De gauche à droite,l’abbé Denis Gervais, directeur général du Centre de solidarité Saint-Eugène, Jocelyne Roy et Blaise Gagnon, administrateurs, de même que Ginette Lacoursière, présidente.

Le petit miracle de Saint-Eugène

TROIS-RIVIÈRES — À l’heure où des églises ferment, sont abandonnées ou converties en résidences privées, c’est un véritable petit miracle qu’a pu accomplir une poignée de bénévoles du secteur Cap-de-la-Madeleine au cours des derniers mois. Ayant acquis l’église Saint-Eugène il y a un peu moins de deux ans maintenant, le Centre de solidarité Saint-Eugène a officiellement inauguré ses locaux mercredi matin, à l’intérieur de cette ancienne église.

Ce centre regroupe désormais six groupes réguliers et un groupe pour ses réunions mensuelles, des organismes communautaires pour la plupart ou ayant pour mission de rassembler les gens du secteur et de leur donner un lieu de rencontre. Ainsi, les organismes Ebyôn, l’Âge d’or Saint-Eugène, l’Aféas Saint-Eugène, Cursillo du Cap, l’Association des retraités et préretraités de l’usine Kruger de Trois-Rivières, la ligue de sacs de sable du Cap ainsi que l’exécutif local de la Société Saint-Jean-Baptiste y ont élu domicile.

«En y accueillant des groupes qui l’utilisaient auparavant et en y accueillant de nouveaux groupes, la corporation atteint son premier objectif de redonner au milieu un lieu de rassemblement, d’activités et de services. Au moment où plusieurs églises sont abandonnées au Québec, nous nous réjouissons d’avoir pu aménager et restaurer un peu celle-ci», mentionne l’abbé Denis Gervais, directeur général de la corporation et membre fondateur d’Ebyôn.

Parmi les activités qui sont également regroupées en ces murs se trouve le comptoir vestimentaire Les trouvailles d’Eugène, un service d’alphabétisation pour les nouveaux arrivants ainsi qu’un café de quartier. Par ailleurs, les locaux ont également été prêtés pour diverses raisons, dont à des équipes de pastorale du secteur, au groupe Cuisinons Entr’aînés, à la fête de quartier et à l’organisme Ménagez-vous. On estime que depuis son entrée en fonction, plus de 23 000 personnes ont franchi les portes de ce nouveau centre de solidarité.

«Le projet n’aurait pas pu voir le jour si ce n’avait été de la contribution de nombreux donateurs, qui ont pour la plupart voulu rester anonymes, mais sans qui tout cela ne serait pas possible», note la présidente du conseil d’administration, Ginette Levasseur, qui souligne tout de même la contribution de plusieurs groupes communautaires et entreprises, de la Ville de Trois-Rivières ainsi que des gouvernements provincial et fédéral.

Les contributions ont également permis de réaliser plusieurs travaux sur la bâtisse, dont la réfection de la toiture de même que l’aménagement d’une salle de toilette. Dans un avenir rapproché, le conseil d’administration espère également pouvoir réaliser des travaux d’amélioration à l’extérieur de la bâtisse de même qu’au sous-sol pour pouvoir accommoder encore plus de groupes et d’activités.