Les travaux de démolition des bâtiments de l’ancienne usine Aleris devraient être complétés cet automne.
Les travaux de démolition des bâtiments de l’ancienne usine Aleris devraient être complétés cet automne.

Aleris: la démolition complétée cet Automne

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Les résidents du bas du secteur Cap-de-la-Madeleine pousseront très bientôt un soupir de soulagement, alors que le ministère de l’Environnement prévoit avoir terminé la démolition des bâtiments de l’ancienne usine Aleris cet automne. Une annonce qui réjouit du même coup le maire de Trois-Rivières, qui souhaite voir se développer sur ce terrain un quartier résidentiel au cours des prochaines années.

«Je suis extrêmement encouragé et content de voir l’avancement des travaux. Je m’y suis rendu à quelques reprises pour voir, et on le voit bien que ça avance. C’est également très encourageant pour les gens du secteur, qui commencent enfin à voir la lumière au bout du tunnel», indique le maire Jean Lamarche.

Les travaux de démolition avaient débuté le 11 mai dernier, avec environ deux mois de retard dû à la pandémie et à l’arrêt complet de tous les chantiers. «Les étapes de dégarnissage des bâtiments, désamiantage et enlèvement des peintures au plomb sont presque complétées et les travaux de démolition des bâtiments sont en cours. Les travaux sont toujours prévus être complétés à l’automne 2020», confirme Sophie Gauthier, porte-parole du ministère de l’Environnement, qui avait pris en charge la démolition et décontamination du site, laissé à l’abandon par le propriétaire des lieux.

On se souviendra d’ailleurs que Corporation développement TR avait été mise à l’amende pour un montant de 34 000 $ en janvier dernier pour avoir omis de fournir un plan de réhabilitation. Le bras de fer judiciaire dure d’ailleurs depuis des années entre le ministère et le propriétaire, lui qui a toujours clamé vouloir partager la responsabilité avec les anciens propriétaires et anciens opérateurs du site, Alcoa.

«Le Ministère poursuit la prise en charge de la suite des travaux sur le site de l’ancienne usine d’Aleris. Il n’exclut aucune action ni aucun recours permettant de se faire rembourser les sommes investies ou à venir, notamment pour les travaux de réhabilitation», fait savoir Sophie Gauthier.

Réhabilitation

Afin d’entreprendre les démarches de réhabilitation du terrain, un contrat a été octroyé en octobre 2018 pour la réalisation d’une étude de caractérisation de phase III, explique Sophie Gauthier. «Les travaux relatifs à ce mandat ont été réalisés en 2019. Les conclusions de cette étude permettront de préciser et d’élaborer le scénario de réhabilitation qui sera mis en place. Le dépôt du rapport final est donc attendu d’ici la fin de l’automne 2020. Une fois le scénario de réhabilitation retenu, il sera plus facile de préciser un échéancier pour la réhabilitation environnementale du site», ajoute-t-elle.

Ce n’est donc pas avant plusieurs mois, voire quelques années, que le site pourrait être redonné à la Ville de Trois-Rivières afin qu’elle y développe un projet d’habitation qui pourrait compter environ 300 portes.

Le maire ne se décourage pas pour autant de ces délais, qu’il compare à ceux connus à Trois-Rivières sur Saint-Laurent et qui ont permis le développement, depuis les dernières années, de l’Adresse sur le fleuve.

«En parallèle du travail du ministère de l’Environnement, on continue de déployer notre plan d’aménagement, qui sera appelé à évoluer au fur et à mesure des travaux de décontamination et des opportunités que le terrain nous donnera», mentionne Jean Lamarche.