Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Actualités

Sablière du rang Saint-Nicolas: Maskimo veut collaborer

TROIS-RIVIÈRES — Interpellée publiquement par le conseiller municipal de Pointe-du-Lac François Bélisle, l’entreprise Maskimo n’a pas tardé à réagir afin de donner sa version des faits dans le dossier de la sablière du rang Saint-Nicolas. D’ailleurs, l’entreprise a fait parvenir une lettre à la haute direction de la Ville de Trois-Rivières afin de leur manifester qu’il a toujours été de son intention de collaborer avec la Ville pour assurer une cohabitation harmonieuse avec le secteur.

On se souviendra que le conseiller municipal a interpellé en séance publique, mardi soir, les dirigeants de Maskimo, afin qu’ils viennent s’asseoir avec les représentants de la Ville afin de trouver une solution aux problèmes causés par la circulation des poids lourds dans ce secteur. Le conseiller indiquait que les citoyens du secteur se plaignent de cette circulation depuis plusieurs années, mais que l’entreprise n’aurait jamais donné suite aux demandes de rencontre afin de trouver une solution et de les inviter à se réguler.

Actualités

Du retard dans la livraison du nouveau colisée

Trois-Rivières — Le chantier du nouveau colisée de Trois-Rivières accuse un certain retard. Alors que la livraison provisoire devait être effectuée au début du mois de mars, la Ville de Trois-Rivières annonce que cette livraison se fera plutôt le 17 avril.

Cette décision a été prise de concert avec le Groupe TEC, l’entrepreneur général du colisée. La Ville prévient toutefois que ce délai n’aura pas d’incidence sur la date de l’ouverture officielle du colisée, toujours prévue pour septembre 2020.

Actualités

Des «placottoirs» au centre-ville

TROIS-RIVIÈRES — Un premier pas a été franchi, mardi soir, par le conseil municipal de Trois-Rivières, en vue d’aménager des «placottoirs» au centre-ville de Trois-Rivières durant l’été 2020. Cet aménagement urbain visant à dynamiser des artères commerciales touchera également l’installation de terrasses temporaires pour certains commerçants qui souhaiteront embarquer dans le projet piloté par Trois-Rivières Centre.

Le concept de «placottoirs», déjà développé un peu partout dans le monde dont à Montréal depuis quelques années, se veut un prolongement du trottoir sur la chaussée, souvent en remplacement de places de stationnement. L’espace devient alors utilisable pour les piétons, mais également les commerçants qui pourraient vouloir prolonger leurs activités commerciales à l’extérieur de leurs locaux par l’aménagement, par exemple, d’une terrasse temporaire.

Des nouvelles de Trois-Rivières

Nouvelle signalisation pour le carrefour giratoire du District 55

TROIS-RIVIÈRES — Le conseil municipal a été saisi d’un avis de motion mardi soir, annonçant un règlement d’emprunt visant la réalisation de travaux d’amélioration de la signalisation au carrefour giratoire situé à l’intersection des boulevards du District et Arthur-Rousseau, dans le District 55.

La Ville prévoit en effet améliorer la signalisation de ce carrefour giratoire, qui se veut actuellement la porte d’entrée du développement commercial du District 55. Les travaux devraient s’effectuer au cours des prochains mois.

Plus de résidentiel au District 55

La Ville de Trois-Rivières pourrait bien agrandir la zone du District 55 prévue pour le développement domiciliaire, rapetissant du même coup la zone du développement commercial dans la partie sud-ouest du District 55. Un avis de motion a été déposé au conseil municipal, mardi soir. Cette modification somme toute mineure viendra tout de même réduire la zone commerciale au profit de la résidentielle pour l’équivalent d’une douzaine de terrains résidentiels. À cet emplacement, les promoteurs seront autorisés à construire des immeubles locatifs ou de condos, allant de huit unités à 32 unités sur quatre étages.

Actualités

Violence conjugale: Le Far a besoin d’un nouveau toit

Trois-Rivières — La Maison Le Far, ressource d’aide et d’hébergement pour femmes et enfants à Trois-Rivières, planche actuellement sur un projet de nouvelle construction qui lui permettrait d’augmenter sa capacité d’accueil. Le projet, encore à l’étape du montage financier, a d’ailleurs reçu un important appui de la Ville de Trois-Rivières mardi soir, soit un engagement financier de 198 274$.

Il faut dire que la ressource qui vient en aide aux femmes victimes de violence conjugale avait été lourdement touchée par la crue des eaux du printemps 2017, alors que le sous-sol de la ressource avait été inondé. Des expertises réalisées par la suite sur le bâtiment ont entraîné la relocalisation de la ressource dans des locaux temporaires, des locaux ayant une capacité d’accueil de 12 places.

