La hausse du compte de taxes municipales en 2020 sera de 2,75% à Trois-Rivières, soit un peu plus de 71$ de plus pour une résidence unifamiliale d’une valeur moyenne de 185 000$.
La hausse du compte de taxes municipales en 2020 sera de 2,75% à Trois-Rivières, soit un peu plus de 71$ de plus pour une résidence unifamiliale d’une valeur moyenne de 185 000$.

Budget de 285,2 M$ adopté à Trois-Rivières et hausse de 2,75 %

TROIS-RIVIÈRES — Le compte de taxes des Trifluviens grimpera bien de 2,75 % en 2020. C’est du moins ce qui ressort de l’exercice budgétaire et du Plan triennal d’immobilisations, qui ont été adoptés à l’unanimité par le conseil municipal de Trois-Rivières en séance spéciale lundi après-midi. Un budget équilibré global de 285,2 M $ marqué par des investissements en transport en commun, en sécurité routière et dans les infrastructures de même que par des dépenses accrues dans divers services dont le déneigement.

Pour une résidence unifamiliale d’une valeur moyenne de
185 000 $, c’est à une hausse de 71,79 $ du compte de taxes qu’il faudra s’attendre pour l’année qui vient par rapport à l’année dernière. «On a guidé nos actions en fonction de trois grands axes qui sont la qualité de vie des citoyens, l’environnement et le développement économique», a expliqué d’emblée le maire Jean Lamarche, qui présentait pour l’occasion son premier budget depuis son élection à la mairie, en mai dernier.

Malgré une perte de 1,4 M$ de revenus de péréquation du ministère des Affaires municipales, une perte de revenus de 1,1 M$ due à la dévaluation des immeubles affectés par la pyrrhotite et une hausse marquée de plusieurs dépenses dont le déneigement qui coûtera 1,2 M$ de plus en 2020, la Ville peut compter sur une hausse de 1,1 M$ de ses revenus grâce au pacte fiscal, de même qu’un effort d’une diminution des dépenses sur les immobilisations payées comptant, de l’ordre de 800 000 $.

Ainsi, la Ville indique avoir limité l’augmentation en 2020 au niveau de l’indice des prix à la consommation, soit 2 %. À cela s’ajoute 0,75 % afin de pouvoir augmenter le financement de la Société de transport de Trois-Rivières, tel que le souhaitait le conseil municipal. L’organisme recevra donc 1,7 M$ supplémentaires en 2020.

Au total, le budget 2020 de la Ville de Trois-Rivières s’établit à 285,2 M$ alors qu’il était de 274,3 M$ en 2019. Une augmentation de 10,9 M$ que l’on attribue principalement à l’indexation des dépenses et à la croissance, notamment celle de la masse salariale des employés municipaux, le déneigement, le service de la dette, l’entretien des étangs aérés et les coûts relatifs à la récupération et aux ordures ménagères.

Pour sa part, le Plan triennal d’immobilisations 2020-2021-2022 prévoit des travaux à une hauteur de 294,2 M$ sur trois ans, dont 101,5 M$ en 2020. La plus grosse partie de cette somme sera consacrée aux travaux relatifs à l’eau potable et aux eaux usées, soit 31,8 M$. 

Par ailleurs, 11 M$ sont réservés aux travaux de pavage et 9 M$ au maintien des infrastructures et des bâtiments municipaux. On prévoit aussi 6,6 M$ pour la réfection de l’île Saint-Quentin, 6,3 M$ pour des travaux sur le boulevard Jean-XXIII et 6,8 M$ pour l’achèvement des travaux du nouveau colisée.

Sécurité routière

En ce qui concerne la sécurité routière, plusieurs investissements sont également prévus au Plan triennal d’immobilisations
pour 2020, dont une grande partie sera déboursée par des subventions. 

Le chantier le plus important est certainement le réaménagement de l’intersection de la rue Bellefeuille et du boulevard des Récollets, un chantier attendu depuis près de dix ans et même recommandé à l’intérieur du rapport d’un coroner qui avait enquêté sur un accident mortel survenu à cet endroit.

Ailleurs, il est également question d’implanter de nouveaux trottoirs sur des rues déjà existantes, dont les rues Marion et de Cherbourg. L’opération avait été réalisée en 2019 sur la rue Grande-Allée à Pointe-du-Lac et sur le boulevard des Forges nord. 

«On a une liste des différentes zones problématiques en ville, et on a mis en place un canevas décisionnel apolitique afin de décider les endroits qui sont à prioriser chaque année», explique le conseiller municipal Claude Ferron.

Par ailleurs, la Ville reconduit son budget de pavage de 11 M$, un montant record qu’elle avait également investi en 2019 et qui, selon les souhaits du conseil municipal, deviendrait récurrent.