Actualités

L'actualité de Trois-Rivières en bref

Cocktail annuel de la Fondation Albatros

La 19e édition du cocktail annuel de la Fondation Albatros se tenait le 13 juin dernier au Musée POP de Trois-Rivières. Pas moins de 220 personnes ont pris part à cet événement, qui a permis d’amasser plus de 29 000 $ pour cette maison de soins palliatifs. On voit ici Marc Pronovost, administrateur de la Fondation Albatros, Anne-Marie Hébert, directrice générale de la Maison Albatros, Yves Gabias, président de la fondation, Rina McGuire, présidente de la Maison Albatros ainsi que Christian Bélisle, président d’honneur du cocktail.

Actualités

Un circuit rapide vers Trois-Rivières

SAINT-LUC-DE-VINCENNES — «Dans les prochains jours, les citoyens de la MRC des Chenaux auront accès à un service de transport rapide entre les différentes municipalités, mais surtout vers Trois-Rivières», explique Pierre Michel Auger, député de Champlain.

En effet, le gouvernement du Québec a octroyé une aide financière de 113 990 $ à la MRC des Chenaux pour soutenir le transport interurbain sur son territoire. La somme provient du Fonds vert ainsi que du Fonds des réseaux de transport terrestre.

Actualités

Fête des voisins au parc Brunet

TROIS-RIVIÈRES — Le parc Brunet, dans le secteur Trois-Rivières-Ouest, aura des allures de fête ce samedi, alors que s’y tiendra une Fête des voisins. Organisée conjointement avec la Maison des grands-parents de Trois-Rivières et le conseiller municipal du secteur, Dany Carpentier, cette fête se veut un moment de rassemblement entre tous les gens de ce quartier. Une tendance qui prend de l’ampleur un peu partout au Québec.

Selon Dany Carpentier, il y a dans la Fête des voisins un bel exemple d’implication citoyenne visant à créer des liens avec sa communauté et rendre les milieux de vie plus agréables et sécuritaires. «Ce n’est pas comme une fête de district, où la Ville devient en grande partie responsable de l’organisation. Là, ce sont des voisins qui se mettent ensemble et qui décident de se faire leur propre rassemblement. Ça peut prendre plusieurs formes. Samedi, on fait ça dans un parc, mais on a souvent vu des Fêtes des voisins s’organiser dans des cours privées, dans des ruelles. À mon avis, il y a vraiment là une formule à encourager et à valoriser», croit Dany Carpentier.

Actualités

Le canada à vélo

Jacob Gugg et Jacob St-Yves s’envoleront pour Vancouver le 30 mai. Un vol aller seulement puisque c’est à vélo qu’ils reviendront à leur domicile de Trois-Rivières. Les deux jeunes de 19 ans sont dans les derniers préparatifs de ce voyage. Les cyclistes prévoient prendre entre 60 et 80 jours pour faire le voyage à raison d’une moyenne de 110 à 120 km par jour. En chemin, ils établiront les plans une journée à la fois et prévoient faire du tourisme si la météo n’est pas clémente. Comme ils transporteront tout le matériel nécessaire pour établir leur campement le soir venu, ils comptent notamment sur des rencontres faites sur la route pour planter leur tente dans la cour de bons Samaritains. Il est possible de suivre leur périple sur leur page Facebook 2 Jake 2 Bikes 1 Canada. Sur la photo, Jacob Grugg et Jacob St-Yves quelques jours avant leur départ. — photo: Kim alarie

Actualités

Un été pour redécouvrir le parc

TROIS-RIVIÈRES — Les dirigeants de l’île Saint-Quentin espèrent que la programmation qu’ils ont concoctée poussera les Trifluviens à découvrir, ou à redécouvrir, l’endroit situé au confluent de la rivière Saint-Maurice et du fleuve Saint-Laurent.

Le dévoilement de cette programmation s’est d’ailleurs déroulé, mardi avant-midi, sous le thème «une île à découvrir». Selon le président du conseil d’administration de l’île, Pierre-Luc Fortin, les personnes qui ont planché sur l’élaboration de la programmation avaient comme objectif avoué de mettre en valeur ses potentiels naturel, récréatif, éducatif et maritime. Le conseiller municipal du district des Estacades espère donc que les citoyens n’hésitent pas à participer aux différentes activités qui ponctueront la saison estivale.

Actualités

Vers Blancs: Les terrains sportifs de la ville traités

TROIS-RIVIÈRES — Afin de lutter contre les vers blancs qui s’attaquent, notamment, au gazon des terrains sportifs, la Ville de Trois-Rivières procédera à l’épandage d’un insecticide, l’Acelpryn, durant deux fins de semaine en mai.

