La Ville de Trois-Rivières veut attirer une équipe de hockey d’envergure qui élira domicile dans le nouveau colisée du District 55.

Équipe de hockey pour le nouveau colisée: dossier chaud pour les candidats à la mairie

Trois-Rivières — Les deux candidats qui se sont jusqu’à maintenant lancés dans la course à la mairie de Trois-Rivières, Jean-François Aubin et Éric Lord, s’entendent pour dire qu’il est important de faire des démarches concrètes afin d’attirer une équipe de hockey d’envergure qui deviendra la principale attraction du nouveau colisée présentement en construction au District 55.

Alors qu’il a pris part activement au débat relativement à la nécessité de construire une telle infrastructure au cours de son mandat comme conseiller du district Marie-de-l’Incarnation et pendant la campagne électorale de 2017 alors qu’il briguait également le poste de maire, Jean-François Aubin assure maintenant qu’il a l’intention de tout mettre en œuvre afin de trouver un locataire digne de ce nom pour le futur amphithéâtre sportif.

«J’ai comme objectif de faire une réussite de ce projet», lance-t-il sans hésiter.

Par contre, pas question pour le premier candidat à s’être annoncé officiellement à la suite de la démission d’Yves Lévesque que l’implantation d’une nouvelle équipe se fasse au détriment des Cataractes de Shawinigan et sans que leurs dirigeants aient été consultés.

«Pour moi, les Cataractes sont l’équipe de toute la région. Si une équipe de hockey junior s’en vient à Trois-Rivières, il faudra que ça se fasse d’un commun accord. Il ne faut pas déshabiller Pierre pour habiller Paul», indique le candidat à la mairie. Il ajoute par ailleurs que les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières, qui s’alignent dans le circuit universitaire de hockey, devront également faire partie de l’équation.

Son seul adversaire jusqu’à maintenant abonde sensiblement dans le même sens. Il se dit aussi préoccupé par le fait que ce dossier ne soit pas plus avancé alors que le colisée est déjà en construction.

«Si je suis élu, je vais monter un plan d’affaires», indique Éric Lord.

En ce qui concerne l’implication de l’homme d’affaires trifluvien et ancien hockeyeur Marc-André Bergeron, les deux aspirants maires croient tous les deux qu’il possède les contacts ainsi que les compétences afin de mener ce projet à terme.

«C’est certain qu’on doit travailler avec les gens du monde du hockey et M. Bergeron en fait partie», signale M. Lord.

Jean-François Aubin précise cependant que M. Bergeron doit, ou tout autre démarcheur, agir en vertu d’une résolution provenant du conseil municipal et non seulement d’une entente tacite avec un représentant de la Ville. Le président du comité des loisirs, de la culture et de la vie communautaire, le conseiller François Bélisle, souligne d’ailleurs qu’il a été informé il y a quelques semaines à peine que Marc-André Bergeron avait été approché par l’ancien maire Lévesque.

Jean-François Aubin

«Ça va prendre un mandat clair. Il va falloir être transparent là-dedans», précise Jean-François Aubin.

«Un ambassadeur pour la ville de Trois-Rivières»

Du côté de la Ville, on confirme que des pourparlers ont eu lieu entre l’ancien maire et Marc-André Bergeron. Par contre, aucune entente officielle n’avait été conclue. Le directeur du cabinet du maire, Jean-Marc Bergeron, soutient qu’une proposition d’entente sera présentée aux membres du conseil municipal très prochainement. Il signale d’ailleurs qu’il s’est entretenu avec le hockeyeur retraité mercredi matin afin de lui indiquer que la Ville avait toujours l’intention de faire appel à lui dans ce dossier et lui demander de présenter une offre de services.

«Avec la démission de monsieur le maire pendant la période des Fêtes et tout ce qui a suivi, dont le départ d’Yvan Toutant, c’est vrai que j’ai dû mettre ça sur la glace», explique-t-il.

Le directeur du cabinet de la mairesse suppléante Ginette Bellemare raconte que c’est lui-même qui a contacté Marc-André Bergeron afin de sonder son intérêt et organiser une rencontre avec le maire démissionnaire. Les trois hommes se sont d’ailleurs rencontrés à deux ou trois reprises.

«C’est clair que l’on veut travailler avec Marc-André. Selon moi, il est un ambassadeur pour la ville de Trois-Rivières», déclare Jean-Marc Bergeron.

«Son réseau de contacts est très important», poursuit la mairesse suppléante.

Le président du comité des loisirs, de la culture et de la vie communautaire considère également que le dirigeant des Aigles de Trois-Rivières et ancien porte-couleurs des Cataractes pendant son stage junior et de plusieurs formations, dont le Canadien de Montréal, chez les professionnels est la bonne personne pour effectuer de telles démarches.

Pour sa part, le principal intéressé se dit heureux de la récente tournure des événements. Il espère maintenant qu’une entente le liant à la Ville soit conclue rapidement.

«C’est un beau défi pour lequel j’ai un intérêt. Comme gars d’ici, c’est certain que je veux aider à amener une nouvelle équipe ici», dit-il.

Les travaux se poursuivent

Contrairement à ce que certains peuvent croire, les travaux de construction du colisée se poursuivent. Autant François Bélisle que Jean-Marc Bergeron assurent que tout va bon train et que les échéanciers seront respectés, selon les plus récentes informations qu’ils ont obtenues.

Éric Lord

«Les murs seront levés bientôt», mentionne M. Bergeron.

En chiffres

Coût total: 49 288 000 $

Capacité totale: 5500

Nombre de glaces: 2

Espaces de stationnement: 900

Loges: 20

Date de fin des travaux prévue: 20 décembre 2019

Le Canadien laisse la porte ouverte

Trois-Rivières (ST) — Si Trois-Rivières veut séduire le Canadien de Montréal afin de l’inciter à utiliser son nouveau Colisée pour y aménager un club-école de la East Coast League, la porte est ouverte!

Le directeur principal communications hockey du Canadien, Dominick Saillant, a toutefois précisé qu’aucune négociation en ce sens était en ce moment prévue à l’agenda. «Le Canadien est toujours ouvert à des discussions concernant des opportunités. Par contre, à ce moment-ci, il n’y a aucune discussion en cours.»

Rappelons que le Canadien ne dispose plus de
club-école de la East Coast League cette saison, après avoir mis fin à son association avec Brampton. Le Canadien prête plutôt des joueurs à d’autres concessions, notamment à Portland dans le Maine, une équipe dirigée par Daniel Brière.