Pas moins de 7,6 M$ seront investis à Trois-Rivières pour la relance économique. Sur la photo, on aperçoit de gauche à droite, Yves Lacroix, président du conseil d’administration d’IDE, Jean Lamarche, maire, Marie Michèle Lemay, conseillère stratégique chez IDE et Mario de Tilly, directeur général d’IDE.
Pas moins de 7,6 M$ seront investis à Trois-Rivières pour la relance économique. Sur la photo, on aperçoit de gauche à droite, Yves Lacroix, président du conseil d’administration d’IDE, Jean Lamarche, maire, Marie Michèle Lemay, conseillère stratégique chez IDE et Mario de Tilly, directeur général d’IDE.

7,6 M$ pour relancer l’économie trifluvienne

Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La Ville de Trois-Rivières a présenté mercredi matin son plan de match de 7,6 millions $ pour assurer une relance de l’économie. On y compte entre autres 18 actions qui tourneront majoritairement autour du renforcement de l’offre de services pour soutenir l’entrepreneuriat et la compétitivité des entreprises ainsi que la stimulation des transitions numériques et écologiques des PME. 

Cette initiative résulte du travail tripartite réalisé au cours des derniers mois par la Ville, Innovation et développement économique et le gouvernement du Québec. Ce dernier contribue d’ailleurs à hauteur de 4,2 millions $ sur l’ensemble du calcul.

Le maire Jean Lamarche soutient qu’il s’agit de l’aboutissement de toute la besogne qui a été effectuée par le comité de relance depuis la mi-mars.

«La réflexion s’est amorcée très tôt et nous avions la chance de compter sur un comité très actif. On espère maintenant que cette belle collaboration développée en temps de crise va perdurer même après la pandémie», a-t-il confié, soulignant déjà discuter des façons de poursuivre sur l’élan en cours lors des prochains mois.

Selon ses dires, les besoins criants des entreprises se situeraient surtout dans l’accompagnement, l’innovation, la formation et la mise en réseau.

Le président du conseil d’administration d’Innovation et développement économique, Yves Lacroix, abonde dans le même sens.

«Le printemps intense que nous avons connu nous a placés devant des imprévus historiques, qui n’existaient pas. Le plan était d’être proactifs et on l’a été. On a brassé des cartes pour être en mesure de dégager de l’argent», précise celui qui est aussi le grand patron de FAB3R.

Le directeur général d’IDE Mario de Tilly précise pour sa part que ce sont plus de 500 interventions qui ont été menées auprès des entrepreneurs depuis le début de la pandémie, notamment parce que plusieurs d’entre eux accusaient un retard dans la numérisation de leurs échanges commerciaux.

«C’est majeur. Nos entrepreneurs vivaient des situations anxiogènes et on a trouvé beaucoup de mentors pour venir les aider. Ironiquement, la pandémie nous a donné des outils de travail. Certaines entreprises ne s’en sortiront tout de même pas malheureusement, mais au moins, nous leur aurons donné une chance, nous leur aurons donné du temps.»

En mode «deuxième vague»

Les acteurs économiques se préparent également à une éventuelle deuxième vague du coronavirus, sans toutefois bouleverser tous les plans déjà en marche.

«On va voir sous quelle forme elle va s’exprimer et ce qui sera confiné ou non. Mais déjà, le gouvernement a annoncé ses couleurs en disant que ce ne serait pas comme la première fois. Les besoins seront sans doute un peu différents, mais ils seront encore importants. Nous devrons compter à nouveau sur les paliers supérieurs pour nous supporter», a confié M. de Tilly.

D’autres annonces concernant la relance économique sont prévues au cours des prochaines semaines, puisqu’environ deux millions sur les 7,6 M$ ne sont pas inclus dans le calcul de mercredi.