Jean Lamarche, candidat à la mairie de Trois-Rivières.

Jean Lamarche présente son cadre financier

Trois-Rivières — Des engagements à la hauteur de 705 000$, voilà ce que le candidat à la mairie Jean Lamarche estime avoir présenté au cours de cette campagne électorale. Celui qui a fait de la «fierté» et de la «continuité» son leitmotiv durant cette campagne a présenté son cadre financier vendredi matin, alors qu’il présentait son bilan, à deux jours du vote.

Plusieurs engagements proposés par Jean Lamarche durant les dernières semaines pourraient être financés selon divers programmes disponibles aux différents paliers de gouvernement, alors que d’autres sont des appuis à des projets déjà inscrits au Plan triennal d’immobilisation de la Ville, ce qui implique que les sommes pour y parvenir sont déjà prévues dans les livres de l’administration municipale, fait-il remarquer.

Ainsi, des engagements qui entraîneront de nouvelles dépenses, Jean Lamarche identifie six projets. D’abord, un montant de 200 000 $ par année sera consacré au programme d’incitatif pour l’achat de vélo à assistance électrique. Une autre dépense de 200 000 $ servira à aménager un terrain de pickleball dans le parc Roger-Guilbault du secteur Sainte-Marthe. Le candidat s’était en effet engagé à bâtir au moins un de ces terrains par secteur, le premier se trouvant dans ce parc.

En lien avec la pénurie de main-d’œuvre, M. Lamarche prévoit également une enveloppe de 125 000 $ qui sera dédiée à l’embauche d’une ressource supplémentaire chez IDE Trois-Rivières pour travailler à la mise en place d’un plan d’action de rétention des diplômés. Un autre enveloppe de 100 000 $ sera consacrée à la mise sur pied du programme «mobilisez votre voisin», un programme qu’il souhaite implanter pour encourager les initiatives écocitoyennes qui prôneront la valorisation des quartiers par le développement durable.

L’organisation d’une manche du Championnat du monde de RallyCross FIA en période hivernale nécessitera une contribution financière de la Ville de 150 000 $, estime M. Lamarche, qui précise toutefois qu’un budget d’environ 100 000 $ était antérieurement consacré à l’organisation des Nuits polaires, ce qui viendra compenser une partie de cette dépense.

Finalement, une enveloppe de 30 000 $ pour le financement de l’animation socioculturelle en résidence pour personnes âgées sera allouée à l’intérieur du programme Municipalité amie des aînés, précise Jean Lamarche.

Quant à la réfection de l’aérogare de Trois-Rivières, la réfection de l’aqueduc et des égouts de l’île Saint-Quentin ainsi que la réfection des infrastructures dans une partie du secteur Saint-Louis-de-France, ces dépenses pourront être financées à partir de programmes déjà existants dans les autres paliers de gouvernement. «À partir de là, c’est le rôle du maire d’user de représentation afin d’aller chercher les montants auxquels la Ville a droit pour réaliser ces projets, et c’est ce que j’entends faire», mentionne-t-il.

Par ailleurs, M. Lamarche souligne qu’à l’intérieur de la stratégie urbaine qu’il propose dans le bas du Cap, la Ville de Trois-Rivières s’est déjà engagée à la hauteur de 360 000 $ pendant 20 ans pour le projet de développement du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, un montant qui sera donc financé sur cette période.