Le budget du Grand Prix de Trois-Rivières alloué par la Ville sera amputé de 50 000$ en 2019.

Budget 2019: 110 000 $ en moins pour les événements trifluviens

TROIS-RIVIÈRES — Ce sont finalement pas moins de 110 000$ qui seront retranchés au financement de trois événements par la Ville de Trois-Rivières en 2019. Le conseil municipal qui, à l’intérieur des travaux menés dans le cadre de la planification budgétaire, avait demandé à certains événements de consentir un effort pour atteindre des objectifs de réduction des dépenses, retranchera une partie du financement versé au Grand Prix de Trois-Rivières, aux Délices d’automne ainsi qu’à la portion d’animation des rues confiée à la Corporation des événements de Trois-Rivières.

Mardi soir, le conseil a voté à l’unanimité en faveur d’une résolution établissant la convention avec le Grand Prix de Trois-Rivières pour son financement de la prochaine année, qui s’établira à 914 000 $ versés par la Ville. Il s’agit donc d’une baisse de financement de 50 000 $ par rapport au financement versé l’année dernière.

En conférence de presse en marge de la séance publique du conseil municipal, il a en outre été possible d’apprendre que 50 000 $ seront également retranchés du budget versé à la Corporation des événements de Trois-Rivières pour l’animation estivale dans les rues du centre-ville. Le budget pour cette animation passera donc de 250 000 $ à 200 000 $ en 2019. Finalement, les Délices d’automne verront aussi leur participation financière municipale être amputée de 10 000 $.

Toutefois, en ce qui concerne ces deux organisations, la résolution établissant la convention de financement n’a toujours pas été adoptée par le conseil municipal et devrait l’être au cours des prochaines semaines, moment où s’officialisera cette baisse de financement. Étant donné que le budget municipal ne sera adopté que le 14 décembre prochain, il n’a pas été possible de savoir quelle était la cible budgétaire qui avait été fixée dans le cadre de ces efforts de réduction des dépenses.

Appelé à commenter cette baisse de 50 000$ au financement de son événement, le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières Dominic Fugère a indiqué que l’organisation était prête à fournir l’effort, dans la mesure où cet effort était équitable par rapport aux autres périmètres budgétaires. «On fait partie de la communauté et nous sommes bien prêts à faire notre bout de chemin, mais on souhaite aussi que l’effort soit concerté et qu’il ne touche pas juste les événements», mentionne M. Fugère.

Le Grand Prix de Trois-Rivières fêtera cette année son cinquantième anniversaire. Cette baisse de financement pourrait se ressentir dans la programmation de l’événement, convient Dominic Fugère. «Les courses, c’est la dernière chose dans laquelle on va couper, parce que c’est notre produit principal, c’est la raison pour laquelle les gens paient pour venir nous voir. Mais en parallèle, il y a de l’animation, des activités au centre-ville par exemple. On va voir dans notre planification mais il y a certainement des choses qu’il faudra resserrer. C’est dommage parce qu’on souhaite vraiment faire quelque chose de flamboyant pour notre 50e anniversaire. On verra», mentionne M. Fugère.

Selon le directeur général, la baisse de l’aide financière octroyée par la Ville ne se traduirait cependant pas à 50 000$, mais à plus que ça. C’est qu’au-delà des montants discutés en lien avec le budget 2019, les événements pouvaient, jusqu’à cette année, compter sur une bonification à la performance selon la commercialisation et les efforts consentis par les organisations. «Quand un événement n’allait pas bien, ça se ressentait sur le budget octroyé par la Ville. Nous, ça fait sept ans qu’on augmente. Quand je suis arrivé, en 2011, notre budget était de 4,2 M$. Aujourd’hui, il tourne autour de 6,5 M$, dont 3 M$ que nous allons chercher en commandites. La perte de cette bonification à la performance, en plus de l’effort budgétaire, pour nous c’est davantage un 125 000 $ qui ne nous sera plus versé et ça, je le déplore. C’était une façon d’encourager la croissance des événements», croit Dominic Fugère.

Du côté de la Corporation des événements, qui gère à la fois les Délices d’automne et l’animation estivale du centre-ville, le directeur général Steve Dubé a préféré ne pas faire de commentaire, étant donné que la convention n’avait pas encore été votée par le conseil municipal.