Marc-André Pelletier et Yvana Labouba, respectivement coordonnateur aux communications et événements et directrice du développement et des communications au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, présentaient vendredi la programmation de la 10e édition du festival de l’Assomption, qui se tiendra du 7 au 15 août prochain.

Festival de l'Assomption: une programmation qui vise large

Trois-Rivières — On procédait vendredi au dévoilement de la programmation de la 10e édition du festival de l’Assomption, qui se tiendra du 7 au 15 août prochain au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Avec son volet culturel, présentant des artistes de la trempe de Marie-Élaine Thibert ou de Michaël, qui s’est fait connaître en participant à l’émission La Voix, l’événement persiste dans sa volonté d’élargir son public, dans un contexte où «il y a plusieurs façons de vivre sa foi», souligne Marc-André Pelletier, coordonnateur aux communications et événements au Sanctuaire.

Avec ses 45 000 visiteurs, voire 50 000 quand le beau temps est au rendez-vous, fait-on valoir, le festival de l’Assomption constitue l’événement phare du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Or, on ne veut rien tenir pour acquis, soutiennent les organisateurs. Le virage familial et grand public, amorcé il y a dix ans en créant le festival de l’Assomption autour de la traditionnelle Neuvaine, continue donc d’être la ligne directrice. On doit toutefois s’assurer d’une cohérence avec la mission première de l’endroit, qui demeure un lieu de pèlerinage catholique, explique Marc-André Pelletier. C’est ainsi que visiteurs et pèlerins sont conviés à un événement qui ambitionne «d’offrir une programmation qui répondra à tous les goûts».

Au plan musical, en plus des Marie-Élaine Thibert, qui revisite le répertoire d’Édith Piaf et de Mickaël, qui se produiront respectivement les 10 et 12 août, on pourra entendre Quartom, un quatuor de voix d’homme qui chantera le 9 août, a capela. La Trifluvienne Paule Landry offrira pour sa part un répertoire de chansons québécoises et françaises, le 11 août. Le 13 août, une performance de la contraltiste Marie-Hélène Couture viendra souligner le 35e anniversaire de la visite de Jean-Paul II à Trois-Rivières. L’artiste d’origine haïtienne Valérie Clio clôturera quant à elle la portion spectacle du festival, le 14 août, avec un répertoire qui mélange le français, l’anglais et le créole. Tous ces spectacles sont présentés à 21 h ou 21 h 15, dépendant des soirs.

Le festival de l’Assomption est également l’occasion de la tenue d’une série de conférences sur des thèmes variés. Tête d’affiche de ce volet de la programmation, la chef d’antenne du Téléjournal de Radio-Canada Céline Galipeau ouvrira le bal, le 10 août, en livrant un témoignage sur son travail de correspondante à l’étranger et sur les différents conflits qu’elle a couverts.

Le 11 août, le franciscain Guylain Prince parlera de ses séjours en Terre sainte. Le 12 août, le duo «Bottes et Vélo» abordera les dessous du chemin de Compstelle. Le recteur du Sanctuaire, Mgr Pierre-Olivier Tremblay s’exprimera quant à lui, le 14 août, sur l’avenir des sanctuaires dans le monde.

Diverses activités, comme le yoga, une radio-festival qui présente des rencontres avec l’artiste du jour, la bénédiction des voitures de course du Grand prix de Trois-Rivières et du théâtre, notamment, s’ajoutent à la programmation.

Évidemment, messes, chapelets, célébrations eucharistiques, rosaires et processions viennent ponctuer l’événement, qui demeure un rassemblement à caractère religieux.

les projets d’expansion toujours en attente de financement

La directrice du développement et des communications du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Yvana Labouba, assure que les projets d’agrandissement et de développement du Sanctuaire, qui représentent des investissements de plus de 44 millions $, sont l’objet de discussions continues entre les différents paliers de gouvernement. «Les gouvernements se parlent, on est confiant que la volonté politique est là, c’est juste la date qu’on n’a pas encore», explique-t-elle.

Si la portion municipale est ficelée, il reste à arrimer les participations de Québec et Ottawa, confiait récemment Mgr Tremblay au Nouvelliste. On réitère par ailleurs que les députés Sonia LeBel et Jean Boulet, au provincial, et François-Philippe Champagne, au fédéral, sont très actifs dans le dossier.

En attendant la première pelletée de terre, Mme Labouba fait valoir que la programmation actuelle du Sanctuaire s’inscrit d’ores et déjà dans une volonté d’accueillir un plus large public. «Les infrastructures sont là pour venir soutenir une programmation renouvelée. Les gens viennent ici pour différents motifs», indique-t-elle. On se rappellera qu’à terme, le projet d’expansion du Sanctuaire vise notamment à faire passer le nombre de visiteurs de 430 000 par année à 700 000.