Actualités

Trois-Rivières: remaniement au comité exécutif

TROIS-RIVIÈRES — Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, a procédé à un important remaniement du comité exécutif de la Ville de Trois-Rivières. Trois des quatre membres du comité exécutif nommé en 2019 seront effectivement remplacés par d’autres élus pour l’année 2020.

Le comité exécutif sera cette année formé des conseillers municipaux Maryse Bellemare, Dany Carpentier et Michel Cormier de même que Pierre-Luc Fortin qui en occupera la vice-présidence. Ce dernier conserve donc son siège au comité exécutif, ce qui n’est pas le cas de François Bélisle, Luc Tremblay et Valérie Renaud-Martin.

Actualités

Six carnavals en quatre fins de semaine à Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES (MMG) — La saison des carnavals de quartier est lancée! Du 25 janvier au 15 février, les Trifluviens auront l’occasion de profiter des plaisirs de l’hiver en participant à l’un – ou plusieurs – des six carnavals qui auront lieu sur le territoire de la ville jusqu’à la mi-février.

Le bal sera lancé avec le Carnaval de Sainte-Marguerite, les 25 et 26 janvier, qui aura lieu au parc Sainte-Marguerite. Le 1er février, les festivités auront lieu au parc des Chenaux, pour Hiver en fête. Le 8 février se dérouleront le Carnaval de Marie-de-l’Incarnation, au parc Lemire, et la Fête des neiges de Saint-Louis-de-France, au parc de la Terre-des-Loisirs. Le 9 février, le parc-école Richelieu s’animera pour la journée, dans le cadre du Carnaval de Richelieu. Enfin, le 15 février, ce sera au tour du parc Lambert d’accueillir le Carnaval des Rivières.

Faits divers

Difficile heure de pointe sur le pont Laviolette

L’heure de pointe a été difficile, mardi matin, sur le pont Laviolette, en raison de deux collisions survenues en direction sud.

Selon la Sûreté du Québec, le premier accident s’est produit vers 8 h 10, lorsque deux voitures sont entrées en collision dans la voie de gauche, en direction sud.

Peu de temps après, alors que les véhicules d’urgence étaient sur place, deux autres véhicules se sont tamponnés, toujours dans la voie de gauche.

En plus, à peu près au même moment, un chargement hors normes s’est engagé sur le pont Laviolette, dans la voie de droite. Compte tenu des collisions dans la voie de gauche, la circulation a été bloquée pendant quelques minutes. Résultat: un important bouchon de circulation s’est formé.

Heureusement, personne n’a été blessé dans ces collisions. 

La Sûreté du Québec estime que les automobilistes impliqués ont pu être aveuglés par le soleil. Il est possible également que les véhicules se suivaient de trop près.

Actualités

Ancienne église Saint-Philippe: le projet sur la bonne voie

TROIS-RIVIÈRES — L’avenir du terrain de l’église Saint-Philippe pourrait bientôt être officiellement scellé. Le projet de logements sociaux, piloté par l’Office municipal d’habitation de Trois-Rivières (OMHTR), est plus que jamais sur la bonne voie pour se réaliser. Et même si l’annonce officielle devra venir de Québec, on demeure confiant de voir se soulever une première pelletée de terre d’ici la fin de l’année 2020.

On se souviendra qu’à la suite de la démolition de l’église Saint-Philippe, et de plusieurs rebondissements avec l’évêché et la compagnie responsable de la démolition de l’église, la Ville de Trois-Rivières est redevenue propriétaire de ce terrain, qui a été convoité par différents acteurs, tant pour y construire des condos, un parc ou encore pour y faire du stationnement. Par contre, la Ville avait finalement arrêté son choix sur le projet de l’OMHTR, en adoptant une résolution d’intention réservant le terrain à cet organisme, qui gère le parc immobilier de logements sociaux à Trois-Rivières.

Actualités

280 M$ pour la pyrrhotite: «On a besoin de cet argent-là»

Trois-Rivières — La Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite a poursuivi ses rencontres auprès des élus, mercredi, en rencontrant cette fois les députés du Bloc québécois de la région. Les députés Louis Plamondon, Louise Charbonneau et Yves Perron ont indiqué aux représentants de la CAVP qu’ils allaient transmettre les requêtes de la CAVP au prochain caucus du Bloc, dans quelques jours.

