Mairie de Trois-Rivières: Aubin en tête d’une course à deux

Trois-Rivières — Une course à deux candidats semble se dessiner dans la campagne électorale à la mairie de Trois-Rivières. C’est du moins le constat qui se dégage du sondage Mainstreet Research — Le Nouvelliste réalisé le 8 avril dernier, et qui place en tête le candidat Jean-François Aubin. Toutefois, les chiffres rendus publics ce matin démontrent également que Jean Lamarche récolte une bonne partie des appuis dans cette course, et que le nombre d’indécis à ce moment-ci de la campagne électorale pourrait encore venir brouiller les cartes d’ici l’élection.

Lorsqu’on comptabilise les électeurs se déclarant «décidés» et ceux se déclarant «enclins à voter pour», on constate que Jean-François Aubin récolte à l’heure actuelle 44,7 % des appuis, suivi de Jean Lamarche à 35,7 %, d’Éric Lord à 17,7 % et de Pierre-Benoît Fortin à 1,9 %.

Toutefois, en sondant les personnes avec une première question servant à déterminer les «décidés», pas moins de 32,7 % des électeurs se disent toujours indécis. Lors d’une deuxième question visant à mesure pour qui les électeurs indécis seraient le plus enclin à voter, encore près de 20 % se disent toujours indécis, note Luc Fortin, président de Recherche Mainstreet.

«Tout est encore possible, avec autant d’indécis. Mais pour l’instant, le sondage dégage clairement qu’il y a une course à deux, avec Jean-François Aubin en tête, suivi de Jean Lamarche», constate M. Fortin, qui se dit curieux de voir l’évolution des tendances, au cours des semaines à venir, notamment avec la tenue de nombreux débats.

«Il reste encore plusieurs semaines de campagne, et les débats commencent ce jeudi. Ce sera intéressant de voir si la tendance se maintiendra lors du prochain sondage», indique Luc Fortin, rappelant qu’un second sondage sera mené par sa firme pour le compte du Nouvelliste dans la dernière semaine de la campagne électorale.

Avec les données publiées ce matin, Luc Fortin constate que les candidats peuvent maintenant identifier un meneur, et que la pression sera désormais sur lui. «C’est évident qu’à partir de maintenant, la pression sera sur M. Aubin, et qu’il va probablement être la cible de bien des attaques, surtout lors des débats. Il est le meneur, ce qui le place dans une position où il devra se montrer combatif pour garder cette avance», croit Luc Fortin.

Clivage générationnel

Fait intéressant à noter, le sondage permet également de dégager des meneurs selon les groupes d’âge. Luc Fortin constate du même coup qu’un clivage générationnel s’est nettement fait sentir entre Jean-François Aubin et Jean Lamarche. M. Aubin est effectivement le meneur chez les 18-34 ans (58,1 %) et chez les 65 ans et plus (52,9 %), alors que M. Lamarche récolte davantage d’appuis chez les 35-49 ans (53,1 %) et chez les 50-64 ans (43,5 %).

«C’est intéressant de constater ce clivage, et il va aussi falloir que les candidats adaptent leurs actions en conséquence. Jean-François Aubin récolte beaucoup d’appuis chez les 18-34 ans, mais c’est également le groupe d’âge qui est généralement le moins enclin à sortir voter. Il y a là un défi de faire sortir le vote. Par contre, les 65 ans et plus sont généralement assidus et disciplinés sur le vote, mais ça demande également une organisation importante pour en accommoder certains, puisqu’il y a moins de vote itinérant dans une élection municipale», ajoute Luc Fortin.

Opinion positive?

Par ailleurs, les répondants ont été questionnés à savoir s’ils avaient une opinion positive ou négative des différents candidats présentement dans la course à la mairie de Trois-Rivières. Lorsque l’on retranche les opinions négatives des opinions positives, on constate que c’est Jean Lamarche qui se démarque avec la plus grande proportion de réactions positives avec 23,7 % (40,7 % de positif et 17 % de négatif), suivi de Jean-François Aubin à 16,6 % (41,8 % de positif et 25,2 % de négatif) et d’Éric Lord à 12 % (33,5 % de positif et 21,5 % de négatif).

Seul Pierre-Benoît Fortin dégage davantage d’opinion négative (44,1 %) que positive (8,9 %). «Ce constat illustre que M. Lamarche est le candidat qui gagne le plus à être connu. Reste maintenant à savoir s’il pourra capitaliser sur le capital de sympathie dont il jouit pour rattraper Jean-François Aubin dans les intentions de vote d’ici la fin de la campagne», dénote Luc Fortin.

Le sondage a été mené le 8 avril dernier auprès de 676 personnes vivant à Trois-Rivières et âgées de 18 ans ou plus. La marge d’erreur du sondage est de plus ou moins 3,77% et ses résultats sont exacts 19 fois sur 20.