Le contrôle des insectes piqueurs fait l’objet d’un sondage de la Ville de Trois-Rivières.

Insectes piqueurs: Trois-Rivières veut connaître votre opinion

Trois-Rivières — La Ville de Trois-Rivières veut connaître l’opinion de sa population sur le contrôle des insectes piqueurs. Un sondage sur le sujet est en ligne sur son site web. Cette consultation ne signifie nullement que ce traitement biologique, qui s’attaque aux moustiques et aux mouches noires, est remis en question, affirme la Ville.

«Le sondage s’inscrit dans une volonté de la Ville d’être à l’écoute de sa population. C’est un sondage qui ne remet pas en question la pertinence du traitement, mais ça va nous servir à valider la perception de la population face à celui-ci», explique Guillaume Cholette-Janson, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.

Le contrat pour les insectes piqueurs avec l’entreprise GDG Environnement est d’ailleurs valide pour encore deux ans. Il se traduit par une taxe spéciale d’environ 34 $ acquittée par les propriétaires fonciers qui résident dans les zones visées. La Ville de Trois-Rivières procède au contrôle biologique des insectes piqueurs en effectuant de l’épandage sur son territoire depuis 2008. Il se tenait alors seulement dans le secteur Trois-Rivières-Ouest. Les opérations d’épandage de larvicide ont maintenant lieu dans les secteurs de Pointe-du-Lac, Trois-Rivières-Ouest, Trois-Rivières (district des Vieilles-Forges), Sainte-Marthe-du-Cap et Saint-Louis-de-France. Le dernier sondage qui traitait de cette question remonte à 2005. Selon M. Cholette-Janson, cette nouvelle consultation va permettre «d’évaluer l’évolution des perceptions de la population» à ce sujet.

Au cours des derniers mois, Le Nouvelliste a publié quelques lettres de lecteurs - pas nécessairement de Trois-Rivières - qui s’inquiétaient de l’efficacité ou de l’innocuité sur l’environnement du larvicide biologique Bti. À la Ville aussi, des citoyens expriment leur point de vue sur le sujet. «On reçoit des commentaires de citoyens chaque semaine, parfois parce qu’ils trouvent que le traitement n’est pas assez efficace ou parce qu’ils sont préoccupés par les impacts environnementaux qu’il peut avoir.»

Les questions du sondage abordent d’ailleurs certaines interrogations des citoyens. On leur demande notamment quelle est leur perception des effets du Bti sur la santé de la population et sur l’environnement. Ils sont aussi invités à exprimer leur opinion sur l’efficacité de la solution appliquée pour contrôler les insectes piqueurs ainsi que sur le rapport qualité-prix de ce service. Les répondants au sondage doivent demeurer à Trois-Rivières et être propriétaires de leur habitation.