La CAVP, rappelons-le, veut mettre la main, pour les victimes de la pyrrhotite, sur les 280 M$ que SNC-Lavalin a récemment été condamnée à payer à la suite de fraudes commises en Libye. La CAVP avait eu une rencontre à ce sujet, rappelons-le, au bureau de comté du ministre François-Philippe Champagne, mardi. Elle entend aller chercher tous les appuis possibles pour soutenir sa demande.

Actualités

L’intersection de la rue Sainte-Marguerite et du chemin de la Pointe-du-Lac sera reconfigurée

Trois-Rivières — L’intersection de la rue Sainte-Marguerite et du chemin de la Pointe-du-Lac sera modifiée afin de permettre des déplacements plus sécuritaires dans le secteur. En effet, le chemin de la Pointe-du-Lac et l’entrée, menant au IGA et à la pharmacie Jean Coutu, seront alignés afin de former une intersection en T qui permettra une circulation plus sensée, selon le conseiller François Bélisle qui en a fait l’annonce sur Facebook.

Le terrain qui permet ce réaménagement a été acquis par la Ville et, à la suite de longues négociations avec les commerces limitrophes à cette parcelle, la transaction immobilière fut autorisée par le comité exécutif de la Ville dont François Belisle est le vice-président. «Il y avait des questions de droits de passage et de servitudes pour, entre autres, l’entreprise Simard, afin qu’elle puisse continuer à amener les vans à l’usine», mentionne, entre autres, le conseiller de Pointe-du-Lac pour illustrer la complexité du dossier.

Actualités

Bienvenue au Whistler... et son sel

Trois-Rivières — C’est un vraquier transportant 34 711 tonnes métriques de sel de déglaçage qui est le premier navire de l’année 2020 au Port de Trois-Rivières. Le Whistler a atteint le port le 5 janvier, à 20 heures, après une traversée de 19 jours sur l’Atlantique.

Avec ses 20 membres d’équipage de nationalité majoritairement philippine, mais aussi monténégrine, croate, hellénique et ukrainienne, le navire a quitté le port de La Valette à Malte le 17 décembre 2019. Préalablement chargée en Égypte huit jours plus tôt, la cargaison est destinée à Sablo Marco de Pont-Rouge. 

Lors de cette 54e cérémonie, un membre du conseil d’administration de l’Administration portuaire de Trois-Rivières (APTR), Michel Morin, a expliqué qu’il s’agissait en fait du quatrième navire à jeter l’ancre au port trifluvien depuis le 1er janvier, mais le premier à rencontrer les critères associés au titre du premier navire.

«Celui-ci doit provenir d’un port étranger, avoir effectué sa traversée sans faire escale dans un autre port canadien et effectuer au Port de Trois-Rivières une opération de chargement ou de déchargement», a-t-il expliqué devant plusieurs dignitaires.

Le Whistler est un vraquier construit en 2007 naviguant sous pavillon Libérien. Il a une longueur de 199,9 mètres et une largeur de 23,7 mètres. Il est amarré à la section du quai 13 du Port de Trois-Rivières pour une période de quatre jours. Pendant son séjour à Trois-Rivières, il est représenté par l’agence maritime Agences océaniques du Bas St-Laurent.


Actualités

À surveiller en 2020 à Trois-Rivières

Jean Lamarche

Dès les premiers jours de 2020, le maire de Trois-Rivières et le conseil municipal auront à trancher l’épineuse question de l’occupation du nouveau colisée. Si deux scénarios sont présentement sur la table, soit celui de la ECHL ou celui des Patriotes, une cohabitation entre les deux organisations semble impossible pour des raisons techniques. Les deux plans d’affaires devraient être présentés en totalité au conseil municipal en vue d’une décision dans les premières semaines de l’année.

Actualités

Des travaux moins chers que prévu à l’île Saint-Quentin

Trois-Rivières — Les travaux de mise aux normes des réseaux d’aqueduc et d’égout au Parc de l’île Saint-Quentin coûteront finalement moins cher que prévu. Estimé au départ à près de 7M$, ce chantier pourrait finalement faire réaliser une économie importante à la Ville de Trois-Rivières, alors que le plus bas soumissionnaire conforme a obtenu le contrat des travaux pour un peu plus de 4,6M$.

C’est la firme GNB Construction qui a obtenu le contrat pour cet important chantier, qui devient du même coup la colonne vertébrale du plan de développement de l’île Saint-Quentin, un ambitieux plan déployé sur les quinze prochaines années qui a été rendu public il y a environ deux semaines.

