«Le drapeau flottera pour la durée des olympiques», confirme-t-on à la Ville de Québec.

Drapeau de la fierté gaie: Trois-Rivières n'a toujours pas emboîté le pas

Alors que le drapeau de la fierté gaie flotte depuis déjà quelques jours devant les hôtels de ville de plusieurs municipalités de la province, afin de dénoncer les politiques homophobes qui sévissent en Russie, la Ville de Trois-Rivières n'a toujours pas emboîté le pas.
Depuis le début des Jeux olympiques de Sotchi, Montréal, Québec, Gatineau, Sherbrooke, Laval, Victoriaville, Rimouski, Sorel-Tracy et Gaspé, entre autres, ont décidé d'imiter la ville de Saint-Jean, à Terre-Neuve, qui est à l'origine de cette initiative visant à supporter la communauté homosexuelle. Vendredi soir dernier, même le mât du stade olympique a été illuminé aux couleurs de l'arc-en-ciel.
Du côté de Trois-Rivières, un mât protocolaire est pourtant bel et bien disponible à l'hôtel de ville pour accueillir le drapeau de la fierté gaie durant les Jeux olympiques de Sotchi. Cependant, on explique à la Ville que si le drapeau n'a pas encore été hissé, c'est parce que personne en avait effectué la demande officielle à l'administration municipale.
De plus, il faudrait qu'un drapeau soit fourni à la Ville puisque celle-ci n'en possède pas. Par contre, la Ville de Saguenay n'avait pas encore emboîté le pas non plus ce week-end, pas plus que celle de Drummondville. Toutefois, le député néo-démocrate de Chicoutimi-Le Fjord, Dany Morin, a déclaré qu'il avait l'intention d'en faire la demande officielle dès le début de la semaine pour que le drapeau flotte à Saguenay.
À l'Assemblée nationale, les députés doivent se pencher sur la question à l'occasion de la reprise des travaux, prévue mardi.