Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La candidate à la mairie, la conseillère des Carrefours, Valérie Renaud-Martin.
La candidate à la mairie, la conseillère des Carrefours, Valérie Renaud-Martin.

Élections à Trois-Rivières: Valérie Renaud-Martin met cartes sur table

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Valérie Renaud-Martin entend faire de Trois-Rivières «une force économique pour la région et le Québec» si elle est élue à la mairie en novembre prochain.

«À Trois-Rivières, il faut diversifier notre économique», a lancé Valérie Renaud-Martin lors de la présentation jeudi des quatre grandes orientations qui guideront son programme électoral.

«On parle d’économie locale et de robotisation. On a déjà des gens dans le milieu et beaucoup de potentiel à Trois-Rivières. Et nous avons une université. Comment pouvons-nous travailler plus ensemble pour propulser la région pour qu’on soit une force économique provinciale?»

Au cours des prochains mois, la candidate à la mairie de Trois-Rivières souhaite aller à la rencontre d’entrepreneurs et d’intervenants du milieu économique afin d’élaborer ses propositions électorales.

La conseillère municipale du district des Carrefours estime que la Ville de Trois-Rivières doit être plus «près et proche de ses citoyens». Selon cette orientation, elle propose «d’améliorer les processus de communication entre les élus et les citoyens afin de stimuler leur intérêt, augmenter leur compréhension et leur participation».

Valérie Renaud-Martin veut «sortir la politique de l’hôtel de ville». Afin d’y arriver, elle ira à la rencontre des citoyens de chaque district électoral une fois par année si elle est élue en novembre prochain.

«Je n’ai jamais hésité à me rendre sur place pour voir les problèmes que les gens vivaient. Je me suis toujours placée en mode solution et en mode écoute. Je me suis toujours fait un devoir d’informer au maximum les citoyens. Je veux que notre Ville se positionne comme ça», affirme-t-elle.

«On doit améliorer les processus de communication à tous les niveaux. […] Ce n’est pas nécessairement facile pour un citoyen de comprendre ce qui se passe.»

La webdiffusion des séances publiques du conseil municipal est un pas dans la bonne direction, estime la candidate à la mairie. La semaine dernière, Valérie Renaud-Martin votait toutefois contre une résolution du conseiller Claude Ferron pour élargir la webdiffusion à une rencontre de préparation budgétaire. Cette proposition aura finalement été battue.

Valérie Renaud-Martin.

Taux de taxation et camps de jour

L’autre grande orientation de la candidate à la mairie concerne «la gestion des fonds publics et la capacité de payer des citoyens». Elle propose de tendre vers une diminution du taux de taxation afin d’alléger de fardeau des citoyens.

De plus, Valérie Renaud-Martin promet de ne pas augmenter drastiquement les tarifs des camps de jour, en faisant référence à la hausse de 40 % qui était prévue cette année, «alors que la Ville déclarait des surplus de 12 millions $ quelques semaines plus tard», insiste la candidate. Elle estime de plus que les augmentations doivent suivre l’inflation.

«Déjà, l’augmentation n’avait aucun sens pour moi, c’est pourquoi j’ai voté contre, mais ça avait encore moins de sens quand j’ai vu les surplus qu’on dégageait», soutient-elle.

«Je comprends la réalité de la Ville et qu’elle doive chercher de nouveaux revenus. Mais ce n’est pas dans les poches des familles qu’on va chercher l’argent et chez les enfants pour qui les camps de jour sont bénéfiques. On devrait plutôt être fiers d’avoir des camps de jour accessibles pour nos enfants, peu importe nos revenus.»

La conseillère municipale est aussi revenue sur l’octroi de 604 698 $ pour la création d’un Fonds de développement du logement social à partir des surplus budgétaires.

«C’est inconcevable pour moi qu’on ait accepté de placer de l’argent dans un fonds qui n’existe pas encore, dont on ignore les critères, et qui sera destiné au privé, alors que nous avons des programmes existants dans lesquels nous savons que nous avons besoin de plus d’argent et qui permettent de répondre à la qualité de vie de nos citoyens», affirme-t-elle.

Forêts urbaines

Valérie Renaud-Martin fait de la qualité de vie, les saines habitudes de vie, l’environnement et la sécurité son autre grande orientation. Elle mise sur l’interconnexion et la bonification des milieux naturels comme l’aire écologique Châteaudun, l’aire écologique de la rivière Millette, Forestia ou encore la forêt du parc industriel des Oblates. «Ma vision, c’est que chaque milieu bénéficie de son espace naturel qui permet aux gens de pratiquer des activités de plein air proche de chez eux», mentionne-t-elle.

«Non seulement le fait d’avoir des forêts urbaines à proximité favorise le plein air donc la santé des citoyens, mais contribue aussi à lutter contre l’effet des îlots de chaleur.»

Bien qu’Action civique Trois-Rivières n’a pas encore annoncé son candidat à la mairie, le parti politique s’est engagé en mai à faire, s’il est élu, l’acquisition du boisé des Estacades pour en faire une forêt urbaine où il serait possible de faire des activités de plein air. Valérie Renaud-Martin estime que sa proposition est tout autre.

«Avant de faire l’acquisition d’une forêt, faut s’occuper de ce qu’on a», estime-t-elle.

«Ça favorise une interconnexion entre les secteurs et ça unifie la ville par le plein air.»