Actualités

Zone d’intervention spéciale: la grande majorité des résidences exclues

Trois-Rivières — Des villes de la région, dont Trois-Rivières et Louiseville, poussent un soupir de soulagement, alors que le gouvernement a récemment publié un nouveau projet d’arrêté ministériel concernant les Zones d’intervention spéciales (ZIS). Ce document, qui devra toutefois être voté par l’Assemblée nationale avant d’être réputé en vigueur, répond en grande partie aux attentes des villes, excluant de cette ZIS la très grande majorité des résidences et terrains qui en avaient fait la demande.

On se souviendra qu’au lendemain des inondations printanières de 2019, le gouvernement Legault avait mis en place ces nouvelles ZIS, qui venaient inclure dans des zones désormais réputées «inondables» des résidences et terrains qui n’avaient même jamais été inondés. Cette inclusion venait du même coup affecter tant la valeur des propriétés, la qualité de revente mais également la possibilité de pouvoir faire certains aménagements ou constructions sur les terrains concernés.

Actualités

Le stationnement autorisé sur la rue Patry

TROIS-RIVIÈRES — La Ville de Trois-Rivières a acquiescé à la demande d’Yves Tremblay, actionnaire de Climatisation Cloutier, concernant le stationnement près de l’aréna Jean-Guy Talbot, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Le stationnement sera permis sur la rue Patry en soirée et les fins de semaine, à partir du moment où la nouvelle signalisation sera mise en place.

Actualités

Le bureau de poste de Trois-Rivières pourrait s’installer dans le bas du Cap

TROIS-RIVIÈRES — Postes Canada va déménager son bureau de poste du centre-ville de Trois-Rivières. La société d’État quitterait son immeuble de la rue Notre-Dame Centre en 2021. Plusieurs bâtiments ont été visités au cours des derniers mois, mais une bâtisse située dans le bas du Cap se démarquerait du lot.

Il s’agit du 285, rue Saint-Laurent, situé juste en face de l’ancienne usine Aleris. Cette grande bâtisse appartient à Olymbec. Un avis de motion déposé, mardi soir, par le conseil municipal de Trois-Rivières confirme l’intérêt de Postes Canada pour cette propriété. En effet, l’usage «Service postal» a été autorisé dans la zone située «approximativement à l’intersection sud des rues Fusey et Saint-Laurent et à l’est du parc des Chenaux», peut-on lire dans l’avis de motion, ce qui correspond à la localisation du 285, rue Saint-Laurent.

Olymbec confirme d’ailleurs être en discussion avec Postes Canada. Aucune entente n’a toutefois encore été conclue. «Les discussions se déroulent très bien. On veut tous les deux que ça fonctionne, mais il reste qu’on a encore des petits enjeux de négociations», précise Annie Villemure, directrice Développement immobilier et location chez Olymbec.

Actualités

La murale de la rue Hart numérisée

Trois-Rivières — Alors qu’on attend toujours de savoir ce qu’il adviendra de la murale de la rue Hart, découverte par hasard la semaine dernière lors de la démolition d’un bâtiment, Culture Trois-Rivières s’est mis en mode proactif afin de documenter cet élément de l’histoire trifluvienne.

L’organisme a en effet mandaté, au cours des derniers jours, la compagnie trifluvienne iSCAN afin de réaliser un relevé détaillé par scan 3D et photogrammétrie de la murale. L’objectif visé par Culture Trois-Rivières est ainsi de faire la numérisation en couleur de l’affiche publicitaire.

Actualités

Colisée: «On n’a pas l’intention de négocier avec un fusil sur la tempe»

Trois-Rivières — «On n’a pas l’intention de négocier avec un fusil sur la tempe.» C’est en ces termes que le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, a commenté lundi le dossier de l’occupation du nouveau colisée de Trois-Rivières. S’il était convenu que le conseil municipal devait, en séance publique mardi soir, trancher la question entre les différents projets actuellement sur la table, il devient de moins en moins certain que cette décision soit prise à ce moment.

Le maire ne s’en cache pas: il aimerait que le dossier se règle mardi soir. Par contre, devant la tournure des événements des derniers jours, il attendra de voir ce que le conseil municipal souhaite faire. «Ce que je veux, c’est qu’on puisse prendre une décision, mais si on est encore dans les détails, on va prendre le temps. Je vais respecter ce que le conseil va décider, je vais quand même donner mon opinion là-dessus mais je veux leur laisser un espace de décision», indique Jean Lamarche.

Actualités

Colisée: le promoteur d'une équipe de la ECHL se dit inquiet que son projet soit écarté par le maire

TROIS-RIVIÈRES — Froissé par l’attitude du maire Jean Lamarche, Dean MacDonald a décidé d’interpeller directement les conseillers de la Ville de Trois-Rivières jeudi matin.

