GP3R en hiver: subvention pour une activité refusée par le conseil municipal

Trois-Rivières — C'est devant une salle bondée de citoyens divisés que les élus du conseil municipal ont majoritairement refusé mardi soir d'accorder une subvention de 100 000 $ au Grand prix de Trois-Rivières (GP3R) pour la tenue d'une activité en marge de l'épreuve d'hiver de Rallycross. Neuf élus ont rejeté cette demande de subvention, alors que cinq conseillers ainsi que le maire, Jean Lamarche, ont plutôt appuyé cette demande de subvention.

Le débat concernant cette subvention de 100 000 $ pour «organiser des activités familiales au centre-ville dans le cadre du Rallycross polaire de Trois-Rivières qui se tiendra du 31 janvier au 2 février 2020 à l'hippodrome» s'inscrit dans la volonté des élus de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. 

En décembre 2018, le conseil municipal avait adopté à l’unanimité une résolution déclarant l'urgence climatique. C'est avec la volonté de respecter cette déclaration que neuf élus ont voté contre l'octroi de cette subvention. Il s'agit des conseillers Dany Carpentier, Mariannick Mercure, Pierre Montreuil, Pierre-Luc Fortin, Ginette Bellemare, François Bélisle, Luc Tremblay, Denis Roy et Claude Ferron. 

«Il y a un an, nous avons adopté la déclaration d'urgence climatique à l’unanimité et il y a quelques semaines, ils étaient des milliers dans les rues pour nous le rappeler et nous demander d'agir maintenant», affirme la conseillère Mariannick Mercure. «Aujourd'hui, on nous propose d'embarquer dans un deuxième grand prix en hiver. Pour moi, c'est impossible d'appuyer ça.»

«Je ne crois pas qu'il y ait d'urgence pour un événement hivernal», mentionne pour sa part Pierre-Luc Fortin. «Les scientifiques sont clairs, il ne faut pas augmenter les gaz à effet de serre. Ce n'est pas avec un événement d'hiver qu'on va y arriver.»

Six conseillers municipaux étaient favorables au soutien supplémentaire au GP3R. Il s'agit des conseillers Maryse Bellemare, Daniel Cournoyer, Sabrina Roy, Michel Cormier et Valérie Renaud-Martin. Si plusieurs se disaient favorables à une diminution des émissions de gaz à effet de serre, certains voyaient plutôt d'un bon œil l'organisation d'un événement familial d'hiver au centre-ville. Fait plutôt rare, le maire a exercé son droit de vote pour appuyer le projet du GP3R. 

Plus de détails mercredi dans Le Nouvelliste