Une quinzaine de manifestants s'étaient déplacés lundi soir au conseil municipal pour clamer leur opposition à la fluoration de l'eau potable.

Fluoration: «Le débat est clos»

Les citoyens qui souhaitaient, lundi soir, prendre la parole au sujet de la fluoration de l'eau potable lors de la séance publique du conseil de ville se sont plutôt heurtés à un mur. Le maire Yves Lévesque a fait savoir à l'assemblée que désormais, il ne répondrait à aucune question sur ce sujet et que le débat était désormais clos.
<p>Simon Hamel, un jeune de 15 ans, avait préparé une présentation pour le maire et les conseillers, mais on ne lui a pas permis de prendre la parole sur ce sujet.</p>
Une quinzaine de manifestants qui s'étaient organisés par le biais des médias sociaux s'étaient déplacés avant le début de l'assemblée pour manifester à l'extérieur de l'hôtel de ville. Ils se sont ensuite déplacés dans la salle du conseil pour poursuivre une manifestation silencieuse, notamment en brandissant une pancarte «Non au fluor» durant toute la durée de la séance.
Par ailleurs, des membres de la Coalition trifluvienne pour une Eau Très Saine, qui se sont dissociés de cette manifestation, étaient présents eux aussi et ont cherché à faire entendre le point de vue d'un jeune de 15 ans, Simon Hamel, qui n'a cependant pas pu présenter ce qu'il avait préparé.
«Je voulais faire comprendre aux membres du conseil que nous, les jeunes, n'avons pas le pouvoir de voter mais que nous nous sentons tout de même concernés par ce qui se passe et que le dossier de la fluoration nous inquiète. Nous avons l'impression de ne pas avoir eu l'information, de ne pas avoir été consultés et que tout ça s'est fait sans qu'on puisse réellement dire ce qu'on en pensait. Mais malheureusement, je me suis fait couper l'herbe sous le pied et je n'ai pas pu dire ce que je pensais. Je suis très déçu», a-t-il déclaré à la sortie de la salle publique.
D'autres citoyens, dont Thérèse Gravel et Céline Beauregard, avaient préparé de la documentation sur des études rapportant les effets néfastes de la fluoration, mais ont été sommées de remettre le tout au greffier, sans poser de question sur le sujet.
«Le débat a été fait pendant deux ans. Il y a eu de nombreuses tribunes, il y a eu une commission parlementaire où vous avez pu vous faire entendre. Le vote a été pris de façon démocratique et le projet a été adopté à la majorité. Pour moi, le débat est clos et je ne répondrai à aucune autre question», a signifié M. Lévesque, avant de se faire huer par les manifestants. «Oui à la démocratie, non à la fluoration», ont scandé les manifestants lorsqu'on leur a indiqué qu'ils devaient quitter la salle.
«Si ça avait été dans le sens de vos revendications, nous serions les plus grands démocrates au monde. Mais ce n'est pas comme ça que ça fonctionne. Le débat a été fait, la majorité a parlé. On passe à autre chose», a répliqué Yves Lévesque aux manifestants.
On se souviendra qu'au début du mois de février, le conseil avait adopté sur division, à neuf voix contre sept, la levée du moratoire sur la fluoration de l'eau potable. La fluoration devrait reprendre au cours des prochains mois mais pourrait prendre jusqu'à cinq ans avant d'atteindre chacun des secteurs de la Ville desservis par le réseau d'aqueduc.