Le promoteur du projet d’installer un futur club-école du Canadien de la ECHL dans le nouveau Colisée a eu des nouvelles du maire jeudi matin, plus de trois semaines après avoir déposé son projet. Or la discussion a été très brève selon MacDonald. Plutôt que de l’inviter à négocier les modalités de l’utilisation du nouveau Colisée, Lamarche lui aurait dit que son projet était simplement écarté.

«À ma surprise, j’ai reçu un appel du maire Lamarche me disant que la Ville de Trois-Rivières avait décidé de prendre une autre direction. Pour ma part, je lui ai demandé de pouvoir s’asseoir ensemble le plus vite possible avec le conseil et les autres parties impliquées afin de travailler à développer un partenariat créatif», a expliqué l’homme d’affaires des Maritimes, déjà propriétaire des Growlers de St.John’s dans la ECHL, affiliés aux Maple Leafs de Toronto.

Dans son envoi, MacDonald réitère son désir de collaborer avec les Patriotes de l’UQTR et le hockey mineur. Il a également attaché l’envoi au maire le 14 novembre dernier, qui comprenait deux documents dont la fameuse lettre officialisant l’appui du Canadien de Montréal.

Selon plusieurs sources, le maire aurait plutôt fait son choix vers le projet des Patriotes de l’UQTR, projet notamment piloté par le PDG du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre, un scénario sur lequel le conseil serait appelé à voter en séance publique, mardi.

Actualités

Occupant du nouveau Colisée: une décision au prochain conseil municipal

Trois-Rivières — Les différents scénarios concernant le futur occupant du nouveau Colisée de Trois-Rivières ont été présentés aux élus trifluviens mercredi, qui devront prendre une décision lors de l’assemblée du conseil municipal du 17 décembre prochain.

«Nous avions une rencontre de la commission qui me permettait de présenter les différents scénarios. L’accueil a été très, très bon. Les gens ont de l’intérêt pour le Colisée qui est une nouvelle infrastructure pour la ville. Mardi prochain, nous déterminerons quelle option sera retenue», a déclaré le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, à la sortie de cette rencontre qui réunissait la plupart des conseillers municipaux. «La rencontre d’aujourd’hui était consultative, ce n’est pas ici que nous prenons des décisions.»

Le maire n’a pas voulu détailler les options qui sont actuellement sur la table et qui ont été présentées aux conseillers municipaux présents. Il ne souhaite de plus pas dire combien de scénarios sont étudiés par la Ville. «Il y en a quelques-uns sur la table», s’est-il contenté de dire alors qu’il était questionné par les journalistes qui l’attendaient à la sortie de cette rencontre. 

Les derniers mois l’ont démontré, le conseil municipal actuel peut être divisé sur certaines questions. Or, le maire Jean Lamarche ne croit pas que le débat sur le futur occupant du Colisée déchire les élus. «Je pense que la réception est bonne. Le conseil a reçu chacune des propositions de façon favorable. Choisir c’est renoncer, mais je pense qu’au niveau du conseil on semble avoir une bonne entente à ce sujet», estime le maire de Trois-Rivières. 

Par ailleurs, le maire se dit emballé quant à la possibilité d’avoir une franchise de la ECHL affiliée au Canadien de Montréal et d’avoir un camp d’entraînement du Canadien et un match préparatoire de la LNH à Trois-Rivières. 

«Le Canadien demeure et demeurera toujours une option fort intéressante. Maintenant, c’est de voir l’ensemble de l’œuvre et il faut contacter les gens à l’origine de ces différentes options», mentionne le maire Lamarche. 

«Tous les scénarios sont hyper intéressants, y compris celui de M. Dean MacDonald.»

La plupart des conseillers municipaux présents n’ont pas voulu rencontrer les journalistes après la rencontre. Seule la conseillère des Carrefours, Valérie Renaud-Martin, est venue «affronter» les caméras. La conseillère estime que le Colisée ne doit pas servir qu’à une équipe professionnelle et que la population de Trois-Rivières doit pouvoir bénéficier de cette nouvelle infrastructure. 

«Ce qui me préoccupe, c’est de faire en sorte que notre Colisée fonctionne le mieux possible et qu’il soit rentabilisé au niveau de l’espace. Que les citoyens puissent se l’approprier, ç’a toujours été mon souci et mon désir, peu importe que ce soit des ligues professionnelles, des équipes de hockey et des événements sportifs. Mon souci c’est qu’on le maximise au niveau de l’espace, qu’on l’utilise et qu’on en soit fier», affirme la conseillère municipale. 

