François Bélisle, conseiller municipal du district Pointe-du-Lac.

Trois-Rivières : François Bélisle en réflexion pour la mairie

TROIS-RIVIÈRES — Alors que l’ancien candidat à la mairie de Trois-Rivières Jean-François Aubin a confirmé vendredi qu’il serait de la prochaine course à la mairie de Trois-Rivières, le conseiller municipal du district Pointe-du-Lac François Bélisle ne cache pas, pour sa part, être en sérieuse réflexion quant à cette possibilité. Toutefois, s’il se lance dans la course, ça ne devra pas se faire au détriment de sa vie familiale, ce qui alimente présentement sa réflexion, prévient-il.

«Quand les gens nous disent qu’ils nous verraient là, c’est très flatteur. Maintenant, c’est de voir aussi si c’est conciliable avec la joie d’être parent de jeunes enfants. Quand j’embarque dans un projet, je n’embarque pas pour démissionner quelques mois plus tard, et j’ai vu trop de politiciens le faire parce qu’ils réalisaient que ça ne pouvait pas être conciliable avec la vie de famille», explique François Bélisle, qui est papa de deux enfants de 4 et 8 ans.

Le conseiller de Pointe-du-Lac aimerait donc faire le saut à la seule condition que la population soit prête à avoir un maire qui n’est peut-être pas aussi disponible que ce à quoi l’actuel maire de Trois-Rivières a habitué la population. «Ce sont de grands souliers à chausser. Yves Lévesque, on va lui donner ça, est partout tout le temps. Mais il a aussi dit que ça s’était souvent fait en négligeant sa famille. Si la population est prête à revoir ses attentes, à ne pas s’attendre à ce qu’un maire soit une sorte de Superman et qu’un maire puisse aussi avoir un équilibre dans sa vie familiale, j’en suis. Mais est-ce que la population est rendue là? Je ne sais pas», se demande-t-il.

Toutefois, François Bélisle constate que des dossiers importants lui tiennent à cœur, et qu’il souhaiterait se lancer dans la course non pas juste pour l’attrait du pouvoir, mais bien pour faire cheminer ces dossiers. «La responsabilité fiscale m’interpelle. Mes citoyens m’en parlent souvent, qu’ils souhaitent en avoir pour leur argent, mais aussi qu’il y a une limite à ce qu’on puisse taxer la population. La réforme de la fiscalité municipale me tient à cœur. On a appris récemment que le gouvernement Legault a hérité d’un surplus de trois milliards de dollars. C’est injuste, dans un tel contexte, de voir qu’une Ville est fondée sur une taxe rétrograde comme la taxe foncière, et que notre seul moyen de s’enrichir est de toujours encourager l’étalement urbain et les nouvelles constructions», signale-t-il.

François Bélisle alimente ainsi sa réflexion à savoir s’il sera la meilleure personne pour défendre ce dossier. «Je tiens à ce qu’on en fasse un dossier prioritaire. Maintenant, suis-je la bonne personne pour le défendre? Si un autre candidat devait se présenter en choisissant d’en faire son cheval de bataille et que j’estime qu’il serait meilleur porteur de ballon que moi, alors je lui donnerais mon appui», admet-il.

Rappelons que le maire Yves Lévesque, actuellement en arrêt de travail pour des raisons de santé, avait fait savoir dès le début de l’actuel mandat qu’il s’agirait de son dernier à la mairie. Toutefois, il ne cachait plus, jusqu’à récemment, son intérêt pour une candidature au fédéral, ce qui pourrait aussi précipiter une élection à la mairie avant 2021.

Outre Jean-François Aubin et, maintenant, François Bélisle, les noms de l’ancienne ministre Julie Boulet et de l’ancien député de Trois-Rivières Jean-Denis Girard ont également circulé.