Des litiges entourant la construction de l’amphithéâtre ont été réglés, lundi soir.

Amphithéâtre: 935 000 $ versés en règlements hors cour

TROIS-RIVIÈRES — La Ville de Trois-Rivières verse 935 000 $ à des entrepreneurs et des firmes de génie-conseil afin de mettre fin à des litiges en lien avec la construction de l’Amphithéâtre Cogeco, des règlements qui, au final, feront dépasser de 1% l’enveloppe budgétaire prévue de 49 M$ pour la construction de l’équipement culturel.

Les deux litiges sont en quelque sorte liés, puisqu’à l’intérieur du premier, les firmes de professionnels acceptent de participer au règlement final de l’autre.

Le premier litige opposait la Ville de Trois-Rivières aux firmes Dessau, Pluritec et Stantec Experts-Conseils, trois firmes qui agissaient pour fournir les services professionnels d’ingénierie pour la préparation des plans et devis, la surveillance et la gestion des travaux de construction de l’amphithéâtre. Le contrat octroyé en 2010 avait toutefois mené à une poursuite de 2,4 M$ des trois firmes contre la Ville de Trois-Rivières, le principal reproche reposant sur des délais de chantier qui ont été plus longs que prévu, passant de 20 mois à environ 36 mois.

Le consortium réclamait pas moins de 2,4 M$ à la Ville pour ces délais. Toutefois, la Ville en arrive à une entente de 850 000 $, entente à l’intérieur de laquelle le groupement Dessau/Pluritec s’engage à défrayer une partie des coûts du second litige.


C’est vraiment très bon pour un projet de cette ampleur, alors que d’habitude, on voit des dépassements de 6 % ou 7 %
Yves Lévesque

Ce second litige implique l’entreprise Plomberie Laroche, qui réclamait à la Ville un peu moins de 380 000 $, également pour des délais de chantier, indique Jean-François Houde, directeur de l’approvisionnement à la Ville de Trois-Rivières. Le règlement se chiffre toutefois à 125 000 $, dont 85 000 $ sera à la charge de la Ville et 40 000 $ assumés par Dessau/Pluritec.

Au total, ce sont donc des poursuites de 3,2 M$ que la Ville règle pour 935 000 $ à sa charge, fait remarquer M. Houde, qui ajoute que sans pour autant reconnaître sa responsabilité dans ces poursuites, la Ville a aussi évalué dans sa réflexion les frais qui auraient pu être encourus par une bataille judiciaire dans ces dossiers. 

On se souviendra qu’en juillet dernier, la Ville réglait également les litiges avec la firme ADF, en charge de la construction du toit de l’amphithéâtre, pour la somme de 1 170 000 $, montant à l’intérieur duquel se trouvait une part de retenue contractuelle qui était un solde contractuel. La balance a été divisée entre la Ville (355 000 $) et Dessau/Pluritec (345 000 $).

Avec ces nouveaux règlements, l’enveloppe budgétaire globale de la construction de l’amphithéâtre, prévue à 49 M$, se retrouve en dépassement d’environ 1 %, soit 500 000 $. Un montant qui réjouit tout de même le maire Yves Lévesque. 

«C’est vraiment très bon pour un projet de cette ampleur, alors que d’habitude, on voit des dépassements de 6 % ou 7 %», constate M. Lévesque.

Par ailleurs, un seul litige reste à régler entourant la construction de l’amphithéâtre, soit celui qui oppose la Ville et l’entreprise Coffrage Mégaforme, une poursuite de l’ordre de 2,5 M$ pour laquelle les deux parties en sont au stade des interrogatoires. La décision à savoir s’il y aura règlement hors cour ou bien débat devant un juge n’a pas encore été prise.