Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jean-Claude Ayotte, cofondateur de l’Action civique de Trois-Rivières.
Jean-Claude Ayotte, cofondateur de l’Action civique de Trois-Rivières.

Le chef de l’Action civique de Trois-Rivières connu au mois d’août

Charles-Antoine Boulanger
Charles-Antoine Boulanger
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Le parti politique Action civique Trois-Rivières assure qu’il dévoilera l’identité de son chef au cours du mois d’août. Le nom de l’aspirant maire devait être initialement révélé au début de l’été, mais ça n’a pas été le cas. La personne en question serait toujours en réflexion. Le parti se dit prêt à essuyer un refus et vise à être 100% opérationnel d’ici la mi-septembre, en vue des élections municipales du 7 novembre.

L’homme ou la femme dans la ligne de mire jouirait d’une notoriété régionale. «C’est quelqu’un qui est connu. C’est quelqu’un évidemment qu’on n’aurait pas à faire de publicité autour de son nom», souligne Jean-Claude Ayotte, cofondateur du parti, sans donner plus de détails.

«On a approché une personne qui nous a demandé un délai supplémentaire pour prendre le temps de réfléchir à son implication. On a fait le choix de permettre à cette personne-là de réfléchir avec les conséquences que ça peut avoir [...]. On est en attente nous aussi de la réflexion», confie-t-il.

L’individu sélectionné fait partie des trois personnes approchées par M. Ayotte pour devenir le chef de l’Action civique. «J’avais une courte liste et je m’en tiens à ma courte liste.» Sur cette liste figurait le nom de l’ancienne ministre libérale Julie Boulet. Rappelons que celle-ci a fermé la porte à une éventuelle candidature.

«Attirer des talents pour venir faire de la politique, actuellement ce n’est pas quelque chose qui est simple à faire.»

Le présent scénario n’est pas ce que le cofondateur de la formation politique avait prévu à l’origine. C’est tout un travail de réajustement qui a dû être mené. Malgré tout, celui-ci affirme ne pas être inquiet quant à l’avenir.

Jean-Claude Ayotte pourrait-il se porter candidat à la mairie sous la bannière du parti qu’il a cofondé avec Stéphane Guay? Le principal intéressé répond que c’est une possibilité. «La politique, ça m’a toujours intéressé […]. Je n’ai jamais caché mon intérêt d’éventuellement poser ma candidature.»

Il reste quand même persuadé que le plan original connaitra le dénouement espéré. «Pour l’instant, il est trop tôt pour établir quel sera le plan B. Moi je suis encore très optimiste par rapport au plan A.»

Des candidats dans chaque district

M. Ayotte réitère sa volonté de présenter des candidats dans les 14 districts électoraux de la ville. «On n’est pas en retard», lance-t-il. «Notre plan de communication au niveau de l’annonce de candidatures dans les districts débute au mois d’août.»

Une série d’annonces aura lieu dans les semaines à venir. De nouveaux détails concernant la plateforme électorale seront dévoilés. «Nous sommes les seuls à avoir proposé des choses concrètes pour les citoyens en vue de la prochaine campagne», se permet-il d’affirmer.

Une nouvelle image

L’Action civique lèvera le voile sur un tout nouveau logo très bientôt. «Les Trifluviens vont se retrouver dans ce logo-là, je suis certain.» Jean-Claude Ayotte parle d’«un logo qui va inviter les gens à passer à l’action.» Le logo arborera des couleurs vives en plus de faire un clin d’œil au pont Laviolette. En complémentarité, le parti travaille en ce moment sur un site web.

Près de 100 membres en règle

Les plus récents chiffres indiquent que le parti dispose d’un total de 90 membres. M. Ayotte juge que cette performance s’explique par le contexte pandémique qui ne rend pas facile la tenue d’activités de recrutement. Pendant la campagne, le parti tentera de faire augmenter le nombre de cartes de membres vendues.