Le Centre intégré en pâtes et papier du campus de l'UQTR ne sera finalement pas vendu pour taxes impayées

Le CIPP ne sera pas mis en vente

Le Centre intégré en pâtes et papiers (CIPP) de l'UQTR ne sera pas vendu pour défaut de paiement de taxes ce jeudi, et ce, même si le dossier n'a pas encore été réglé avec la Ville. C'est ce qu'a fait savoir le maire Yves Lévesque, lors du conseil municipal lundi soir.
«L'exécutif va faire en sorte de retirer de façon temporaire cet item-là de la liste, parce que l'université, la rectrice et ses gens aux finances négocient de façon sérieuse avec les différents ministres impliqués dans ce dossier», a déclaré Yves Lévesque.
On sait que le bâtiment, qui a une valeur de près de 80 M$, était en défaut de paiement de taxes pour 6,5 M$ auprès de la Ville de Trois-Rivières. Or, de nombreuses négociations avec le gouvernement ont eu lieu afin que le bâtiment, géré par un organisme sans but lucratif, soit rétrocédé à l'UQTR pour ainsi être reconnu comme maison d'enseignement et donc être exempt de taxes municipales.
Il n'était cependant pas possible pour le conseil des ministres de discuter de ce dossier avant le début du mois de février, soit après la vente pour défaut de paiement de taxes.
Dans ces circonstances, la Ville fait le pari de faire confiance. «L'UQTR est un partenaire important pour la ville de Trois-Rivières et l'université a besoin de ce bâtiment-là, qui est occupé à 100 %. Si on vendait pour taxes, on l'aurait vendu. C'est un bâtiment intéressant avec un bon potentiel mais on n'est pas là pour nuire à l'université mais pour l'aider. Alorson a accepté leur demande pour leur donner le temps d'entériner une entente satisfaisante entre les deux parties», déclare Yves Lévesque.