Trente minutes avec le ministre Boulet, ce n’est pas assez pour La Tuque!

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
La Tuque — Une rencontre de trente minutes avec le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Boulet, ce n’est pas assez pour les maires de l’agglomération de La Tuque. Ils ont fait savoir leur déception dans une lettre adressée au ministre rendue publique, mardi soir. Les maires de La Tuque, Lac-Édouard et de La Bostonnais, Pierre-David Tremblay, Larry Bernier et Michel Sylvain veulent pouvoir discuter de leurs dossiers plus en profondeur et souhaitent une rencontre «plus constructive».

«La lettre est une réponse au fait qu’on a eu seulement trente minutes pour des dossiers qui traînent et qui piétinent depuis quelques mois et pour lesquels nous voulons être capables de rencontrer le gouvernement et donner suite à ces projets-là», a souligné le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

«Ça ne nous a pas plu, on s’attend à avoir beaucoup plus de temps, de disponibilité et de sérieux du ministre de la région par rapport à ces dossiers-là. Je m’attends à ce que l’on soit capable de se voir très bientôt et d’attaquer ces dossiers», a-t-il ajouté.

On peut lire dans la lettre que les élus de la Haute-Mauricie sont profondément déçus de la «qualité ainsi que sur votre disponibilité pour le temps accordé à cette rencontre».

Ils affirment dans la correspondance qu’une rencontre de deux heures avait été préalablement promise. Le directeur général de la municipalité avait fait parvenir la liste des neuf dossiers à traiter.

«Nous considérons que, lors de cette rencontre, le temps qui nous a été alloué de trente minutes n’a pas permis l’échange souhaité ni l’amorce concrète de travail pour le bénéfice de l’agglomération, considérant que vous vous-même aviez suggéré d’organiser une rencontre de deux heures pour traiter de nos sujets.»

«De plus, lors de cette rencontre de trente minutes, lorsque nous avons abordé le sujet de la relance de la main-d’œuvre, qui relève directement de votre ministère, vous avez suggéré d’organiser une rencontre de trente minutes pour ce seul sujet alors que vous nous avez accordé seulement trente minutes pour neuf dossiers. Nous tenons à vous mentionner notre désir de travailler en collaboration avec le gouvernement actuel au développement de notre région», peut-on lire.

Les élus de l’agglomération de La Tuque ont également tenu, dans la lettre, à réitérer certains points des neuf dossiers dont ils voulaient discuter lors de cette rencontre trop courte afin que le ministre puisse «faire cheminer nos projets à l’intérieur de l’appareil gouvernemental».

«Dans le traitement de nos dossiers clés, votre collègue Marie-Louise Tardif nous a fait un suivi par courriel en date du 26 octobre 2020 sur les sujets adressés. Ceux-ci nous laissent perplexes dans la compréhension de nos enjeux locaux et de la capacité à défendre la population de l’agglomération de La Tuque», indiquent-ils dans la correspondance.

Les représentants de l’agglomération revoient en détail neuf dossiers majeurs dans la lettre: la téléphonie cellulaire sur la route 155 Nord, la refonte du régime forestier, la route forestière 25, les baux de villégiature, le dossier des ambulanciers et des premiers répondants, le projet de gazoduc de GNL Québec, la bioraffinerie, la relance de la main-d’œuvre et l’aéroport de La Tuque.

Ils notent aussi leur souhait que les éléments contenus dans la lettre amènent le ministre à mieux comprendre la réalité du territoire.

«Nous espérons vivement que nos prochaines rencontres seront plus constructives», concluent-ils.

Le ministre Jean Boulet a confirmé au Nouvelliste qu’il avait effectivement participé à cette rencontre virtuelle le 30 octobre dernier en compagnie de la députée de Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif.

«J’y assistais en tant qu’observateur puisque les dossiers qui ont été discutés sont déjà étudiés par ma collègue. Nous sommes une équipe forte en Mauricie et nous discutons régulièrement des enjeux du Haut Saint-Maurice. J’ai également convoqué une autre rencontre de travail avec les maires de l’agglomération de La Tuque qui aura lieu prochainement et qui portera plus particulièrement sur les enjeux de main-d’œuvre», a-t-il commenté.

La députée de Laviolette – Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, a également réagi à la lettre diffusée par le maire de La Tuque.

«Je suis particulièrement disponible pour les maires et les directions générales des municipalités de ma circonscription. Ils ont mes coordonnées et peuvent me joindre en tout temps. Depuis l’arrivée en poste du gouvernement de la CAQ, je suis fière de faire avancer les dossiers de ma circonscription. J’aimerais d’ailleurs souligner la merveilleuse écoute de nos ministres et de notre premier ministre. Pour la première fois depuis longtemps, nous avons un gouvernement des régions et ça m’aide grandement à bien représenter l’agglomération de La Tuque et les autres municipalités à l’Assemblée nationale. Je continuerai avec la même disponibilité et la même rigueur», a-t-elle conclu.