Valérie Renaud-Martin

Course à la mairie: Valérie Renaud-Martin ne sera pas candidate

Trois-Rivières — La conseillère municipale du district des Carrefours, Valérie Renaud-Martin, ne sera finalement pas candidate dans la course à la mairie de Trois-Rivières. Celle que l’ex-maire Yves Lévesque avait pressentie, l’an dernier, comme étant sa «dauphine» estime qu’il est prématuré dans son parcours professionnel d’envisager se présenter à la mairie.

Mme Renaud-Martin a fait connaître sa décision vendredi matin, dans un message publié sur sa page Facebook de conseillère municipale.

«Parce que toute réflexion doit faire place à un choix, je vous annonce que je ne serai pas candidate à l’élection qui aura lieu le 5 mai prochain. Mon intérêt pour notre ville est toujours aussi grand et mon travail me passionne toujours autant, toutefois, je considère qu’il serait précipité à ce moment-ci de mon cheminement professionnel de participer à une telle course. Exercer une fonction de conseillère municipale demeure pour moi un grand privilège et j’ai conscience de l’importance de ce rôle, c’est pourquoi j’aspire à continuer de bien vous représenter au sein de notre conseil», a-t-elle notamment écrit, remerciant au passage les nombreuses personnes qui lui ont manifesté de l’appui ou encore qui l’ont aidé à mûrir sa réflexion.

En entrevue téléphonique, Mme Renaud-Martin s’est dite sereine avec la conclusion de sa réflexion, mais ne cache pas que le processus aura été déchirant. «C’était plus sage pour moi d’attendre, mais oui c’est déchirant parce que l’intérêt était là. J’ai reçu de nombreux appuis et tout ça était très énergisant. Mais j’ai l’impression que si j’y vais tout de suite, je brûle des étapes», constate la conseillère municipale.

À seulement 37 ans, Valérie Renaud-Martin estime qu’elle a encore beaucoup à apprendre de son rôle de conseillère municipale, qu’elle affectionne particulièrement, mais n’écarte pas une candidature à la mairie dans le futur. «J’ai encore de l’expérience à acquérir, plusieurs défis à relever. Mais je suis certaine qu’il y aura d’autres opportunités. Six mois en politique c’est très long alors on verra. Je ne ferme définitivement pas la porte pour les élections de 2021», mentionne celle qui assure que l’ambiance au conseil municipal n’a pas vraiment influencé sa décision.

Celle qui s’était prononcée contre l’adoption de la philosophie de sécurité routière Vision zéro, estimant qu’il était important de se préoccuper de sécurité routière, mais qu’on ne se dotait pas nécessairement du bon moyen, croit que cet enjeu sera assurément électoral, et espère qu’un candidat saura aussi se mettre à l’écoute des gens qui soutiennent actuellement qu’on ne les écoute pas au conseil municipal. 

Pour sa part, elle n’a pour le moment pas l’intention de donner son appui à un candidat en particulier. «À Trois-Rivières, nous sommes tous des conseillers indépendants, il n’y a pas de parti politique alors je trouve ça délicat d’appuyer ouvertement quelqu’un. Par contre, je pourrais être tentée d’appuyer des idées, des visions qui viendront me rejoindre plus directement», mentionne-t-elle.