Le greffier Gilles Poulin remettra son rapport au Directeur général des élections.

Des élections municipales en juin?

La démocratie municipale serait mieux servie si les élections municipales se tenaient le premier dimanche de juin. C'est en ces mots que le président d'élections à Trois-Rivières, Me Gilles Poulin, émet sa principale recommandation, près de quatre mois après la fin du dernier scrutin municipal. Son rapport d'élection, qui fait plus de 120 pages, sera remis au Directeur général des élections qui pourra s'en inspirer pour le futur.
«Devancer la date du scrutin au premier dimanche de juin permettrait non seulement aux candidats de profiter des belles soirées de mai pour faire campagne, mais aussi aux personnes élues d'apprivoiser leurs fonctions dans un contexte qui ne ressemblerait plus au cirque actuel», évoque Me Poulin.
Ce dernier démontre en effet que les dix nouveaux élus autour de la table du conseil ont dû, entre le 8 novembre et le 16 décembre soit à peine plus de cinq semaines, vivre une session de formation, prêter serment, assister à leur première séance, préparer le budget en compagnie des cadres supérieurs, suivre une formation sur les aspects juridiques, la stratégie, la gouvernance municipale et les bonnes pratiques et, finalement, adopter en séance le budget et le programme triennal d'immobilisations.
«On me dira que l'article 474 de la Loi sur les cités et villes prévoit que, lors d'une année d'élection générale (comme ce fut le cas en 2013), le Conseil a jusqu'au 31 janvier de l'année suivante (c'est-à-dire 2014) pour adopter le budget. Mais, retarder l'adoption du budget, c'est repousser l'envoi des comptes de taxes et, par ricochet, l'encaissement de celles-ci, ce qui entraîne l'utilisation massive de la marge de crédit de la Ville... et le paiement d'intérêt», ajoute Me Poulin dans son rapport.
Ce dernier est bien conscient qu'un tel changement de date requiert un changement législatif qui serait voté par le gouvernement, mais espère que ses arguments puissent trouver écho, dans le meilleur intérêt de la démocratie, clame-t-il.
Vote par anticipation
Me Poulin, qui en était à sa dernière élection à titre de président puisqu'il prendra sa retraite avant l'élection de 2017, croit que son successeur devra penser à revoir le nombre de bureaux et de lieux de votation disponibles pour le vote par anticipation. «Avec les années, le vote par anticipation est devenu, en quelque sorte, une deuxième journée de scrutin. Ce qui explique sans doute pourquoi le taux de participation y est passé de 2,31 % en 2005 à 5,77 % en 2009 et à 8,46 % en 2013», explique Gilles Poulin.
En 2009, 32 bureaux de vote par anticipation avaient été installés dans cinq lieux différents pour desservir 102 239 électeurs, soit une moyenne d'un bureau par 3195 électeurs. En 2013, 40 bureaux de vote par anticipation se trouvaient dans six lieux différents pour desservir 104 900 électeurs, soit une moyenne d'un bureau par 2623 électeurs. «Si le nombre d'électeurs demeuraient à 104 900, cela donnerait 48 bureaux de vote par anticipation répartis dans 16 lieux de votation (un par district), soit une moyenne de 2185 électeurs», croit Me Poulin.
Vote itinérant
Par ailleurs, Gilles Poulin croit que le vote itinérant, réservé aux personnes «incapables de se déplacer» et demeurant en résidence publique ou privée, peut porter à confusion. Une hausse spectaculaire de 400 % entre 2009 et 2013 a été observée, mais la plupart des personnes ayant bénéficié de ce service n'étaient pas «incapables de se déplacer».
«Des candidats se sont rendus dans des résidences privées pour aînés, y ont distribué des photocopies du dépliant «Vous êtes incapables de vous déplacer? / Inscription sur la liste électorale et demande pour voter à un bureau de vote itinérant» et ont incité, sans discernement, les gens à les compléter et à me les retourner. J'ai constaté que, à l'intérieur d'une même résidence, les dépliants étaient généralement complétés par la même personne. Geste bienveillant? Travail de nature partisane en faveur d'un candidat?», questionne Gilles Poulin.