Piétons Québec a salué les récents aménagements piétonniers de la Ville de Trois-Rivières. «Ça donne le goût d’aller voir», a indiqué Jeanne Robin.
Piétons Québec a salué les récents aménagements piétonniers de la Ville de Trois-Rivières. «Ça donne le goût d’aller voir», a indiqué Jeanne Robin.

Piétons Québec lance des fleurs au centre-ville de Trois-Rivières

Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Avec la réorganisation récente de certains axes de son centre-ville dans le but de faire plus de place aux piétons, la Ville de Trois-Rivières semble s’être attiré des regards admiratifs de partout dans la province. Notamment, Piétons Québec a lancé quelques fleurs à l’appareil municipal trifluvien.

Pour l’organisme, dont la mission est de représenter les intérêts des piétons à l’échelle provinciale, Trois-Rivières est devenue un modèle en matière d’aménagements piétonniers au cours du présent été.

«On peut dire que c’est un exemple pour les autres municipalités. On constate que Trois-Rivières a une connaissance approfondie de son territoire, qui a permis d’apporter des modifications personnalisées au caractère de chaque secteur de manière à faire encore plus le bonheur des personnes qui y vivent», a indiqué la porte-parole chez Piétons Québec Jeanne Robin.

Celle-ci a souligné le fait que la Ville se soit concentrée non seulement sur la sécurité de ses résidents, mais également sur le plaisir éprouvé par ceux-ci en foulant les rues à n’importe quel moment de l’année.

«Créer un environnement agréable de la sorte permet aux gens de prendre du plaisir à se déplacer à pied. On se sent un peu en vacances lorsqu’on prend une marche et ça rend l’été beaucoup plus ensoleillé», a fait savoir la porte-parole.

Entre autres, au cours des dernières semaines, la Ville a procédé à l’inauguration de trois nouveaux parcours de marche, planifié un réaménagement de la rue Barkoff, rendu la rue des Forges entièrement piétonnière et fait plus de place aux personnes circulant à pied sur la rue des Ursulines.

Aux yeux de Jeanne Robin, mettre sur pied ce genre de projets est devenu prioritaire pendant la pandémie, période durant laquelle les citoyens se sont presque tous mis à marcher pour le plaisir en plus de fouler massivement les espaces publics à leur disposition.

«Au cours des derniers mois, une restructuration de plusieurs espaces a été nécessaire au sein des villes et villages dans le but de permettre une certaine distanciation. Trois-Rivières a su répondre comme il se doit à ce besoin-là. De plus, elle ne s’est pas contentée d’y aller d’aménagements temporaires. Une analyse approfondie a permis d’apporter des changements qui seront bénéfiques pour la population même après la pandémie», a-t-elle fait savoir.

Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, a évidemment reçu avec reconnaissance cette mention honorable de Piétons Québec.

«Évidemment, nous sommes très heureux. C’était d’ailleurs notre objectif en effectuant ces aménagements. Nous souhaitions que la ville devienne un exemple pour le reste de la province et c’est pourquoi nous n’avons pas eu peur d’adapter nos changements pour qu’ils conviennent le mieux possible aux besoins des citoyens. On a pu maintenir, voire augmenter notre notoriété acquise lors des dernières années grâce à ces circuits piétonniers.»

Il admet toutefois que le mérite de cette initiative ne revient pas uniquement à l’appareil municipal trifluvien. D’autres acteurs ont contribué à l’élaboration de ce plan visant à mettre en valeur les espaces publics.

«Nous sommes chanceux d’avoir pu travailler en concertation avec nos différents organismes, dont la Régie des alcools du Québec ainsi que Trois-Rivières Centre, dans l’agrandissement de nos terrasses et l’adaptation de certaines rues. Nous avons même pu collaborer avec la Ville de Shawinigan, qui a elle aussi bonifié son offre selon un modèle adapté à sa municipalité», soutient le maire Lamarche.

Un exemple à suivre

En louangeant Trois-Rivières de la sorte, Piétons Québec espère inspirer d’autres municipalités de la province à agrandir leurs espaces publics dans le dessein d’offrir un plus vaste éventail de possibilités aux résidents désireux de fouler librement les rues de leur ville.

«Il est toujours très intéressant pour nous de citer des endroits du Québec en exemple. Souvent, nous publions des modèles d’ailleurs dans le monde, mais leur réalité ne s’applique que très rarement à notre province. Dans ce cas-ci, nous parlons d’une municipalité québécoise de taille moyenne sur laquelle les autres endroits peuvent très bien se baser pour apporter de futurs aménagements piétonniers», a affirmé Jeanne Robin.

Jean Lamarche s’est d’ailleurs dit extrêmement enthousiaste à l’idée de voir d’autres municipalités s’inspirer de son plan stratégique de mise en valeur des espaces publics et d’aménagement de voies piétonnières.

«C’est certain que nous serions heureux de voir d’autres villes faire de même. Nous avons même déjà reçu la visite de certains représentants d’autres municipalités curieux de venir voir ce qu’on avait construit ici à Trois-Rivières», a-t-il raconté.