L’ancien lutteur Jacques Rougeau était l’invité du 14e Noël des jeunes du CJE Trois-Rivières/MRC des Chenaux.

Jacques Rougeau au 14e Noël des jeunes

Trois-Rivières — Le Carrefour jeunesse emploi (CJE) Trois-Rivières/MRC des Chenaux avait un invité bien spécial pour la 14e édition de son Noël des jeunes. L’ancien lutteur professionnel Jacques Rougeau a présenté, dans le cadre du 20e anniversaire du CJE, une conférence qui a inspiré bien des jeunes à poursuivre leurs efforts de réinsertion scolaire et professionnelle.

L’ancien champion intercontinental et trois fois champion par équipe à la WWE (anciennement la WWF) a abordé plusieurs plans de sa carrière. Jacques Rougeau a témoigné des bons côtés de la gloire, mais aussi de ses côtés sombres. Son discours a touché les 75 jeunes âgés de 16 à 35 ans présents à l’événement.

«Je suis ici pour aider les jeunes... des jeunes qui n’ont peut-être pas réussi comme ils voulaient à l’école, mais qui ont droit à une deuxième chance. Le CJE est un organisme qui donne cette deuxième chance», a mentionné d’emblée en entrevue l’ancien lutteur devenu ensuite entraîneur. «Ces jeunes viennent de milieux défavorisés et c’est un milieu que j’aime beaucoup. Ce sont des gens vrais, simples et qui ont besoin d’aide.»

Jacques Rougeau avoue apprécier grandement présenter ce type de conférence et aller à la rencontre des jeunes. Ces rencontres peuvent, estime l’ancien lutteur, insuffler une motivation chez certaines personnes qui pourraient les inciter à se surpasser.

Le thème de l’intimidation a aussi été abordé lors de la conférence de Jacques Rougeau. Il est revenu sur l’agression réelle qu’il a subie en 1989 aux mains des British Bulldogs, un célèbre duo de la lutte professionnelle.

«J’ai passé par là à l’âge adulte. J’avais 30 ans et ils m’ont laissé dans un bain de sang. Ils ont essayé d’enlever toute estime de moi. Ç’a été une bataille difficile et j’ai eu un traumatisme sévère. J’ai manqué de tout perdre dans la vie. Pour une raison ou une autre, je me suis trouvé une énergie, j’ai continué et j’ai foncé», a-t-il avoué.

«Il n’y a pas un enfant ou un adulte qui doit passer par l’intimidation dans la vie. J’ai été chanceux, je suis un rescapé. Mais beaucoup ont été des victimes dans la WWE. Je les ai vu tomber, je les ai vu brailler et je les ai vu casser. Aujourd’hui, après avoir subi ce traumatisme, je me mets encore à pleurer des fois quand j’en parle. Et je vais avoir 60 ans. Ça traîne dans mon âme et mon cœur depuis trente ans ce qui m’est arrivé.»

Le chef d’équipe et responsable des communications au CJE, Félix Dupont, précise que le CJE voulait marquer le 20e anniversaire de l’organisme en invitant le lutteur qui a battu Hulk Hogan en 1997. «C’est une journée festive pour les jeunes du CJE», précise-t-il.