Le boulevard des Récollets à Trois-Rivières a été inondé une deuxième fois en une semaine.
Le boulevard des Récollets à Trois-Rivières a été inondé une deuxième fois en une semaine.

L’évacuation d’eau de pluie insuffisante sur des Récollets

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Pour la deuxième fois en une semaine, le boulevard des Récollets a été inondé lors de fortes pluies. Déjà gorgé par les 100 mm de pluie de la semaine dernière, le réseau d’évacuation des eaux pluviales de ce secteur de Trois-Rivières n’a pas réussi mardi soir à absorber les 31 mm de pluie tombés en moins d’une heure.

«Nous sommes encore dans les relents du 100 mm de pluie de la semaine passée. Les sols encore gorgés d’eau, ça ne prend pas une forte pluie pour avoir la problématique qu’on a connue mardi», explique Guillaume Cholette-Janson, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

«La bonne nouvelle, c’est que ça s’est fait en dehors des heures de pointe et ça s’est résorbé rapidement.»

Les employés de la Ville de Trois-Rivières étaient sur place mercredi afin d’analyser la situation et déterminer si des interventions immédiates sont nécessaires. L’intensité des précipitations de mardi soir a aussi obligé une fois de plus des stations de pompage à déverser les eaux usées dans la rivière Saint-Maurice.

Météorologue chez Environnement Canada, Jean-Philippe Bégin affirme que 31 mm de pluie en heure représentent des précipitations considérables, mais pas du tout anormales lorsque surviennent des orages durant l’été. «Nous considérons qu’un orage est violent lorsque nous recevons 50 mm de pluie», explique le météorologue.

Des interventions nécessaires

Ce n’est pas la première fois que le réseau d’évacuation des eaux de pluie de ce secteur de la ville connaît certains problèmes. En 2011, une quinzaine de résidences des rues J.-E.-Janvier, Louis-Julien et Louis-Camirand avaient été inondées à la suite de forte pluie. Les propriétaires ont obtenu de la Ville dans des ententes hors cours des sommes variant entre 900 et 7000 $ pour des dommages subis.

Des travaux sur le réseau d’évacuation des eaux pluviales ont aussi été réalisés dans ce secteur il y a quelques années, rappelle la Ville, à la suite des problèmes de 2011. D’autres interventions sont prévues pour éviter les débordements sur le boulevard des Récollets.

«La Ville prévoit faire des bras de détournement sur le ruisseau Lacerte qui détournerait le trop plein vers le pont Laviolette», explique Guillaume Cholette-Janson.

Le conseiller municipal du district de La Vérendrye où se trouve ce tronçon du boulevard des Récollets estime que les deux inondations en une semaine font la démonstration de l’importance de réaliser des interventions pour rendre plus efficace le système d’évacuation des eaux de pluie.

«Je me bas à la table du conseil pour que soit priorisé le projet. Quand l’exceptionnel arrive deux semaines de suite, je pense qu’on a un bon argument», estime pour sa part Dany Carpentier.

De la grêle et des pannes électriques

Il n’y a pas que Trois-Rivières qui a connu de forts orages. Des arbres sont tombés et de la grêle a été observée dans des secteurs comme Saint-Élie-de-Caxton et à Saint-Mathieu-du-Parc.

Mercredi matin, le secteur de Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières a été privé d’électricité. La panne généralisée survenue vers 9h touchait plus de 26 000 clients. En moins d’une heure, tout était rentré dans l’ordre.

Le commerce d’articles de sports Plante Sports mentionnait notamment avoir dû ouvrir à 10h, soit 30 minutes plus tard qu’à la normale en raison de l’interruption du service d’Hydro-Québec.

D’autres pannes ont aussi entraîné des coupures dans d’autres localités de la Mauricie du Centre-du-Québec. En matinée, près de 900 clients, excluant ceux du Cap-de-la-Madeleine, n’avaient pas d’électricité.