Les travaux en cours sur le viaduc Saint-Marc resserrent la circulation dans ce secteur.

Travaux au viaduc Saint-Marc: plus de surveillance demandée

Les travaux en cours au viaduc Saint-Marc, à Shawinigan, provoquent un ralentissement de la circulation ainsi que certains inconvénients aux résidents du quartier. L'un d'eux, Claude-André Côté, s'est présenté à la dernière séance publique du conseil municipal pour partager ses observations et la Ville n'a pas tardé à remédier à quelques irritants.
Ces travaux sont commencés depuis le début du mois et devraient durer tout l'été. La circulation se déroule à double sens sur le viaduc, ce qui complique un peu la circulation étant donné l'étroitesse des voies, particulièrement lors du virage vers Champlain.
Vendredi, la Ville de Shawinigan a d'ailleurs publié un communiqué dans lequel elle rappelle aux camionneurs qu'ils doivent éviter ce chantier en direction nord. Ils sont invités à le contourner par l'autoroute de l'Énergie, entre les sorties 211 et 217.
Karine Beaulé-Prince, agente des communications à la Ville, mentionne que des citoyens avaient signalé la circulation de véhicules lourds dans le secteur depuis le début des travaux. Mardi soir, M. Côté a aussi alerté les élus sur ce danger en séance publique.
«Les voies de circulation ont été réduites dans les deux sens», fait-il remarquer. «Mardi matin, j'ai observé un immense tracteur agricole avec une remorque. Il s'est aventuré pour descendre le viaduc. Le chauffeur a dû s'immobiliser, parce que ce n'était pas assez large. Les travailleurs ont dû intervenir, tasser des cônes orange pour élargir la voie. Quelques minutes plus tard, un conducteur de semi-remorque qui montait la côte a aussi dû immobiliser son camion dans la courbe, parce qu'il devait aussi tasser les cônes. Il l'a même fait deux fois.»
Des panneaux de signalisation ont donc été ajoutés au cours des derniers jours pour prévenir les camionneurs un peu plus à l'avance.
M. Côté relève aussi que certains conducteurs font preuve d'impatience et ne respectent pas les limites de vitesse. Il suggère de prolonger la zone de 40 km/h jusqu'à Cloutier pour la durée des travaux. À tout le moins, il souhaiterait une présence plus assidue de la Sûreté du Québec pour décourager les têtes brûlées.
«Lorsqu'ils arrivent au coin de Champlain et Summit, les gens accélèrent et ça roule très, très vite», fait-il remarquer. «Je suis inquiet pour les enfants.»
Le citoyen qualifiait également de «champ de mines» le viaduc de la rue de la Paix, tout près de Summit. Or, ce tronçon est proposé comme voie alternative pour contourner le chantier. 
Le maire, Michel Angers, a écouté attentivement ces suggestions. Le service des travaux publics avait déjà noté l'état du viaduc, de sorte que les nids-de-poule ont été réparés dès jeudi.