Une signalisation sera installée pour aviser les utilisateurs puisqu’il est recommandé de ne pas circuler sur les terrains avant que le traitement ne soit séché. La fin de semaine du 18 au 20 mai, on effectuera une pulvérisation sur les terrains des parcs des Seigneurs, Rosemont, Laviolette, Jacques-Buteux, Isabeau, Lambert, Pie-XII, Sainte-Marguerite, Albert-Gaucher et Saint-Jean-de-Brébeuf. La fin se semaine suivante, les employés de la Ville traiteront les parcs Des Ormeaux, Martin-Bergeron, Lionel-Rheault, du Père-Breton, Rochefort et Jean-Perron, des Prairies, Roger-Guilbault, Masse et de la Terre-des-Loisirs

Actualités

C’est parti pour le chantier du colisée

TROIS-RIVIÈRES — Le chantier du futur colisée municipal au District 55 est officiellement commencé. La machinerie est arrivée sur le chantier mardi matin pour débuter les travaux de préparation du sol, afin de préparer le terrain pour l’installation des pieux dans les prochaines semaines.

«Ça y est, ça commence», a lancé le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque, visiblement très satisfait de voir les travaux débuter enfin.

Trois-Rivières

Roger D. Landry quitte l’hôtel de ville

Trois-Rivières — Ça bouge au cabinet du maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque. Le chef de cabinet depuis les douze dernières années, Roger D. Landry, quittera ses fonctions cette semaine. Il sera du même coup remplacé par deux anciens conseillers municipaux, René Goyette et André Noël, qui se partageront les tâches de directeur de cabinet et de directeur des relations politiques.

Ancien président et éditeur de La Presse, Roger D. Landry s’était aussi fait connaître à titre de directeur des relations publiques de l’Expo 67 et de directeur marketing des Expos de Montréal. Il avait fait son entrée officielle à l’Hôtel de ville après les élections municipales de 2005. «Je tiens à remercier Roger D. Landry, pour toutes ces années. Il a été un atout pour moi, pour les cadres. Il m’a aidé à garder le cap. Maintenant, il y avait un changement politique qui s’imposait et M. Landry m’avait fait part de ses intentions après les élections», indique Yves Lévesque.

Le maire Yves Lévesque a fait l’annonce de deux nouvelles nominations mardi. René Goyette a été conseiller municipal de l’ancien district de la Madeleine pendant 26 ans, avant de se retirer aux dernières élections. André Noël, quant à lui, aura été conseiller municipal du district du Carmel pendant 31 ans, mais a été défait aux dernières élections face à l’actuel conseiller, Pierre Montreuil. René Goyette agira à titre de directeur de cabinet à raison de deux jours et demi par semaine. André Noël, pour sa part, sera en grande partie responsable des relations avec les élus, également à raison de deux jours et demi par semaine.

«Ensemble, ils cumulent 57 ans d’expérience en politique. Ce n’est pas rien», indique le maire Yves Lévesque, qui justifie le fait d’avoir scindé la tâche du chef de cabinet en deux par le fait que les deux hommes ne souhaitaient pas travailler à temps plein. Du coup, la Ville réalise également une économie au niveau salarial, puisque les deux salaires s’élèvent à 125 000 $ (65 000$ pour M. Goyette et 60 000 $ pour M. Noël), alors que le salaire de Roger D. Landry dépassait les 140 000 $ annuellement.

Prime

On se souviendra que les deux hommes avaient touché une allocation de départ ainsi qu’une allocation de transition lors de leur départ de l’Hôtel de ville en novembre dernier. Si la première allocation est prévue dans le cadre de la Loi sur les cités et villes, la seconde est aussi prévue dans le cadre de cette loi, mais laissée à la discrétion des Villes qui souhaitent faciliter la transition des anciens élus vers un retour sur le marché du travail lors de leur départ de la politique. 

Chacun d’eux, en raison des nombreuses années d’ancienneté, avaient touché la plus grosse allocation de transition, soit 42 844 $, montant à être versé sur une année. Or, maintenant que c’est la Ville qui les réembauche, les deux hommes se verront soumis à une période de probation de six mois, Une fois les six mois écoulés, s’ils poursuivent dans leurs fonctions, ils devront rembourser la moitié de cette allocation de transition, soit les six mois restant à l’année écoulée suivant la période entre les élections municipales et leur réembauche.

Pour le conseiller municipal François Bélisle, les deux nouvelles nominations au cabinet du maire surviennent toutefois dans un cadre où la dynamique au conseil municipal est en train d’évoluer, et il espère que le personnel politique du cabinet saura embarquer dans le bateau. «Ce sont d’anciens élus, issus de l’ancienne garde, et je crois que ce sera à eux de s’adapter à la nouvelle dynamique. J’espère qu’ils sauront s’y faire», indique-t-il.

Par ailleurs, celui qui planche sur un nouveau projet de règlement pour augmenter la rémunération des élus constate que ces nominations viennent donner du poids à son argumentaire, alors qu’on propose des salaires de 60 000 $ et 65 000 $ à deux employés politiques qui travailleront à temps partiel.

Actualités

Un développement qui dérange

TROIS-RIVIÈRES — Une vingtaine de citoyens propriétaires de résidences dans le secteur Pointe-du-Lac réclament la fin de toute construction de multilogements le long de la route 138 dans ce secteur. Une pétition en ce sens sera d’ailleurs déposée au conseil municipal de Trois-Rivières, mardi soir.

