Certaines municipalités assumeront une partie des frais des tarifs supralocaux imposés par Trois-Rivières.

Trois-Rivières: des réponses divisées des municipalités pour les frais supralocaux

TROIS-RIVIÈRES — Les municipalités touchées par les nouveaux frais supralocaux imposés par la Ville de Trois-Rivières pour les différentes activités sportives pratiquées sur son territoire sont divisées sur cette nouvelle mesure. Alors que certaines acceptent d’assumer une partie de la facture pour leurs résidents, d’autres gardent le cap et choisissent de ne pas assumer ces frais, qui demeureront à la discrétion des citoyens qui feront le choix de se déplacer vers Trois-Rivières pour pratiquer leur sport.

On se souviendra que Trois-Rivières a, en novembre dernier, statué sur de nouveaux tarifs supralocaux qui seront facturés aux non-résidents qui souhaiteront désormais s’inscrire à des activités sportives relevant d’infrastructures entretenues par la Ville.

Ainsi, pour les activités nautiques et aquatiques, la facture grimpera de 138 $. Les sports de gymnase augmenteront de 144 $. Pour ce qui est des sports dits «de pelouse», par exemple le soccer, la facture augmentera de 311 $ pour chaque usager. Finalement, les amateurs de sports de glace, dont le hockey, devront débourser 716 $ de plus pour pratiquer leur sport à Trois-Rivières.

Dernièrement, des avis de renouvellement d’inscription ont été envoyés, par exemple, aux jeunes qui souhaitent s’inscrire au soccer. Toutefois, ces avis ne comprenaient pas les nouveaux frais supralocaux. En fait, la Ville attend la fin du mois de février pour recevoir les réponses des municipalités environnantes, à savoir si elles assumeront la facture, avant d’émettre un avis de tarif supplémentaire directement aux résidents, explique la porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Cynthia Simard.

Pour Saint-Luc-de-Vincennes et Saint-Étienne-des-Grès, c’est une fin de non-recevoir. Les deux municipalités ont indiqué à la Ville de Trois-Rivières, par le biais de résolutions votées à l’unanimité par les conseils municipaux des deux municipalités, que la facture ne serait pas assumée par l’ensemble.

«Le conseil a adopté la même position que celle adoptée avec la Ville de Shawinigan», indique la directrice générale de Saint-Étienne-des-Grès, Nathalie Vallée. Pour sa part, le maire de Saint-Luc-de-Vincennes, Jean-Claude Milot, a toujours indiqué son opposition à cette nouvelle mesure, et son conseil municipal semble du même avis. «Si les gens veulent aller à Trois-Rivières, ils paieront la facture», a-t-il lancé, rappelant que sa municipalité dispose aussi d’équipements de loisirs intéressants.

À Notre-Dame-du-Mont-Carmel, on a choisi d’adopter la même politique que celle adoptée avec la Ville de Shawinigan, explique le maire Luc Dostaler. «Les parents vont recevoir la facture, et ensuite on leur demande de nous revenir avec. Lorsque les activités ne sont pas offertes chez nous, dans la très grande majorité, nous allons rembourser la facture à 100 %. Il y a peut-être pour les sports de glace que ça n’arrive pas à une proportion de 100 % parce que les coûts sont élevés, mais ce sera remboursé en grande proportion», explique M. Dostaler, qui résume que la politique prévoit un remboursement pouvant aller jusqu’à 200 $ par utilisateur pour couvrir les frais supralocaux des activités qui ne sont pas offertes sur le territoire.

À Saint-Maurice, les ententes concernant la pratique du hockey à l’aréna Les Deux Glaces de Saint-Louis-de-France demeureront, indique le maire Gérard Bruneau. Par contre, à compter de cette année, la Municipalité choisit de s’associer avec Notre-Dame-du-Mont-Carmel pour la pratique du soccer, de même qu’avec Sainte-Anne-de-la-Pérade pour les autres sports de glace, comme le patinage artistique par exemple. Un citoyen qui choisirait donc de se rendre à Trois-Rivières pour pratiquer ces sports aura une compensation de la Municipalité, mais équivalente à ce qui se débourserait en frais supplémentaires à Mont-Carmel ou Sainte-Anne-de-la-Pérade.

«On n’empêche donc pas les gens d’aller à Trois-Rivières. Mais dans un souci d’équité, ils auront un remboursement équivalent à ce qu’ils auraient eu dans les municipalités partenaires de notre MRC», mentionne M. Bruneau, qui estime à environ 30 % l’aide qui peut être apportée par Saint-Maurice pour le remboursement de ces frais supralocaux. «On invite les gens à s’inscrire, à payer la facture et à se tourner vers nous pour obtenir le remboursement auquel ils ont droit», ajoute Gérard Bruneau.