Le feu vert fédéral se fera attendre pour le projet de modernisation de la bande urbaine du port de Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — Alors que le port de Trois-Rivières attend un feu vert de Transports Canada pour enclencher son projet de modernisation de la bande urbaine évalué à près de 100 millions de dollars, le ministre Marc Garneau a refroidi les ardeurs du promoteur lors d’une rencontre mardi.

C’est que le fédéral doit autoriser la modification des lettres patentes de l’Administration portuaire de Trois-Rivières pour lui permettre des projets à caractère résidentiel, commercial et récréotouristique. Or, après deux ans de démarches, rien ne bouge et «le temps presse», avouait récemment le président-directeur général de l’APTR, Gaétan Boivin, compte tenu du déclenchement prochain de la campagne électorale au pays. Et celui-ci a reçu l’appui du milieu lors d’une vaste mobilisation. «On aurait aimé que ça se signe avant les élections. On peut comprendre qu’il va s’écouler plusieurs mois avant qu’on puisse vraiment avoir des discussions de fond là-dessus. J’ai une déception que le ministre n’ait pas signé. Mais en même temps, il y a une ouverture», a commenté M. Boivin au terme de son entretien avec le ministre des Transports lors de son passage à Trois-Rivières.

En entrevue au Nouvelliste, le ministre Garneau a indiqué que la proposition du port sera étudiée dans le contexte de révision de la gouvernance des ports. «On ne pourra pas prendre une décision immédiatement. C’est un projet de longue haleine, on a consulté les 18 autorités portuaires, dont Trois-Rivières, et c’est quelque chose, parmi d’autres, qu’on va examiner. Mais ça ne veut pas dire qu’on n’est pas ouvert. On est en train de le regarder», a-t-il expliqué.

Ce dernier rappelle que les ports sont là pour l’expansion du commerce maritime. «C’est Transports Canada qui doit examiner si la demande qui vient de Trois-Rivières cadre avec le mandat de nos autorités portuaires», précise Marc Garneau.

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Gaétan Boivin se console de le voir au moins considérer sa demande. «Je suis quand même content parce que le ministre va ajouter ce point-là pour la modernisation de la loi qui est en train de se faire. Le ministre Garneau m’a confirmé que ça allait faire partie des discussions dans les prochaines semaines, les prochains mois. Je prends ça positivement. Ça va juste prendre un plus de temps qu’on espérait. Il y a des choses qui prennent du temps, c’est pour ça qu’il faut les commencer tôt. N’oublions pas que Cap sur 2030 se finit en 2030. On ne peut pas tout faire la même année», a-t-il conclu.