L’insatisfaction des propriétaires résulte notamment des nombreux développements qui ont poussé au cours des dernières années, et spécialement du côté du Domaine Baie-Jolie, un développement domiciliaire de multilogements qui s’est développé sur le bord du fleuve.

Port de Trois-Rivières

Opération «turnaround» réussie pour le M/S Marina

Trois-Rivières — C’est un véritable tour de force qu’a réussi Innovation et développement économique Trois-Rivières, mardi matin, afin d’assurer le débarquement des passagers du M/S Marina, qui a dû terminer son voyage de façon imprévue à Trois-Rivières en raison du trop haut niveau du fleuve. En collaboration avec le voyagiste, l’équipe du port de Trois-Rivières ainsi que la Sécurité publique, l’organisme a pu assurer le débarquement et le transport de 1200 voyageurs en moins de 5 heures, une opération qui n’avait jamais été faite à Trois-Rivières.

Rappelons que ce n’est que vendredi que les autorités ont été avisées que le M/S Marina ne serait pas en mesure de passer sous le pont Laviolette afin de se rendre à sa destination finale, Montréal. Des centaines de voyageurs devaient y débarquer tôt mardi matin afin de prendre un avion pour les ramener à la maison, ou encore dormir à l’hôtel où ils avaient l’intention de prolonger leur séjour au Québec. Par la suite, d’autres passagers devaient embarquer, toujours au port de Montréal, afin de poursuivre le périple qui mènera le bateau jusqu’à Southampton, en Angleterre, dans quelques semaines.

En moins de quatre jours, l’opération «turnaround» a été mise en branle, avec l’érection d’un chapiteau temporaire où toutes les mesures de sécurité ont été déployées, allant du simple contrôle des passeports et des cartes d’embarquement jusqu’aux détecteurs de métaux portatifs où chacune des valises devait être inspectée avant d’être admise sur le bateau.

«Dès 4 h mardi matin, il y a du personnel qui était assigné ici pour procéder au débarquement des passagers», signale Jean Perron, coordonnateur tourisme d’affaires et croisières chez IDÉ Trois-Rivières. Entre 4 h 45 et 9 h 45, 1200 passagers ont été en mesure de débarquer, de récupérer leurs bagages classés par code de couleur, et d’embarquer à bord de l’un des 28 autobus qui avaient été réservés pour cette opération spéciale. Même l’autobus des Aigles de Trois-Rivières et des Cantonniers de Magog ont été réquisitionnés afin de conduire des passagers jusqu’à Montréal, a-t-on pu observer. 

Aucun détail n’avait été négligé, allant jusqu’aux nombreux fauteuils roulants mis à la disposition des passagers plus âgés qui ne souhaitaient pas marcher les quelques mètres séparant le bateau du chapiteau. Des étudiants du Collège Laflèche de même que des guides-animateurs normalement affectés aux excursions des croisiéristes se sont relayés pour donner un coup de main à ces passagers et voir au bon déroulement des opérations.

Le voyagiste, Destination North America, est évidemment venu prêter main-forte aux équipes et a coordonné la majeure partie des opérations, alors que l’équipe a en sa possession les équipements nécessaires pour mener ce genre d’opération. «Eux sont habitués dans cet exercice-là. On suivait leurs façons de faire et on voit bien qu’ils ont l’expertise pour faire ce genre de travail. Ça s’est vraiment très bien déroulé, ça a été très efficace», constate Jean Perron.

À 9 h 45, le brouhaha a cessé au port, le chapiteau s’est complètement vidé de ses 2000 valises entassées depuis les petites heures du matin, et le dernier autobus a quitté le parc portuaire. Au milieu du stationnement, le directeur des opérations de Destination North America a levé les pouces en l’air et applaudi très fort toute l’équipe, visiblement satisfait du travail accompli.

Pour les passagers Heather et Jim Blackwood, l’escale à Trois-Rivières durera au moins deux jours, eux qui poursuivent le voyage jusqu’à Southampton. Ce couple d’Australiens a voulu profiter des charmes du Vieux-Trois-Rivières en quittant le navire mardi matin pour aller se balader et visiter les boutiques et le musée, notamment. Ils n’avaient que de bons mots à dire sur l’opération de débarquement. «Ça s’est vraiment très bien déroulé. Tout a été très rapide ce matin et on aurait dit qu’ils avaient fait ça depuis toujours», constate Mme Blackwood, qui a été surprise d’apprendre que Trois-Rivières en était à son tout premier «turnaround».

Le bateau sera ravitaillé et vidangé d’ici mercredi, alors que 1200 autres passagers devraient arriver à Trois-Rivières pour embarquer en vue du départ, mercredi soir. D’ici là, les 1200 nouveaux passagers bénéficieront de temps libres et de possibilités d’excursions à Trois-Rivières.