Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Nancy et Richard ont fait preuve de créativité au cours de ces deux derniers jours passés sans électricité.
Nancy et Richard ont fait preuve de créativité au cours de ces deux derniers jours passés sans électricité.

La débrouillardise et le bon voisinage comme remède au manque de courant

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Deux jours après le passage d’un violent orage qui a causé d’énormes dégâts à Trois-Rivières, quelques citoyens demeuraient encore sans courant, jeudi soir. Bien qu’ils aient assurément hâte de pouvoir bénéficier à nouveau de l’électricité, des résidents du secteur des rues Taillon et Mousseau, dans le secteur de Cap-de-la-Madeleine, ont fait contre mauvaise fortune bon cœur, certains bénéficiant de l’aide de leur famille, d’amis, et même de leur voisin, tout en faisant preuve de créativité en attendant.

«Nos voisins qui ont retrouvé le courant ce matin (jeudi) nous ont offert d’aller cuisiner chez eux, d’aller prendre un café. C’est dans ces moments-là qu’on se rend compte qu’on a de bons voisins», témoigne Nancy, qui se préparait avec son conjoint Richard, à passer une troisième soirée sans courant.

En attendant le retour du courant, le couple a pu transférer les aliments conservés dans son réfrigérateur et son congélateur dans ceux de membres de leur famille plus chanceux. Il a également mis sa débrouillardise à l’épreuve, se servant du chauffe-eau de sa roulotte pour faire la vaisselle et se laver, depuis deux jours.

Un cortège de véhicules d’Hydro-Québec et d’entreprises d’émondage était stationné sur le rue Mousseau, jeudi.

«On fait du camping», plaisante Richard, le sourire aux lèvres malgré la situation.

Une des voisines de Richard et Nancy, Linda Boisclair, a pu compter sur une génératrice pour garder ses aliments au frais et s’éclairer le soir venu. Et pour manger, elle a trouvé d’autres alternatives.

«Ce sont les soirs qui sont longs, mais on se débrouille. On s’est fait livrer des repas et on a mis le barbecue à contribution», explique-t-elle.

Linda Boisclair a pu garder son réfrigérateur et son congélateur branchés sur une génératrice et a cuisiné sur son barbecue en attendant le retour de l’électricité.

La panne dans ce secteur est la dernière qu’il restait à régler à Trois-Rivières, jeudi. Si le rétablissement de l’électricité s’avère aussi long, c’est que la ligne électrique passe littéralement dans la cour arrière des maisons situées sur les rues Taillon et Mousseau. Lorsque l’orage a frappé, mardi après-midi, il a fait casser un gros chêne qui s’est soulevé de terre avant de tomber sur les fils électriques. Un des poteaux a été amoché au point que l’on doive le remplacer, ce qui n’est pas une mince affaire, selon Hydro-Québec.

«C’est dans un endroit difficile d’accès et les équipes ont très peu d’espace pour manoeuvrer, explique Élisabeth Gladu, conseillère aux affaires publiques pour Hydro-Québec en Mauricie. En plus, il y a du béton qui a été coulé autour du poteau, c’est donc encore plus compliqué pour le retirer de là et en mettre un nouveau.»

Vers 18h, jeudi, des ouvriers étaient d’ailleurs en train de tenter de déloger l’ancien poteau de son emplacement. La société d’État avait bon espoir de terminer les travaux vers minuit, mais des résidents rapportent s’être fait dire qu’ils pourraient se poursuivre pendant la nuit.

Les ouvriers ont dû passer par la cour d’une résidence pour avoir accès au poteau à remplacer.

Inondé trois mois après avoir déménagé

Au gym Syn3rgie Performance, sur la rue Baillargeon dans le quartier Sainte-Marguerite, on s’affairait à sortir le matériel qui a été inondé lorsque l’eau a pénétré dans le bâtiment, mardi. Les dégâts sont considérables, selon le propriétaire, Raphaël Gauthier.

«Tout est à refaire. Le bas des murs a pris l’eau. Tout le gazon synthétique est à jeter, parce que l’eau était trop malpropre», déplore-t-il.

Comble de malheur, le gym a déménagé il y a tout juste trois mois dans ses nouveaux locaux. M. Gauthier compte malgré tout accueillir sa clientèle vendredi... mais à l’extérieur du gym.

Trois mois après avoir déménagé sur la rue Baillargeon, le gym Syn3rgie Performance a subi de lourds dégâts lors de l’orage de mardi.

Dans le même complexe commercial, des employés de l’entreprise TechnoSolutions CL ont indiqué au Nouvelliste avoir aussi été inondés, mais en raison d’un refoulement d’égout. Les dégâts étaient toutefois très limités, selon eux, le matériel plus dispendieux ayant pu être protégé à temps.

Par les fenêtres d’un local à louer, toujours dans le même bâtiment, une flaque d’eau était toujours visible à l’intérieur.

Encore de l’eau sous le viaduc Père-Daniel

À côté de TechnoSolutions CL, le viaduc de la rue Père-Daniel qui permet de passer sous l’autoroute 40 était toujours inaccessible, jeudi en fin d’après-midi. La Ville de Trois-Rivières indique toutefois que les travaux de pompage et de nettoyage devaient se terminer avant la fin de la journée, permettant sa réouverture en soirée.

Le viaduc de la rue Père-Daniel était toujours fermé, en fin d’après-midi, jeudi.

La Ville poursuivait par ailleurs la collecte de branches, l’émondage et la réparation de chaussée sur l’ensemble de son territoire, jeudi. Des fournisseurs externes ont été appelés en renfort aux employés municipaux.

Une quarantaine de conteneurs ont été réquisitionnés jusqu’à présent par des citoyens désirant se débarrasser de branches et de débris d’arbres, indique la Ville. La demande pour obtenir un conteneur doit se faire par le service 311. Si les quantités de branches sont moins importantes, une requête peut aussi être faite au 311 pour demander une collecte d’encombrants.

Enfin, 360 personnes se sont procuré des caisses d’eau embouteillées entre 15h30 et 21h, mercredi, alors qu’un avis d’ébullition était toujours en vigueur sur une partie de la ville, y compris dans plusieurs secteurs privés d’électricité.

Le Club Métabéroutin ouvert vendredi

Les golfeurs seront par ailleurs heureux d’apprendre qu’ils pourront retourner sur les verts du Club Métabéroutin, vendredi. Après avoir passé deux jours à remettre le terrain en ordre avec l’aide de bénévoles, le Club a indiqué au Nouvelliste avoir réussi à éliminer pratiquement tous les arbres et branches qui gênaient le jeu.

Après avoir été fermé mercredi, le Club de golf Ki-8-Eb a pour sa part pu reprendre ses activités, jeudi. Sur sa page Facebook, le Club indique toutefois que son funiculaire, son casse-croûte et son bar sont inutilisables.

Il n’a pas été possible de savoir si le Club de golf du Moulin était ouvert, jeudi, mais rien n’indiquait le contraire sur sa page Facebook ou sur son répondeur.