Cette bande de terrain bordant la rue de la Sentinelle et le futur développement domiciliaire du club de golf les Vieilles-Forges fait l’objet d’une discorde entre la Ville et des citoyens.

Des citoyens du secteur de la rue de la Sentinelle devant la Commission municipale

Trois-Rivières — Le dossier du futur développement domiciliaire sur les terrains du golf les Vieilles-Forges à Trois-Rivières s’est transporté devant la Commission municipale, mercredi, alors que des citoyens habitant la rue voisine contestent actuellement la validité du règlement municipal adopté en juin dernier, permettant le changement de zonage de cette zone, et plus particulièrement la création d’une zone tampon entre les terrains de la rue de la Sentinelle et le futur développement domiciliaire. Plusieurs citoyens de ce secteur prétendent que les usages qui sont présentement réalisés sur cette zone ne concordent pas avec le règlement municipal adopté par la Ville.

Toutefois, les citoyens présents dans la salle de la Cour municipale, où se tenait l’audience devant le juge Joseph-André Roy, ont rapidement réalisé en cours d’audience qu’ils ne s’adressaient pas forcément à la bonne instance afin de faire entendre leurs revendications. En effet, le mandat de la Commission municipale se limitait, mercredi, à vérifier la conformité entre le règlement adopté pour changer le zonage et le schéma d’aménagement de la Ville de Trois-Rivières, qui est le document qui dicte les grandes orientations du développement du territoire à Trois-Rivières.

Lors de la création d’une zone tampon entre les résidences de la rue de la Sentinelle et le nouveau développement domiciliaire, des lacunes avaient déjà été soulevées par les citoyens, notamment que cette bande de terrain de 50 pieds de large a été cédée à la Ville par le promoteur. Or, cette portion de terrain aurait déjà été cédée aux propriétaires de la rue de la Sentinelle par acte notarié, il y a plusieurs années.

Mercredi, toutefois, c’est surtout par rapport aux usages présentement effectués sur cette zone tampon qui irritaient les citoyens. Deux de leurs représentants, André Bluteau et Pierre Clouâtre, se sont adressés à la Commission municipale, dénonçant notamment le fait que des activités de golf se déroulent toujours sur cette bande pourtant déterminée zone tampon ce qui, pour eux, représenterait une activité commerciale et contreviendrait ainsi au zonage actuel. Ils déplorent également d’y voir circuler des camions et des voiturettes de golf.

La Ville, par la voix de son avocat Me Alex Hamelin, a toutefois soutenu que la compétence de la Commission municipale devait se limiter à vérifier la conformité du règlement par rapport au schéma d’aménagement, et a indiqué qu’aucune preuve au cours de l’audience n’avait été faite pour prouver le contraire. Dans les circonstances, Me Hamelin a demandé à la Commission de rejeter la demande des requérants.

Appelée à titre de témoin, la coordonnatrice à l’urbanisme à la Ville de Trois-Rivières, Myriam Lavoie, a pour sa part indiqué que la Ville ne considérait pas les activités de golf comme étant un usage commercial, mais bien récréatif, et que les propriétaires du terrain disposaient pour le moment d’un droit acquis, étant donné que le règlement n’était pas encore réputé approuvé puisqu’il faisait l’objet d’une contestation devant la Commission municipale. Un fait qui ne sera toutefois pas pris en compte par la Commission municipale, puisqu’il dépasse son mandat, a mentionné le juge.

La cause a été prise en délibéré et une décision devrait être rendue d’ici le 25 septembre. Entre-temps, les citoyens ont indiqué vouloir se rencontrer avant de décider de la suite des choses dans ce dossier.