Les feuilles mortes et résidus verts ne doivent plus être placés dans des sacs de plastique à Trois-Rivières, mais plutôt dans des sacs de papier.
Les feuilles mortes et résidus verts ne doivent plus être placés dans des sacs de plastique à Trois-Rivières, mais plutôt dans des sacs de papier.

Collecte de feuilles mortes: les sacs en papier, un besoin essentiel en temps de confinement?

Trois-Rivières — La Ville de Trois-Rivières a récemment informé la population que la collecte des résidus verts et feuilles mortes devrait désormais se faire uniquement dans des sacs de papier, et que les sacs de plastique orange ou transparents ne seront plus collectés dès ce printemps. Or, en ces temps de confinement où le gouvernement demande à la population de ne sortir que pour les besoins essentiels, devient-il essentiel pour les citoyens de se déplacer dans les quincailleries et centres de jardinage pour se procurer ces sacs afin de répondre à la nouvelle réglementation municipale?

À la Ville, on explique que la directive énoncée aux citoyens la semaine dernière n’a rien d’un caprice ou d’une mesure qui n’a pas été réfléchie, spécialement en ces temps de confinement. Or, selon le porte-parole Guillaume Cholette-Janson, la Ville n’a tout simplement plus le choix de procéder de cette façon, puisqu’il n’est plus possible pour les entreprises qui reçoivent les matières compostables de considérer la réception des sacs en plastique. «On comprend la situation actuelle, mais présentement, on ne peut pas envisager une période de transition, tout simplement parce qu’on n’a plus d’option. Les entreprises qui reçoivent les résidus verts n’acceptent plus les sacs en plastique car lors de l’ouverture des sacs, des résidus de plastique pouvaient se retrouver dans les matières compostables et alors contaminer la matière qui devenait inutilisable», explique-t-il.

La semaine dernière, les citoyens ont donc été informés de la nouvelle mesure. Or, les magasins, épiceries, quincailleries et centres de jardinage qui vendent généralement ce genre d’équipement ont, pour leur part, été avisés cet hiver afin de passer les commandes en conséquence. Des affiches ont même été données aux commerçants pour installer sur les étagères des commerces afin d’aviser la population, lors de l’achat des sacs, qu’il ne serait plus possible de collecter les sacs de plastique et qu’il valait mieux se procurer des sacs de papier.

Une petite vérification dans différentes quincailleries la fin de semaine dernière a permis de constater que certaines sont présentement en rupture de stock. D’autres, dont la plupart des commerces à grande surface, ont le matériel nécessaire pour répondre à la demande, mais les gens doivent se déplacer et souvent faire la file de nombreuses minutes pour entrer dans le magasin en raison des mesures gouvernementales. Alors que le gouvernement demande à la population de restreindre ses déplacements aux besoins essentiels, cet achat devient-il un besoin essentiel?

«C’est certain qu’on n’invite pas les gens à se déplacer dans les commerces uniquement pour cet achat. S’ils doivent s’y rendre pour d’autres besoins, ça peut se faire en même temps», considère Guillaume Cholette-Janson.

Ce dernier rappelle par ailleurs qu’il existe d’autres options pour les citoyens qui préfèrent ne pas se rendre dans les magasins pour se procurer ces sacs. Le feuillicyclage, qui consiste à déchiqueter les feuilles à l’aide d’une tondeuse et de les laisser au sol, devient une option écologique puisque la matière se transforme en compost de grande qualité pour le gazon, explique le porte-parole.

Par ailleurs, les gens qui placent leurs feuilles dans des sacs de plastique peuvent également se rendre dans les différents écocentres qui ouvriront leurs portes le 28 avril. À cet endroit, ils pourront eux-mêmes ouvrir leurs sacs pour déposer la matière compostable dans des conteneurs prévus à cet effet.

«En dernier recours, si rien de tout ça n’est possible, on peut placer les feuilles mortes aux ordures. Ce n’est pas l’avenue privilégiée, mais dans le contexte, ça demeure une dernière option. Par contre, il est clair que les sacs de plastique ne seront pas ramassés lors de la cueillette des résidus verts», martèle M. Cholette-Janson.

Les collectes de résidus verts et feuilles mortes sont prévues durant les semaines du 11 mai et du 25 mai sur le territoire de Trois-Rivières.