Les ventes de l’église Saint-Sacrement et de quatre autres églises de Trois-Rivières devraient être officialisées sous peu.
Les ventes de l’église Saint-Sacrement et de quatre autres églises de Trois-Rivières devraient être officialisées sous peu.

Le sort de l’église Saint-Sacrement scellé?

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Le sort de l’église Saint-Sacrement, l’un des cinq lieux de culte trifluviens faisant présentement l’objet d’offres d’achat non sollicitées, est sur le point d’être scellé.

Alors que des rumeurs laissaient sous-entendre que des partenaires d’un important promoteur de spectacles montréalais étaient derrière une offre d’achat pour le bâtiment situé sur le boulevard Saint-Louis, le curé modérateur de la paroisse du Bon-Pasteur, l’abbé François Donaldson, indique que l’endroit deviendra fort probablement la propriété de la Maison Carpe Diem. Selon ce dernier, l’organisme communautaire qui offre des services d’accompagnement et d’hébergement aux personnes souffrant d’Alzheimer a fait savoir qu’il allait se prévaloir de l’option d’achat prioritaire qu’il possède sur ce bâtiment. Rappelons que Carpe Diem occupe l’ancien presbytère adjacent à l’église depuis plusieurs années et planche sur un projet d’agrandissement qui lui permettra de bonifier son offre.

«Si nous avions un autre d’acheteur intéressé [par l’église Saint-Sacrement], nous devions l’offrir en premier à Carpe Diem. Ils ont utilisé leur option. […] Il n’y a rien de signé encore, mais ils nous ont fait part qu’ils allaient s’en prévaloir. Ils nous ont envoyé une lettre à cet effet», mentionne l’abbé Donaldson.

Du côté de la direction de Carpe Diem, sa directrice générale, Nicole Poirier, n’a pas voulu faire de commentaires.

Rappelons que les ventes de cette église ainsi que des quatre autres faisant l’objet d’offres d’achat, soit Saint-Jean-de-Brébeuf, Jean-XXIII, Sainte-Marguerite et Notre-Dame-des-Sept-Allégresses, doivent être entérinées par l’évêque du diocèse de Trois-Rivières, Mgr Luc Bouchard. Selon ce qu’a appris l’abbé Donaldson, le grand patron du diocèse devrait donner son aval très prochainement.

«Il semblerait qu’il n’y a rien qui puisse l’empêcher de donner son autorisation», précise le curé de la paroisse dont le parc immobilier comprend les cinq églises convoitées par des promoteurs.