La Direction du service des incendies insiste sur l’importance de restreindre les interventions en cette période de pandémie pour protéger le personnel pompier.
La Direction du service des incendies insiste sur l’importance de restreindre les interventions en cette période de pandémie pour protéger le personnel pompier.

Conditions de travail modifiées pour les pompiers de Trois-Rivières

Trois-Rivières — La pandémie a forcé les pompiers de Trois-Rivières à revoir leurs façons de travailler et d’intervenir, surtout après que l’un d’eux ait été testé positif et que ses collègues aient dû être placés en isolement.

Présentement, tous les pompiers sont de retour au travail mais celui-ci a dû être repensé dans le contexte actuel. «Nos équipes sont complètes et nous poursuivons pleinement notre mission, mais différemment», précise Dany Cloutier, directeur de la Direction de la sécurité incendie. Il précise que les conditions de travail ont été modifiées pour résoudre certains enjeux de santé publique reliés notamment à la mobilité du personnel temporaire.

Dans cette optique, la Direction du services des incendies rappelle que les feux à ciel ouvert sont interdits. On souhaite ainsi restreindre les interventions et protéger le personnel pompier du risque de transmission. «Il faut comprendre que ces activités représentent un haut danger d’incendie, particulièrement au printemps. Pour cette raison, seuls les feux récréatifs effectués dans un foyer extérieur muni d’un pare-étincelles conforme sont actuellement autorisés. Le citoyen doit toutefois éviter toute source de nuisance, comme la fumée», précise M. Cloutier.

D’un autre côté, le nombre d’interventions est moins élevé depuis le début du confinement en raison de la diminution de la circulation et des accidents. Selon M. Cloutier, les appels sont réduits de 30 % comparativement à pareille date l’an passé.

Et au niveau de la sécurité civile, M. Cloutier annonce du même coup qu’il est peu probable qu’il y ait des inondations à Trois-Rivières cette année. Les niveaux des cours d’eau sont actuellement inférieurs au risque d’inondation, grâce aux conditions météo qui sont favorables à une fonte progressive des glaces.