«Je ne veux pas que les citoyens disent dans quelques années qu’il ne sert à rien. Les scénarios qui nous ont été présentés vont dans cette lignée, alors je suis contente.»

Actualités

Pour entendre la voix des jeunes

TROIS-RIVIÈRES — La Ville de Trois-Rivières se dotera prochainement de sa première Politique jeunesse. Pour ce faire, elle lance des consultations publiques auprès des jeunes de 12 à 35 ans afin de connaître leurs préoccupations et de recueillir un maximum de données qui permettra la mise en place de cette politique que l’on veut collée sur la réalité des jeunes d’aujourd’hui.

Le lancement de ces consultations publiques, qui se tiendront en partenariat avec de nombreux organismes impliqués auprès de la jeunesse à Trois-Rivières, a été fait mardi à l’école secondaire Chavigny. Jusqu’à la fin du mois de février, les différents organismes, avec en tête le Carrefour Jeunesse Emploi de Trois-Rivières et de la MRC des Chenaux, iront à la rencontre des jeunes pour connaître leur point de vue sur divers sujets.

Actualités

Le Fonds des bingos aide 42 organismes

TROIS-RIVIÈRES — Quelque 42 organismes communautaires se partagent près de 165 000 $ grâce à la contribution du Fonds d’aide des bingos de Trois-Rivières.

Cette organisation a procédé à la remise des chèques mardi, en présence de son président, Normand St-Louis, et du maire, Jean Lamarche. L’aide financière vient soutenir différents projets d’intervention concernant les jeunes, les personnes handicapées et les citoyens démunis.

Actualités

Budget de Trois-Rivières: les Aigles auront leur financement

TROIS-RIVIÈRES — Les Aigles de Trois-Rivières auront finalement leur financement supplémentaire demandé aux élus de Trois-Rivières. L’équipe de la ligue Frontière, qui avait fait une demande d’aide à la Ville cet automne afin d’assurer la continuité de ses opérations, obtiendra donc une aide supplémentaire en 2020 totalisant 125 000$.

On se souviendra que cette demande avait causé une certaine division au conseil municipal. Alors que le maire et certains conseillers souhaitaient aller de l’avant avec l’octroi de la demande d’aide formulée par l’équipe, une majorité de conseillers avait plutôt choisi de reporter cette décision après l’exercice budgétaire, dans un souci de saine gestion alors qu’il n’était pas encore possible d’avoir toutes les informations relatives aux réalités budgétaires prévues pour 2020.

Actualités

Budget de 285,2 M$ adopté à Trois-Rivières et hausse de 2,75 %

TROIS-RIVIÈRES — Le compte de taxes des Trifluviens grimpera bien de 2,75 % en 2020. C’est du moins ce qui ressort de l’exercice budgétaire et du Plan triennal d’immobilisations, qui ont été adoptés à l’unanimité par le conseil municipal de Trois-Rivières en séance spéciale lundi après-midi. Un budget équilibré global de 285,2 M $ marqué par des investissements en transport en commun, en sécurité routière et dans les infrastructures de même que par des dépenses accrues dans divers services dont le déneigement.

Pour une résidence unifamiliale d’une valeur moyenne de
185 000 $, c’est à une hausse de 71,79 $ du compte de taxes qu’il faudra s’attendre pour l’année qui vient par rapport à l’année dernière. «On a guidé nos actions en fonction de trois grands axes qui sont la qualité de vie des citoyens, l’environnement et le développement économique», a expliqué d’emblée le maire Jean Lamarche, qui présentait pour l’occasion son premier budget depuis son élection à la mairie, en mai dernier.

Malgré une perte de 1,4 M$ de revenus de péréquation du ministère des Affaires municipales, une perte de revenus de 1,1 M$ due à la dévaluation des immeubles affectés par la pyrrhotite et une hausse marquée de plusieurs dépenses dont le déneigement qui coûtera 1,2 M$ de plus en 2020, la Ville peut compter sur une hausse de 1,1 M$ de ses revenus grâce au pacte fiscal, de même qu’un effort d’une diminution des dépenses sur les immobilisations payées comptant, de l’ordre de 800 000 $.

Ainsi, la Ville indique avoir limité l’augmentation en 2020 au niveau de l’indice des prix à la consommation, soit 2 %. À cela s’ajoute 0,75 % afin de pouvoir augmenter le financement de la Société de transport de Trois-Rivières, tel que le souhaitait le conseil municipal. L’organisme recevra donc 1,7 M$ supplémentaires en 2020.

