Le colisée n’ouvrira pas avant les premiers mois de 2021.
Le colisée n’ouvrira pas avant les premiers mois de 2021.

Nouveau retard dans la livraison du colisée

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Ce n’est finalement pas avant 2021 que l’on verra s’ouvrir le nouveau colisée situé au District 55 à Trois-Rivières. Des retards, que l’entrepreneur attribue à la pandémie de coronavirus, forcent un report de trois mois dans la livraison de l’équipement, repoussant son ouverture officielle aux premiers mois de 2021.

Déjà, au début de l’année 2020, un premier retard avait été annoncé, repoussant la date de livraison à avril dernier. Or, un autre retard causé par la pandémie et l’arrêt forcé du chantier avait été annoncé un peu avant l’été, ce qui laissait entrevoir une ouverture officielle à la fin de 2020. Le Groupe TEQ, responsable de la construction de cet édifice au coût total de 60,6 M$, estime que cette échéance n’est maintenant plus réaliste.

«Selon la prétention de l’entrepreneur, la pandémie de COVID-19 aurait eu un impact sur la disponibilité de personnel et de sous-traitants, les délais d’approvisionnement et le ralentissement des activités en raison de l’implantation des mesures sanitaires sur le chantier», indique la Ville dans un communiqué.

Le report ne devrait cependant pas avoir d’impact négatif sur le début de la saison de la ECHL, avec qui la Ville a récemment conclu une entente pour l’occupation des lieux. Quant aux associations sportives trifluviennes qui devaient pouvoir bénéficier de la glace du colisée, elles pourront de nouveau compter sur l’aréna Jean-Guy-Talbot, dont la démolition devrait s’adapter aux échéanciers du chantier du colisée.

Le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche ne se montre pas irrité devant ce nouveau report, au contraire. «Comme tout le monde, j’ai très hâte qu’on ouvre. Nous sommes si près de la fin, il faut maintenant s’assurer de faire les choses correctement. Et le report ne vient pas jouer dans les échéanciers de début de saison de la ECHL», note-t-il.

Le contrat de construction étant un contrat clé en main, l’entrepreneur devra faire la démonstration que les retards sont bel et bien attribuables à la pandémie de coronavirus, sans quoi des pénalités pourraient s’appliquer.

«Il semblerait que les délais soient attribuables au manque de personnel, au délai d’approvisionnement et à la disponibilité des sous-traitants. Ce sera au service du contentieux de faire la validation de ces arguments», commente le maire.

Avec ce nouveau retard, l’entrepreneur devrait donc livrer le colisée à la Ville au cours des prochains mois, pour que l’administration municipale procède ensuite à la mise en service et aux vérifications nécessaires des équipements avant d’aller vers une ouverture au grand public. Cette ouverture se fera vraisemblablement dans les premiers mois de 2021... si aucun autre retard n’est annoncé.