Le Bluenose II a fait un passage remarqué, vendredi soir à Trois-Rivières. Il sera de retour le 5 septembre.

Le Bluenose II de passage à Trois-Rivières

Trois-Rivières — La saison 2019 des croisières à Trois-Rivières a été marquée, vendredi, par le passage remarqué du Bluenose II au port de Trois-Rivières. Cette réplique de la célèbre goélette disparue en 1946 a attiré de nombreux curieux qui ont eu l’occasion de visiter le pont du navire en début de soirée. Un passage remarqué au cœur d’une saison des croisières qui s’annonce moins populeuse que par les années passées, mais tout de même intéressante de par la consolidation de liens avec certaines compagnies de croisières.

Au total, ce sont onze navires qui ont fait ou feront escale à Trois-Rivières et ce, jusqu’au 8 octobre. Des navires, pour la plupart, de plus petites tailles que ce que Trois-Rivières a été habituée de recevoir, mais qui ne rendent pas moins intéressante la venue de ces touristes qui découvrent la ville par la voie maritime, estime le coordonnateur aux croisières pour Tourisme Trois-Rivières, Jean Perron.

«À chaque année, notre travail est d’essayer d’attirer différentes compagnies de croisières. Certaines sont fidèles et ont pris l’habitude de venir nous voir. D’autres sont plus difficiles à attirer car elles préfèrent naviguer dans le golfe du Saint-Laurent et se concentrer sur ces escales. Mais on s’ajuste au fil du temps et ça nous appartient d’être présents dans les différents salons, dans les événements de croisières pour continuer de vendre la destination et tirer notre épingle du jeu», constate M. Perron.

L’an dernier, la saison des croisières avait été une saison record depuis le début de ce nouveau créneau touristique, avec plus de 9100 passagers et membres d’équipage. Cette année, le nombre de passagers sera un peu moindre, mais les escales annoncent du même coup la consolidation d’ententes prises avec des compagnies qui prennent de plus en plus l’habitude de venir à Trois-Rivières.

Le plus gros navire à accoster cet été, le Insigna, sera à Trois-Rivières le 12 septembre prochain, avec 684 passagers et 400 membres d’équipage. De même, le Seabourn Quest s’arrêtera le 2 octobre avec 450 passagers et 300 membres d’équipage. Trois-Rivières pourra également compter sur des passages fréquents du M/V Victory II Prestige, du Canadian Empress, du Grande Caribe et du Grande Mariner.

Notons par ailleurs que le Bluenose II sera aussi de retour le 5 septembre.

Retraite

Pour Jean Perron, il s’agira en outre de sa dernière saison des croisières avant une retraite bien méritée. Le principal intéressé est tout de même d’avis que Trois-Rivières aura tout avantage à poursuivre le développement de ce créneau touristique, qui amène une clientèle nouvelle et complémentaire à celle que les autres stratégies de démarchage attirent déjà.

De 2012 à 2016, Jean Perron était affecté aux opérations pour le tourisme de croisière, avant de reprendre la coordination après le départ de l’ancienne directrice Yolaine Masse. Depuis les 4 dernières années, il a assuré le développement de ce secteur. «J’ai fait ce que j’ai pu pour poursuivre et j’ai hâte de savoir qui me remplacera, car à mon avis nous avons réussi à jeter les balises pour une bonne base, mais nous devons toujours continuer de travailler à développer les croisières. Le marché appartient aux compagnies, ce n’est pas nous qui décidons, mais on peut faire la différence en étant présents, toujours présents, dans les salons, les missions. Nous avons une bonne collaboration avec l’Association des croisières du Saint-Laurent et il faut continuer à développer le créneau», croit-il.

Déjà cette année, l’équipe de Tourisme Trois-Rivières s’affaire à penser et offrir des activités plus exclusives pour les croisiéristes, alors que les compagnies recherchent de plus en plus ce genre d’attentions pour leur clientèle. Une clientèle qui, rappelons-le, fréquentera Trois-Rivières jusqu’à la mi-octobre, étirant bien souvent la saison touristique au-delà de l’achalandée période estivale, rappelle Jean Perron.