Au total, le budget 2020 de la Ville de Trois-Rivières s’établit à 285,2 M$ alors qu’il était de 274,3 M$ en 2019. Une augmentation de 10,9 M$ que l’on attribue principalement à l’indexation des dépenses et à la croissance, notamment celle de la masse salariale des employés municipaux, le déneigement, le service de la dette, l’entretien des étangs aérés et les coûts relatifs à la récupération et aux ordures ménagères.

Pour sa part, le Plan triennal d’immobilisations 2020-2021-2022 prévoit des travaux à une hauteur de 294,2 M$ sur trois ans, dont 101,5 M$ en 2020. La plus grosse partie de cette somme sera consacrée aux travaux relatifs à l’eau potable et aux eaux usées, soit 31,8 M$. 

Par ailleurs, 11 M$ sont réservés aux travaux de pavage et 9 M$ au maintien des infrastructures et des bâtiments municipaux. On prévoit aussi 6,6 M$ pour la réfection de l’île Saint-Quentin, 6,3 M$ pour des travaux sur le boulevard Jean-XXIII et 6,8 M$ pour l’achèvement des travaux du nouveau colisée.

Sécurité routière

En ce qui concerne la sécurité routière, plusieurs investissements sont également prévus au Plan triennal d’immobilisations
pour 2020, dont une grande partie sera déboursée par des subventions. 

Le chantier le plus important est certainement le réaménagement de l’intersection de la rue Bellefeuille et du boulevard des Récollets, un chantier attendu depuis près de dix ans et même recommandé à l’intérieur du rapport d’un coroner qui avait enquêté sur un accident mortel survenu à cet endroit.

Ailleurs, il est également question d’implanter de nouveaux trottoirs sur des rues déjà existantes, dont les rues Marion et de Cherbourg. L’opération avait été réalisée en 2019 sur la rue Grande-Allée à Pointe-du-Lac et sur le boulevard des Forges nord. 

«On a une liste des différentes zones problématiques en ville, et on a mis en place un canevas décisionnel apolitique afin de décider les endroits qui sont à prioriser chaque année», explique le conseiller municipal Claude Ferron.

Par ailleurs, la Ville reconduit son budget de pavage de 11 M$, un montant record qu’elle avait également investi en 2019 et qui, selon les souhaits du conseil municipal, deviendrait récurrent.

Actualités

Donner un jouet pour en recevoir un autre

TROIS-RIVIÈRES — Pourquoi acheter du neuf quand on peut échanger d’anciens cadeaux contre des nouveaux? C’est la philosophie sur laquelle s’appuie l’événement Un jouet, un échange, qui se déroulait samedi à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières.

L’activité est organisée depuis cinq ans par la Ville de Trois-Rivières. Cette année, les enfants avaient jusqu’au 3 décembre pour apporter leurs vieux jouets encore en bon état dans l’une des cinq bibliothèques municipales. Les bibliothécaires leur donnaient un coupon par jouet remis, jusqu’à un maximum de trois coupons par enfant. Ces coupons leur donnaient accès au butin amassé par les bibliothèques, dans lequel ils pouvaient choisir un nouveau jouet.

«C’est un événement qui se veut écoresponsable, explique Julien Godard, technicien en loisirs à la Ville de Trois-Rivières. On incite les enfants à poser un geste écoresponsable pour les conscientiser à cet aspect-là de la société.»

La récolte a été particulièrement bonne cette année: M. Godard estime que deux fois plus de jouets ont été recueillis cette année si l’on compare avec l’édition précédente. Les parents et leurs enfants étaient également nombreux à attendre que les portes de la Bâtisse industrielle s’ouvrent, samedi matin.  

«Je trouve ça génial, ça montre aux enfants qu’on n’est pas obligés d’acheter juste du neuf, on peut acheter usagé aussi, remarque Véronique Gauthier, qui en était samedi à sa seconde participation à l’événement. Ça leur montre aussi l’importance de donner, de partager. Ils (la Ville) devraient le faire aussi l’été, il ne faudrait pas le faire seulement à Noël, parce que je trouve ça bien de recycler.»
Pour d’autres parents, Un jouet, un échange leur permet de joindre l’utile à l’agréable, en vidant les garde-robes de la maison qui s’emplissent rapidement de jouets, au fil des fêtes et anniversaires.

«C’est toujours bien de prendre ces cadeaux et de faire des échanges, d’avoir de nouveaux cadeaux pour que les enfants jouent avec, souligne Jason Baril. Les enfants vieillissent et bien souvent, ils ne jouent plus avec les jouets, qui finissent entassés dans les garde-robes. Là, les nôtres adorent les casse-tête, alors c’est ce qu’on a pris.»

