La structure du futur colisée du District 55 commence à prendre forme.

Le colisée prend forme à Trois-Rivières

Trois-Rivières — Les automobilistes qui circulent à la jonction des autoroutes 40 et 55 à Trois-Rivières, de même que les citoyens se promenant aux abords du District 55 depuis les derniers jours l’ont remarqué: la structure du futur colisée prend de plus en plus forme et on a même commencé à voir sortir de terre cette structure qui abritera d’ici la prochaine année deux nouvelles glaces.

Ce projet, pour lequel une enveloppe budgétaire de plus de 53 M$ a été réservée, est en chantier depuis le mois de juin dernier, moment où l’on a procédé à la première pelletée de terre. Or, le travail qui s’y faisait était jusqu’à ce jour bien peu visible du grand public, reconnaît la porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Cynthia Simard.

«C’est une étape qui est excitante, parce qu’on le voit concrètement qu’on va avoir un nouveau colisée», commente-t-elle, rappelant que le travail ne s’est jamais vraiment arrêté sur le terrain depuis le tout début des travaux, et ce, même si aux yeux du public, rien n’y paraissait vraiment. «On a d’abord planté les pieux, fabriqué les murs de soutènement. Ça, c’est terminé depuis janvier. Là on a commencé à voir que la structure apparaît dans le paysage», note-t-elle.

Ainsi, cette première section qui devrait accueillir le hall d’entrée et les concessions est en plein chantier depuis le 5 mars dernier. Par la suite, deux autres sections verront leur structure être montée, soit la structure de la grande glace de près de 4390 sièges, puis la troisième section qui accueillera la plus petite glace de ce complexe sportif. Une étape du chantier qui devrait se poursuivre sur les deux prochains mois, soit jusqu’en mai.

«Ça va durer plusieurs semaines encore. Une fois cette étape complétée, on passera à la toiture, la finition des murs extérieurs, les travaux d’installation des gradins, plomberie, électricité, etc. C’est un travail qui est minutieux, qui prend beaucoup de temps et c’est tout à fait normal», constate Cynthia Simard, reconnaissant tout de même que pour les citoyens, le fait de voir s’élever de terre le projet rend la présence du nouveau colisée dans le paysage trifluvien comme étant plus concret, ce qui crée du même coup l’enthousiasme.

Clé en main

En date d’aujourd’hui, tant les échéanciers que l’enveloppe budgétaire réservée au projet sont respectés à la lettre, assure Cynthia Simard, qui ajoute que le fait que la Ville ait choisi d’octroyer un contrat «clé en main» pour la construction du colisée aide à maintenir ces objectifs. «Il faut rappeler que c’est un contrat clé en main qui a été donné à un entrepreneur. Il y a un responsable de la conception, ensuite de la construction. Et pendant qu’on se concentrait sur la construction du sous-sol et des murs de soutènement, il y avait d’autres travaux qui se faisaient, notamment sur les plans», explique-t-elle.

C’est donc de cette manière que pendant que l’on achève les plans d’architecture, par exemple, on peut tout de même déjà se concentrer sur les travaux de fondation. «Le plan d’architecture n’était pas encore complètement terminé lorsqu’on travaillait sur les pieux, par exemple. Les travaux se font en parallèle et l’avantage c’est que le travail se fait plus rapidement parce qu’à la place d’attendre que tous les plans soient terminés et ensuite octroyer le contrat pour la construction, l’entrepreneur peut le faire en même temps», indique celle qui précise toutefois que l’ensemble des plans ont depuis été déposés à la Ville, qui procède actuellement à certaines analyses finales.

Ainsi, la livraison du colisée devrait se faire en décembre 2019, pour une ouverture officielle en 2020. «Quand on parle de décembre 2019, ce n’est pas l’ouverture du colisée mais bien le moment où l’entrepreneur doit nous remettre les clés. Le moment où la Ville va prendre possession du bâtiment. Il y aura ouverture officielle en 2020, la date n’a pas encore été déterminée. Ça pourrait prendre plusieurs semaines voire quelques mois le temps, justement, que l’on prenne possession des installations, qu’on installe les activités», mentionne Cynthia Simard.

Rappelons que le contrat de 49 288 000 $ taxes exclues a été octroyé en janvier 2018 au Groupe TEQ, qui est le maître d’œuvre du chantier. Une subvention de 26,8 M$ obtenue de Québec couvre 50 % des frais de construction du nouveau colisée de deux glaces. Certains correctifs ont depuis été apportés au contrat, des éléments mineurs étant ajoutés, d’autres enlevés, mais sans que l’enveloppe finale du budget n’en soit encore dépassée, soutient Mme Simard.

Par ailleurs, le public peut suivre l’avancement des travaux en direct par le biais d’une caméra web qui est retransmise sur le site Internet de la Ville de Trois-Rivières, à l’adresse colisee.v3r.net.