Le maire Jean Lamarche s’est dit satisfait dans l’ensemble de son premier budget.

Budget de Trois-Rivières: les Aigles auront leur financement

TROIS-RIVIÈRES — Les Aigles de Trois-Rivières auront finalement leur financement supplémentaire demandé aux élus de Trois-Rivières. L’équipe de la ligue Frontière, qui avait fait une demande d’aide à la Ville cet automne afin d’assurer la continuité de ses opérations, obtiendra donc une aide supplémentaire en 2020 totalisant 125 000$.

On se souviendra que cette demande avait causé une certaine division au conseil municipal. Alors que le maire et certains conseillers souhaitaient aller de l’avant avec l’octroi de la demande d’aide formulée par l’équipe, une majorité de conseillers avait plutôt choisi de reporter cette décision après l’exercice budgétaire, dans un souci de saine gestion alors qu’il n’était pas encore possible d’avoir toutes les informations relatives aux réalités budgétaires prévues pour 2020.

Or, en adoptant le budget lundi après-midi, les élus ont également dit oui à cette aide financière, qui se divise en deux parties. D’abord, une aide non récurrente de 50 000 $ est accordée. Par ailleurs, la Ville consent aussi aux Aigles de prendre désormais, à l’intérieur de son budget, plusieurs dépenses qui devaient auparavant être assumées par l’organisation de l’équipe sportive mais qui le seront désormais par la Ville. Des dépenses à la hauteur de 75 000 $, qui comprennent notamment certains entretiens à faire sur le terrain et la bâtisse, de même que des dépenses en lien avec les équipes juniors.

Le maire Jean Lamarche a du même souffle confirmé qu’il n’y aurait pas, en 2020, d’événement hivernal d’envergure, comme il l’avait souhaité en campagne électorale. Il ne ferme toutefois pas la porte pour 2021.

STTR

Le budget annuel de la Société de transport de Trois-Rivières est haussé de 1,7 M$ pour s’établir désormais à 7,9 M$. À la Ville, on ventile d’ailleurs ce nouvel investissement dans la présentation du budget comme justifiant une hausse supplémentaire de 0,75 % de la taxe foncière. «C’est un choix qu’on fait. On aurait pu aussi le décrire comme étant la perte de péréquation. On aurait pu le présenter comme la dévaluation des résidences encore affectées par la pyrrhotite. Il y a encore 660 cas de résidences affectées par la pyrrhotite qui ne sont pas réglés à Trois-Rivières. Il ne faut pas oublier ces gens-là. Mais on veut lancer le message que le conseil fait le choix d’investir dans son transport collectif, qu’on y croit et qu’on se donne les moyens de nos ambitions», explique Jean Lamarche.

Ainsi, de ce montant, 600 000 $ seront dédiés aux soutiens aux opérations et 600 000$ à l’amélioration continue. La balance sera investie autant dans l’actualisation de la structure organisationnelle que dans l’indexation des coûts.

Selon Jean Lamarche, en investissant de la sorte, Trois-Rivières atteint le même pourcentage du budget global de transport en commun que Sherbrooke, souvent cité en exemple de bonnes pratiques, soit 44% du budget de la société de transport défrayé par l’administration municipale.

Budget participatif

Une nouveauté en 2020, la Ville de Trois-Rivières se dotera d’un budget participatif citoyen. Avec un fonds de 200 000$ annuellement, la Ville espère ainsi pouvoir financer des projets citoyens qui seront présentés et évalués selon différents critères. Une initiative déjà mise en application dans d’autres municipalités, dont Nicolet.

Le projet sera officiellement lancé en février 2020 et le vote sur les différents projets présentés sera pris à l’automne, si bien que les premiers projets participatifs citoyens seront réalisés en 2021.

Par ailleurs, la Ville augmente à un million de dollars le budget consacré au déploiement du réseau cyclable.

Établi à 500 000$ en 2018, la Ville double ainsi son effort et prévoit, à court terme, développer un corridor cyclable sur le boulevard des Chenaux, non loin du développement Odacité, afin de relier le réseau cyclable déjà développé vers le sud et, à plus long terme, relier cet important axe jusqu’à la passerelle cyclable prévue pour être déployée sous le pont de chemin de fer qui enjambe la rivière Saint-Maurice.

Dette

Les contribuables des différents secteurs de la Ville paieront pour une dernière fois cette année un ajustement en lien avec le service de la dette des anciennes villes.

Ainsi, 17 ans après la fusion, la dette des villes de Trois-Rivières, Cap-de-la-Madeleine, Pointe-du-Lac et Sainte-Marthe-du-Cap sera calculée à un taux relatif pour les citoyens de ces différents secteurs (voir tableau).

À noter que les anciennes villes de Trois-Rivières-Ouest et Saint-Louis-de-France ont déjà réglé la dette relative à ces secteurs.

En 2020, on peut donc s’attendre à un taux de taxe foncière générale combiné pour l’ensemble de la ville, ce qui facilitera aussi le travail des fonctionnaires affectés au service des finances, a souligné le maire Jean Lamarche.