publiques, qui se tiendront en partenariat avec de nombreux organismes impliqués auprès de la jeunesse à Trois-Rivières, a été fait mardi à l’école secondaire Chavigny. Jusqu’à la fin du mois de février, les différents organismes, avec en tête le Carrefour Jeunesse Emploi de Trois-Rivières et de la MRC des Chenaux, iront à la rencontre des jeunes pour connaître leur point de vue sur divers sujets.

Les thèmes qui sont abordés dans le cadre de ces consultations touchent les arts et la culture, le bénévolat, la démocratie, l’emploi, l’environnement, la sécurité, le sport, la technologie, le transport et la vie de quartier. Le résultat des consultations, qui sont également menées en ligne sur le site Internet de la Ville de Trois-Rivières, mèneront à l’élaboration de la première Politique jeunesse, que l’on souhaite devenir un outil de référence pour guider les orientations des élus et des fonctionnaires lorsque vient le temps de prendre des décisions sur l’avenir de la Ville.

«C’est un peu un rêve qui se réalise aujourd’hui», a confié le conseiller municipal Dany Carpentier, également président du Comité de développement social à la Ville. Pour lui, il importe désormais que la Ville se dote de cette politique afin de mieux tenir compte des adolescents et des jeunes adultes dans ses décisions, pour mieux orienter ces décisions vers leurs besoins et leurs aspirations. «Ce n’est pas suffisant de dire que nos jeunes sont notre avenir, il faut aussi que nos jeunes soient notre présent», a-t-il ajouté.

Deux de ces jeunes sont d’ailleurs venus prendre la parole afin d’exprimer ce qui, pour eux, avait de l’importance en tant que jeunes citoyens de la Ville.

Ulysse Camirand-Long dit mettre l’environnement au cœur de ses priorités, lui qui croit que la Ville peut poser de simples gestes pour améliorer le bilan écologique, soit l’électrification des transports, le recyclage et l’aménagement d’espaces verts. Il croit aussi que les technologies devraient être mises de l’avant, spécialement les entreprises trifluviennes qui pourraient faire rayonner la Ville de Trois-Rivières.

De son côté, Logan Croisetière est d’avis que les lieux de culture doivent être priorisés, puisqu’ils permettent aux jeunes d’assister à des concerts, des manifestations artistiques et de nombreux événements qui leur tiennent à coeur. Il souhaite aussi que la Ville continue d’investir dans les sports, lui qui affectionne beaucoup le basketball, qu’il aime pratiquer au parc Lambert et au parc Laviolette.

Le directeur général du Carrefour jeunesse emploi de Trois-Rivières et de la MRC des Chenaux, Sébastien Morin, a indiqué vouloir rejoindre le plus de jeunes possible afin d’avoir un portrait très large et documenté.

«Les différents organismes vont consulter leurs jeunes à travers les activités et les ateliers qu’ils offrent, et la Ville va elle aussi aller à leur rencontre dans différents lieux publics», indique-t-il, rappelant du même souffle que les jeunes de 12 à 35 ans peuvent aussi se rendre sur le site de la Ville, www.v3r.net, afin de remplir le sondage.