«C’est la première année qu’on vient et on trouve que le concept est super bon», ajoute-t-il.

Journée familiale

Précédemment, l’activité se déroulait simultanément dans deux lieux de la ville, dans les secteurs de Cap-de-la-Madeleine et de Pointe-du-Lac. La Ville a décidé, cette année, de faire l’événement à un seul endroit, afin d’en bonifier la programmation. En plus de l’échange de jouets, les enfants pouvaient notamment faire du mini-golf, expérimenter la réalité virtuelle et faire un petit jeu d’évasion. Des spectacles de magie, du maquillage, des tirages et des mascottes étaient également au menu.

Les familles étaient également invitées à faire du patinage libre à l’aréna Claude-Mongrain, gratuitement. Des patins étaient prêtés aux personnes qui n’avaient pas les leurs.
Seules les familles qui avaient remis des jouets aux bibliothèques avant le 3 décembre avaient accès à ces activités. Le patinage libre était toutefois ouvert à tous.

Actualités

L'actualité de Trois-Rivières en bref

5 à 7 au profit de la Maison Le FAR

Un montant de 4186,45 $ a pu être amassé le 26 novembre dernier, à l’occasion d’un 5 à 7 qui se tenait à la microbrasserie Archibald de Trois-Rivières au profit de la Maison Le FAR, ressource d’accompagnement et d’hébergement pour les femmes et les enfants victimes de violence conjugale et familiale. L’activité, qui se tenait en collaboration avec le programme Gestion et intervention en loisirs du Collège Laflèche, a réuni plus de 50 personnes au cours de cette soirée. Sur la photo, on peut reconnaître Karine Gendron, directrice générale de la Maison Le FAR, Émilie Gingras, étudiante, Penny-Ann Stebenne Lafortune, étudiante, Manon Beaumier, présidente du conseil d’administration de la Maison Le FAR de même que les étudiantes Martine Bourgon et Kimberly Houde.

Actualités

Dévoilement de la stratégie de développement économique

Trois-Rivières — L’organisme Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières dévoilera sa Stratégie de développement économique 2020-2025 le mardi 10 décembre prochain. Pour l’occasion, en plus des entrepreneurs, des partenaires économiques et des médias, IDE Trois-Rivières souhaite lancer l’invitation à toute la population à venir assister à cet événement.

Lors de ce dévoilement, le maire Jean Lamarche et le directeur général d’IDE Mario De Tilly présenteront le résultat de la démarche menée au cours des derniers mois pour renouveler l’outil. Pas moins de 800 personnes ont ainsi participé aux différentes consultations sur les priorités en développement économique pour les prochaines années.

Actualités

Ouverture de la patinoire Bleu Blanc Bouge

Trois-Rivières — La patinoire réfrigérée Bleu Blanc Bouge , située au parc Cardinal-Roy de Trois-Rivières, accueillera les premiers patineurs dès lundi le 9 décembre pour la saison hivernale.

La patinoire réfrigérée sera ouverte tous les jours de 9h à 21h. Par contre, l’horaire sera modifié durant la période des Fêtes, soit les 24, 25, 31 décembre et 1er janvier pour ouvrir exceptionnellement de 11h à 16h.

Actualités

Virage historique à l’île Saint-Quentin

Trois-Rivières — Le visage du Parc de l’île Saint-Quentin, à Trois-Rivières, changera considérablement au cours des prochaines années. C’est ce que révèle le Plan directeur d’aménagement du parc, adopté cette semaine et présenté au public jeudi matin. Un plan qui prévoit 42 actions concrètes à être implantées sur les quinze prochaines années, et dont le déploiement immédiat entraînera la fermeture complète de l’île Saint-Quentin cet hiver, du 6 janvier jusqu’au mois de mai.

«Notre île, on y croit, on la souhaite belle et accessible. Désormais, on va lui donner les moyens de ses ambitions», a résumé le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche, visiblement fébrile. Le plan directeur servira donc désormais de ligne directrice pour la fonction publique et le conseil municipal de Trois-Rivières afin de guider les décisions et les investissements en lien avec cette vision. Et la colonne vertébrale de ces réalisations réside d’abord en ce chantier de près de 7M$ afin d’amener l’aqueduc et les égouts à l’île, un chantier qui justifie également sa fermeture exceptionnelle cet hiver. «C’est un coup à donner pour permettre de déployer le reste de nos actions», constate le conseiller municipal et président du conseil d’administration de la Corporation du parc de l’île Saint-Quentin, Pierre-Luc Fortin.