Trois-Rivières, une destination «in»

TROIS-RIVIÈRES — Les efforts ainsi que les importants investissements afin de développer de nouveaux attraits touristiques à Trois-Rivières portent vraisemblablement leurs fruits. C’est du moins ce qui ressort d’une analyse économique du tourisme effectuée par Raymond Chabot Grant Thornton.

Les résultats de l’étude commandée par Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières ont d’ailleurs été présentés, mercredi, par le directeur principal de la réputée firme, Denis Brisebois.

Près de trois millions de visiteurs par année, 4750 emplois reliés et des retombées économiques se chiffrant à 213 millions $: voici les grandes lignes de ce portrait que M. Brisebois qualifie de très encourageant et qui fait l’envie de plusieurs autres régions du Québec et d’ailleurs au pays. Le spécialiste va même jusqu’à dire que certaines localités l’ont approché pour qu’il leur concocte un plan afin «de faire un autre Trois-Rivières».

Le président du conseil d’administration d’IDE Trois-Rivières, Yves Lacroix, et le directeur principal de la firme Raymond Chabot Grant Thornton, Denis Brisebois, étaient très fiers de présenter les résultats d’une analyse économique du tourisme à Trois-Rivières.

«Ce sont les résultats de 10 ans d’investissements afin de renouveler le produit touristique. [...] L’ensemble des indicateurs économiques sont en croissance, que ce soit le taux d’occupation, le nombre de visiteurs, les entrées dans les attraits, les restaurants ou les boutiques», souligne M. Brisebois.

Pour en arriver à ces conclusions, Raymond Chabot Grant Thornton a mené des entrevues avec des leaders d’opinion et réalisé un sondage auprès de 130 gestionnaires d’entreprises œuvrant dans divers secteurs d’activité.

Le coup de sonde auprès de ces intervenants permet de conclure que le pouvoir d’attraction touristique de Trois-Rivières est beaucoup plus grand qu’il ne l’était en 2018. Il est en effet passé de 2,1 sur 5 en 2008 à 4,1 sur 5 en 2018. La vision de la Ville, axée sur les investissements dans les infrastructures et sur le développement de l’événementiel, explique notamment ce changement positif selon M. Brisebois. Il ajoute que les personnes interrogées soulignent également la meilleure concertation des différents acteurs et les efforts de promotion, appuyés notamment par l’image de marque TRès Trois-Rivières. Cette dernière est d’ailleurs toujours pertinente et très efficace aux dires du spécialiste.

Par ailleurs, 96 % des gestionnaires d’entreprises sondés considèrent que le tourisme est un secteur d’activité important ou très important. De plus, 95 % sont d’avis qu’il y a un impact important ou très important sur les autres secteurs de l’économie et qu’il a un effet positif sur la notoriété de la ville.

L’avenir
Même si l’industrie a le vent dans les voiles, les intervenants s’entendent sur l’importance de ne pas lésiner sur les efforts de développement et de promotion de l’industrie au cours des prochaines années, et ce, afin de notamment maintenir le rythme de croissance actuel ainsi que l’avantage concurrentiel sur les autres destinations urbaines régionales. Le président du conseil d’administration d’IDE Trois-Rivières, Yves Lacroix, se dit convaincu que cette tâche est réalisable.

«Avec l’ouverture prochaine du Centre d’événements et de congrès interactifs, nous sommes confiants de passer du 9e au 5e rang d’ici 10 ans parmi les destinations d’affaires au Québec. Nous espérons également atteindre d’ici 2028 les quatre millions de visiteurs annuellement. Nous lancerons enfin une importante offensive dans le marché du tourisme sportif, car nous souhaitons devenir un leader québécois dans ce segment», lance-t-il.

Pour sa part, M. Brisebois prévoit que le nouveau Centre d’événements et de congrès interactifs fera en sorte que Trois-Rivières reprendra le terrain qu’il a perdu au cours des dernières années au profit d’autres villes dans le secteur du tourisme d’affaires et des congrès. Après avoir été de 3,2 % en 2011, les parts de marché en la matière étaient descendues à 2,9 % en 2016.