Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Pas de Terrasse Saint-Lau cette année [ARTICLE AUDIO]

Alexis Lambert
Alexis Lambert
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
La Terrasse Saint-Lau ne reviendra finalement pas pour une seconde édition, malgré ce qui avait été annoncé. Les administrateurs de Trois-Rivières Centre ont dû renoncer au projet à cause de la pénurie de main-d’œuvre, qui affecte à l’heure actuelle le milieu du travail.

Le projet est d’abord né l’an dernier d’une tentative d’aide collective pour les restaurateurs du centre-ville de Trois-Rivières. Devant sa popularité, on devait reconduire l’initiative pour une deuxième année et le tout devait commencer la semaine dernière. Cependant, la pénurie de main-d’œuvre est venue compliquer les choses. «La problématique de manque de main-d’œuvre qui sévit un peu partout et dans tous les domaines nous oblige à prendre cette triste décision», indiquent les administrateurs du projet. «Tout est imbriqué ensemble», explique Gena Déziel, directrice générale de Trois-Rivières Centre. En effet, le manque de personnel, que ce soit dans les restaurants eux-mêmes ou bien dans le transport à vélo sera synonyme de pression plutôt que d’aide collaborative.

Écoutez cet article en version audio.

«Notre organisation est là pour soutenir les initiatives de ses membres ou en mettre en place pour les aider, pas pour ajouter de la pression sur leurs structures déjà fragilisées par les derniers mois», insiste la directrice de Trois-Rivières Centre. Plusieurs partenaires s’étaient d’ailleurs déjà retirés du projet puisqu’ils ne pensaient pas posséder les effectifs nécessaires pour répondre à la demande.

Plusieurs campagnes de recrutement de la main-d’oeuvre ont été mises de l’avant mais ça reste difficile. Mme Déziel souligne que le projet de la terrasse ne peut fonctionner si certains partenaires ont de la difficulté à embaucher. «Tout est trop juste au niveau de la main-d’œuvre», souligne Mme Déziel, en expliquant qu’ils ont préféré annuler la tenue du projet, plutôt que de l’offrir avec un manque d’effectifs, ce qui se serait alors soldé en une expérience moindre pour la clientèle.

Malgré l’annulation de ce projet qui était attendu par la population, Mme Déziel souligne qu’il reste «plein d’idées en banque» pour le centre-ville. «D’autres initiatives seront présentées dans des moments plus opportuns», conclut-elle.

Trois-Rivières Centre continuera donc sa mission, qui consiste au développement et à la vitalité économique du centre-ville, le tout en «mobilisant la communauté d’affaires autour d’initiatives structurantes qui favorisent un milieu de vie dynamique».